Breaking News

Ted Stepien : le propriétaire le plus mauvais de l’histoire du Sport US.

Comment mesurer la grandeur et la domination d’un joueur ? A partir d’un moment où l’on est obligé d’adapter les règles pour empêcher cette domination. Les exemples sont  multiples dans l’histoire du basket : création de la règle des 3 secondes dans la raquette pour contrer George Mikan, interdiction du Dunk entre 1967 et 1976 en NCAA contre Lew Alcindor, …

Mais le phénomène marche aussi dans l’autre sens : plus récemment, pour lutter contre la médiocrité de certains joueurs aux lancers-francs, une règle interdisant  de faire des fautes volontaires sur un joueur loin du ballon pour l’emmener sur la ligne des lancers francs a été mise en place : la anti Hack-a-Shaq rule. Pour combattre l’incompétence de certains propriétaires, la NBA a même dû adopter une règle interdisant d’échanger des premiers tours de draft sur des années consécutives : la fameuse Ted Stepien rule, du nom de l’ancien propriétaire des Cavaliers de Cleveland.

 Crée en 1970, la franchise de l’Ohio vit une première décennie calme, avec  peu de coups d’éclats malgré quelques apparences en playoffs. Le 12 avril 1980, Joe Zingale, propriétaire des Cavs depuis peu vend sa franchise au patron de Nationwide Advertising, le sulfureux Ted Stepien. Dès son arrivée, Stepien fait le scandale en rebaptisant l’escouade de Cheerleaders  des Cavs d’un nom évocateur : « the Teddy Bears ».

stepien1999L’objectif des Stepien est simple : il veut gagner et vite, et il n’hésite pas à sortir le chéquier pour des joueurs de seconde zone ou blessés (Scott Wedman, James Edwards ou encore Bobby Wilkerson). L’équipe ne décolle pas et est rapidement sous le feu des critiques, ce que Stepien ne supporte pas. A la fin de la saison 1980-1981, Stepien renvoie le populaire Joe Tait, commentateur des matchs des Cavs, à qui il reproche ses nombreuses critiques. Le geste attire les foudres des habitants de Cleveland.

Autre fait d’armes, il utilise pas moins de 4 coachs différents au cours de la seule saison 1981-82, «record » encore inégalé en NBA.

 Mais ce qui rendit « célèbre » Ted Stepien, ce sont ces fameux échanges de multiples choix de drafts qui amena la NBA à créer la fameuse Ted Stepien rule. Parmis les plus célèbres impliquant des premiers tours de draft :

  •            Le plus fameux est celui qui enverra Don Ford ( 3 points, 2 rebonds), pour Butch Lee et, surtout, le premier tour des Cavaliers à la draft 1982 aux Lakers. Ce pick sera le premier choix de cette draft et les Lakers sélectionneront James Worthy, futur Hall-of-famer.
  •           Le 16 septembre 1980, Dallas envoie Mike Bratz, meneur de jeu qui tourne à 8 points et 2 passes contre un premier tour de draft 1984 : ce choix s’avèrera être le 4ième, et Dallas choisira Sam Perkins. Bratz ne passera qu’une saison dans l’Ohio avant d’être échangé
  •           Les Dallas Mavericks (encore eux) échangent ensuite Richard Washington (10 ponts, 8 rebonds par match) et Jerome Whitehead (5 points 2 rebonds) aux Cavs – le premier jouera 77 matchs au total a Cleveland avant de prendre sa retraite, alors que le second ne fera que 3 apparitions avec les maillot rouge et blanc. En échange, les Cavaliers envoient Bill Robinzine, un premier tour de draft 1983 (qui sera le 11ième choix, Derek Harper) et un premier tour de draft 1986 (choix numéro 7, Roy Tarpley)
  •           Dallas, encore une fois, cède plus tard Geoff Huston (16 points, 5 passes) contre Chad Kinch et un premier tour de draft 1985 (8ième choix, Detlef Schrempf)
  •           En 1981, Stepien signe Scott Wedman des Kings et envoie le premier tour de draft 1981 à Kansas City en compensation (17 ième choix, Kevin Loder)
  •           Les Pistons de Detroit envoient Steve Hayes (4 points, 3 rebonds) contre un second tour de draft 1986 (27ième choix, Dennis Rodman)

cavaliers-wedman-musselman

 En résumé, en l’espace de trois ans, Stepien a échangé ses premiers tours de draft 81, 82, 83, 84, 85 et 86. Aucun des joueurs récupérés lors de ses échanges ne participera à un All-Star Game. En revanche, les Cavaliers auraient pu, en conservant leurs choix aligner une équipe avec DereK Harper, James Worthy, Detlef Schrempf, Roy Tarpley, Dennis Rodman ou encore Sam Perkins, soit 11 selections All-Star au cumulé !

 Sur trois saisons, le bilan de Stepien sera de 66 victoires pour 180 défaites avec 7 changements de coachs. Pire, l’affluence du Coliseum sera en baisse constante, touchant le fond lors de la saison 1982-83 avec seulement 3915 spectateurs en moyenne.

 Pour compenser les mauvais choix de Stepien et faciliter le rachat de la franchise par la famille Gunds, la NBA ira même jusqu’à donner des premiers tours de draft en compensation aux Cavaliers pour les saisons 1983 à 1986 – l’un d’entre eux sera le premier choix, Brad Daugherty en 1986

 Stepien, sera propriétaire par la suite d’équipes dans des ligues mineurs, mais il restera à jamais le propriétaire le plus mauvais de l’histoire de la NBA (et oui M. James Dolan, vous n’êtes pas encore tombé aussi bas !)

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Jay Swan (46 Articles)
Passionné de NBA depuis 1994 Twitter : @junkyardswan

2 Comments on Ted Stepien : le propriétaire le plus mauvais de l’histoire du Sport US.

  1. Priceless !

    J'aime

  2. Dallas en a bien profité ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :