Breaking News

Chris Webber, comme un goût d’inachevé

LaMarcus Aldridge ? Kevin Love ? Blake Griffin ? Tim Duncan ? Si le débat fait rage pour savoir qui est le meilleur poste 4 de la Ligue, il fut une époque pas si lointaine où le match entre les ailiers-forts de la NBA ne se résumait qu’à deux noms : Tim Duncan et Chris Webber. Aujourd’hui nous allons nous focaliser sur le dernier qui fut aussi bien une légende universitaire, que professionnelle .

DE STAR LYCÉENNE ET UNIVERSITAIRE A LA DÉCEPTION

Natif de Detroit, c’est logiquement que le grand Chris entame sa carrière dans le lycée de Detroit County Day. C’est le lycéen du Michigan le plus attendu depuis un certain Magic Johnson. Dominateur dans la raquette, Webber emmènera son équipe vers trois titres de l’Etat du Michigan en 4 saisons. Lors de sa dernière année au lycée, il tourne à 29,4 points et 13 rebonds de moyenne et remporte logiquement le trophée du National High School player of the year. Nous sommes en 1991 et “C-Webb” quitte le lycée pour la fac de Michigan.

Quand il arrive sur le campus, Webber va être rapidement suivi par quatre autres nouveaux joueurs qui composeront la fameux “Fab Five” : Jalen Rose, Juwan Howard, Jimmy King (qui évolueront plus tard en NBA) et Ray Jackson. Grâce à leur style plutôt hip-hop et leurs grands talents, les joueurs de l’équipe donnent à Michigan une renommée toute particulière à travers tous les Etats-Unis.

Webber sous les couleurs de Michigan

Webber sous les couleurs de Michigan

Pour leur première saison universitaire, les jeunes joueurs atteignent la Finale de la March Madness mais échouent face au Duke de Christian Laettner et Grant Hill. A l’aube de la saison 1993, les joueurs de Michigan sont favoris pour le titre et c’est logiquement qu’ils atteignent pour la deuxième année consécutive la Finale de la March Madness. Mais alors qu’ils sont menés de 2 points et qu’ils restent 11 secondes au chrono, Chris Webber demande un temps-mort alors que son équipe n’en a plus ! Une faute technique sera accordée à North Carolina qui clôturera le score sur la ligne des lancers. Une deuxième défaite d’affilée et une erreur fatale qui incitent donc Webber à s’inscrire à la Draft 1993. En 2008, lors de ses débuts à l’émission Inside The NBA on lui demanda si il savait “combien de temps-mort a droit une équipe par match ? “ et Webber de répondre par l’humour :”Je continue de ne pas savoir”.

Son palmarès universitaire reste cependant glorieux avec deux sélections dans la First Team All-America. Il tourna en moyenne à 17,4 points; 10 rebonds et 2,5 contres par match.

LE DÉBUT DE LA GLOIRE

Lors de sa fantastique année rookie

Lors de sa fantastique année rookie

Sélectionné en première position de la Draft par le Magic, il est échangé directement aux Warriors contre Penny Hardaway (alors numéro 3). Un choix judicieux, car Webber va exploser dans la Baie d’Oakland aux côtés de Latrell Sprewell et Chris Mullin :élu Rookie Of The Year avec une moyenne de 17,5 points et 9,1 rebonds par match. C’est également le plus jeune joueur à obtenir le trophée du meilleur Rookie et également celui qui compile le plus tôt dans la saison plus de 1000 points, 500 rebonds, 250 passes décisives, 150 contres et 75 interceptions. Guidant Golden State jusqu’en Playoffs, Webber ne peut cependant rien faire face à Charles Barkley et aux Suns et les Warriors s’inclinent en 3 manches sèches. Le futur s’annonce donc radieux pour les joueurs d’Oakland et leurs trois stars, mais les relations tendues entre Webber et son coach Don Nelson forceront le numéro 4 à quitter la franchise après seulement une saison.

A WASHINGTON AVEC SON POTE HOWARD

Webber est tradé aux Washington Bullets en échange de Tom Gugliotta. Il retrouve à la capitale fédérale son ami de l’époque universitaire Juwan Howard. Pour sa deuxième saison, Webber améliore ses stats et finit avec 20,1 points et 9,6 rebonds de moyenne. Mais cela n’est pas suffisant pour des Bullets qui finissent à la dernière place de la Conférence avec seulement 21 victoires. Lors de la saison 1995-1996 le malheur s’accable sur Webber qui ne jouera que 15 matches suite à une blessure à l’épaule. Une saison où les Bullets n’atteindront toujours pas les Playoffs.

Pour sa troisième saison dans la Capitale, Webber continue de progresser en finissant avec 20,1 points et 10,3 rebonds, ses stats lui permettent logiquement d’être sélectionné pour la première fois au All-Star Game. Progression individuelle mais progression collective également puisque les Bullets accèdent enfin aux Playoffs, après 9 ans d’attente, grâce à un bilan de 48 victoires et 34 défaites. Mais ils se heurteront au mur des Bulls de Michael Jordan et s’inclineront là-aussi en 3 manches.

A l’aube de sa dernière saison à Washington, la franchise devient les Wizards mais la magie n’opérera pas et les joueurs ne regoûteront pas aux joies des Playoffs malgré la très bonne saison de Webber qui finit avec 21,9 points et 9,5 rebonds de moyenne. Après 4 saisons à Washington, Webber est échangé le 14 Mai 1998 aux Sacramento Kings.

A SACRAMENTO : LA PLUS BELLE AVENTURE COLLECTIVE

Webber est furieux d’être transféré dans une équipe moyenne et ne va pas bien moralement, mais l’arrivée de Peja Stojakovic, de Jason Williams et de Vlade Divac à ses côtés va transformer cette équipe de Sacramento. Lors de la saison 1998-1999 (raccourcie pour cause de lockout), les Kings atteignent les Playoffs et Webber finit meilleur rebondeur de la Ligue avec quasiment 13 prises de moyenne par match et il est nommé dans la All-NBA Second Team. Les Kings s’inclinent cependant face au Jazz en 5 manches.

Avec l'uniforme des Kings

Avec l’uniforme des Kings

Lors de la saison suivante, emmené par le jeu léché de Rick Adelman les Kings accèdent encore aux Playoffs mais doivent s’incliner face aux Lakers : c’est le début d’une grande rivalité avec la franchise de Los Angeles. Webber est quand à lui élu dans la All-NBA Third Team et participe à son second All-Star Game. La saison 2000-2001 est celle de tous les records pour Webber avec 27,1 points et 11,1 rebonds de moyenne : il est sélectionné comme All-Star, finit 4ème au vote du MVP et est sélectionné dans la All-NBA First Team. Webber va enfin franchir un tour de Playoffs mais son équipe va se faire “sweeper” par les Lakers en Demi-Finales de Conférence.

Lors de la saison 2001-2002, les Kings finissent à la première place de la Ligue avec un bilan de 61 victoires et 21 défaites et accèdent aux Finales de Conférence face aux Lakers. Après 7 rencontres de haute volée les Kings s’inclinent et voient les Lakers filer vers le Three-Peat. Le Game 6 à Los Angeles créa de nombreuses polémiques sur les coups de sifflets donnés par les arbitres. En 2008, l’arbitre Tim Donaghy déclara que le “score du match avait été choisi par la NBA”. La saison 2002-2003 est celle de la déception pour Webber,malgré un cinquième All-Star Game d’affilée et alors que les Kings finissent deuxièmes de la Conférence Ouest et affrontent les Mavericks au deuxième tour des Playoffs, le numéro 4 se blesse gravement au genou et la durée de son indisponibilité sera de quasiment une année. Il participe aux 23 derniers matches de la saison 2003-2004 mais son agilité, sa vitesse et des déplacements ne sont clairement plus les mêmes. Les Kings échouent encore une fois en Demi-Finales de Conférence. Cette équipe est donc vouée à ne pas être championne malgré son jeu fantastique, Webber est donc échangé aux 76ers en Février 2005.

PHILADELPHIE : UN NOUVEAU RÔLE A COMPRENDRE

En Finales de Conférence 2007 face aux Cavs

En Finales de Conférence 2007 face aux Cavs

Alors qu’il est envoyé à Philadelphie, Webber doit se mettre dans la peau du lieutenant d’Allen Iverson. Un nouveau rôle difficile pour lui qui a toujours été considéré comme le maître à jouer de ses équipes. Il joue 21 matches et finit avec 15,6 points et 7,9 rebonds de moyenne. Alors qualifié en Playoffs, les Sixers doivent s’incliner face au Champion NBA sortant les Detroit Pistons.

La saison 2005-2006 est de bien meilleure facture pour Webber qui joue 75 matches, mais ses douleurs aux genoux le contraignent à passer la majorité des 4èmes quarts-temps sur le banc. Le 18 Avril 2006, pour le dernier match de la saison à domicile, Webber et Iverson ne se présentent pas au match et ne jouent donc pas, ils s’excuseront le lendemain de leurs absences, prétextant une blessure.
Lors de la saison 2006-2007, Webber ne joue seulement que 18 matches sur 35 avec Philadephie, il justifie cela par une question de motivation. Le 11 Janvier 2007, Webber coupe son contrat avec les Sixers et se retrouve donc free-agent.

DETROIT : L’ULTIME QUÊTE DU TITRE

Le 16 Janvier de la même année il s’engage avec les Pistons, retrouvant par la même occasion son Etat natal et la terre de ses jeunes exploits. Avec une franchise qui gagne mais à la peine lors de cette saison, Webber va s’éclater et redécouvrir un basket collectif sans véritable superstar. Il joue 43 rencontres avec une moyenne honorable de 11,3 points et 6,7 rebonds par match. Les Pistons atteignent les Finales de Conférence mais échoueront face aux Cavs d’un immense LeBron James. A la fin de cette saison, Webber est free-agent et attend un appel du pied de Detroit, il repousse même quelques offres lucratives d’Europe mais la franchise du Michigan ne le contacte pas…

Le 29 Janvier 2008 il signe avec la franchise de ses débuts mais ses problèmes récurrents aux genoux ne lui font participer qu’à 9 matches pour des moyennes de 3,9 pointes et 3,6 rebonds. La douleur étant trop grande, Webber décide donc de prendre sa retraite le 25 Mars de cette même année.

L’APRES CARRIÈRE : UN HOMME TRÈS OCCUPE

Webber dans son nouveau rôle

Webber dans son nouveau rôle

Le 27 Mars 2008 est le début de la carrière télévisuelle de Chris Webber sur TNT : il participe aux commentaires des matches, aux analyses et fait des apparitions remarquées pour les Playoffs.

Le 6 Février 2009, il retourne à Sacramento où son numéro 4 est retiré et accroché au plafond de la salle.

Depuis Webber c’est positionné plusieurs fois pour un poste de propriétaire ou de GM d’une franchise mais sans réel succès.
Il possède également une entreprise qui gère les investissements de footballeurs américains, de basketteurs et de films. Il a également possédé un restaurant à Sacramento qui a fermé en 2009. Pour finir, sa collection d’objets symbolisant l’Afrique est impressionnante avec des lettres de Booker T. Washington, Martin Luther King et Malcolm X.

SES STATS NBA

Chris-WebberStats

SON PALMARÈS

  • 5 fois NBA All Star en 1997 et de 2000 à 2003
  • Élu au sein de la All NBA First Team en 2001
  • 3 fois élu au sein de la All NBA Second Team en 1999, 2002 et 2003
  • Élu au sein de la All NBA Third Team en 2000
  • NBA Rookie of the Year en 1994
  • Élu au sein de la All NBA Rookie First Team en 1994
  • Meilleur rebondeur NBA en 1999 avec 12.9 prises
  • Son maillot n°4 retiré par les Kings
  • Élu au sein de la All American First Team en 1993
  • MVP du McDonald’s All American en 1993

SON TOP TEN EN CARRIÈRE

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Maxime Duchamp (30 Articles)
fan de NBA actuelle et ancienne et grand supporter des Detroit Pistons

1 Comment on Chris Webber, comme un goût d’inachevé

  1. Eh ben… Quelle carrière !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s