Breaking News

Juwan Howard, la saga de l’été 1996

howard2Nous sommes au cœur de l’été 1996. C’est durant cette période estivale que les franchises NBA tentent d’ajuster leurs effectifs et leurs rosters. Un joueur en particulier retient alors l’attention de nombreuses écuries et apparaît souvent en tête des short-list des recruteurs. Il s’agit de Juwan Howard, ancien membre du Fab Five de Michigan qui évolue sous les couleurs des Washington Bullets. Le joueur reste sur une saison de haute volée lui permettant de devenir All-Star. Il faut dire que l’ailier est un joueur intelligent et polyvalent qui vaut en moyenne 22,1 points, 8,1 rebonds et 4,4 assists au terme de l’exercice 95/96. Knicks, Suns ou encore Hornets, la liste des équipes s’étant manifestées pour accueillir le natif de l’Illinois est longue.

Un homme va parvenir à attirer Juwan Howard dans ses filets. Cet homme c’est Pat Riley. Le coach du Heat de Miami vient de re-signer le pivot Alonzo Mourning, et il ambitionne d’ajouter à sa raquette le nouvel ailier-fort en vogue de la ligue. Riley veut la peau des Bulls de Jordan, et il est prêt à mettre le prix. Il propose donc 100 millions de dollars au jeune joueur qui ne tarde pas à tomber d’accord avec le Heat. Bizarrement, les Bullets ne s’alignent pas sur la proposition de Miami, alors qu’ils en ont la possibilité afin de garder la main sur leur free-agent comme le stipule les nouvelles règles du salary-cap signées en 1995. (ndlr : le salary-cap représente la masse salariale globale d’une franchise. Tous les clubs de la ligue disposent de la même somme d’argent pour payer leur effectif. Une somme qu’il est interdit de dépasser, sauf à certaines conditions précises.)

Cent patates sur 7 ans, voilà de quoi convaincre Juwan Howard. Personne ne dit mieux, Tous les autres clubs jettent l’éponge. Howard saute dans le premier avion pour la Floride et pose avec Pat Riley, une casquette de Miami visée sur le crâne. Fin de l’histoire ? Pas vraiment. Quelques rumeurs commencent à faire leurs apparitions concernant la signature de l’ancien de Michigan. Il se dit que David Stern n’a pas encore validé le contrat et que les juristes de la ligue sont affairés à éplucher les comptes du Heat de Miami. Il faut dire que le front office de la franchise, en resignant Mourning et Tim Hardaway, et en s’offrant P.J Brown pour 36 millions quelques jours avant la venue de Howard a vu les choses en grand cet été là. Et le doute commence à grandir concernant un éventuel dépassement du salary-cap par la franchise floridienne. Le couperet tombe, Howard ne peut pas jouer pour Miami, le contrat est rejeté par les instances de la NBA. Pat Riley crie au scandale :

 » La ligue n’a pas été correcte dans cette affaire. Je sais compter, tous les dirigeants du Heat savent aussi compter. Nous avons scrupuleusement respecté les règles du salary-cap. Ceux qui n’ont pas été corrects dans cette affaire ce sont les gens de la NBA. Ils ont changé les règles pour nous. Contre nous. C’est un fait.  » 

HQ-Juwan-Howard-and-Chris-Webber-Washington-BulletsLa ligue de son côté s’appuiera sur les bonus promis à certains joueurs en cas de bons résultats pour expliquer et entériner sa décision. Des bonus que les juristes de la NBA considéreront comme des salaires déguisés. Le Heat perd la partie, et Juwan Howard retourne donc à la case Bullets. Et pour le coup, il va quand même toucher un joli pactole. Le front-office de Washington décide cette fois de s’aligner sur la proposition initiale de Miami. Le 5 août 1996, Juwan Howard devient donc le premier joueur de la ligue à signer un contrat de plus de 100 millions de dollars. 105 millions sur 7 ans pour être précis. Devant le nombre de zéro affiché sur son chèque, Howard fait amende honorable et s’exprime dans la presse sur ce revirement incroyable :

 » Je remercie Dieu de m’avoir placé à nouveau dans cette position. Mon coeur appartient à Washington. J’aurais vraiment été triste si j’avais dû quitter les Bullets. Il y a quelques jours j’étais vraiment triste de quitter un endroit comme celui-là. C’est ici, à Washington, que j’ai envie de jouer.  »  

Forcément, vous n’êtes pas obligé de le croire sur parole. C’est donc ainsi que Juwan Howard renfilera le jersey des Bullets. Il restera dans la capitale fédérale jusqu’en 2001 avant de rouler sa bosse dans toute la ligue (Houston, Portland, Denver, Dallas, Charlotte, Minnesota ou encore Orlando). L’occasion pour lui de retrouver son pote du Fab-Five, Chris Webberavec lequel il fera équipe quelques saisons. Par contre, après ce transfert avorté, Howard ne sera plus jamais All-Star. Lien de cause à effet ? Quoiqu’il en soit, la fin de l’histoire est belle puisque c’est finalement à Miami que Juwan Howard terminera sa carrière où il signe quasiment 15 ans après cette affaire de transfert râté. Il en profitera en plus pour être sacré champion. Aujourd’hui il officie encore sur le banc du Heat en tant qu’assistant-coach.

LES STATS DE JUWAN HOWARD A WASHINGTON

  • 7 saisons
  • Points: 8 530 soit 18,4 par match
  • Rebonds: 7 428 soit 7,4 par match
  • Assists : 2 663 soit 3,3 par match
  • 47,8 % de réussite aux shoots
  • Matchs: 464 matchs disputés dont 451 en tant que titulaire
  • 3 matchs de playoffs dont 3 en tant que titulaire

HIGHLIGHTS HOWARD/WEBBER A WASHINGTON

Crédits photos : Palmbeachpost/Kicksoncard/Slamonline

Advertisements
About Waka Bayashi (85 Articles)
Enfant des eighties, c'est au début des années 90 que je découvre la NBA. En 1993 j'obtiens mon brevet des collèges grâce à l'épreuve de Géographie au cours de laquelle je localise les plus grandes villes sur la carte des Etats-Unis, en ajoutant entre parenthèses le nom des franchises de la ligue, en espérant secrètement quelques points bonus. Fan des joueurs avec un taux de trash-talking élevé (coucou Reggie Miller), j'ai intégré l'équipe de Basket Rétro afin que mes parents soient fiers de moi.

1 Comment on Juwan Howard, la saga de l’été 1996

  1. Un sympathique « petit » contrat 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s