Breaking News

Rik Smits, le géant hollandais de l’Indiana

Mini-portrait

Frustrante. Voilà comment pourrait-on qualifier la carrière NBA du pivot de 2.24 mètres. Grand par la taille et par le talent, Rik Smits n’a pourtant jamais semblé pouvoir tenir tête aux mastodontes qu’étaient Olajuwon, O’Neal ou Robinson, ni même pouvoir côtoyer les sommets. Si son rendement reste pour le moins correcte (14,8 points par match), il reste largement en deca des attentes du public …

Sorti de Marist College, le natif d’Eindhoven ( Pays-Bas ) semblait promis au haut de l’affiche. Après une première saison sans grands lustres, Rik Smits s’imposera comme l’un des tout meilleurs basketteurs du pays au niveau universitaire avec d’impressionnantes moyennes lors de sa quatrième et dernière année où il compilera 24,7 points, 8,7 rebonds et 3,9 contres par match. En dépit de qualités athlétiques très moyennes, d’un jeu de passe déplorable (0,4 passe par match avec Marist College) et d’un sens du rebond assez sous-développé pour un joueur de sa taille (Dennis Rodman, 2m03 prenait deux fois plus de rebonds …), Rik Smits s’est imposé comme le meilleur pivot de sa promotion.

C’est donc logiquement qu’il est drafté, le 28 juin 1988, par les Indiana Pacers, une franchise à la dérive composée du talentueux Reggie Miller. Arrivé dans l’Indiana en tant que back-up de Steve Stipanovich, « The Dunkin’ Dutchman » est rapidement propulsé au rang de starter après la retraite de ce dernier, pour cause de multiples blessures aux genoux. Auteur d’une saison rookie satisfaisante (11,6 points de moyenne),Smits est sélectionné dans la All-Rookie First Team. S’il affiche de bonnes statistiques individuelles, sa carrière ne semble pas avancer d’autant plus qu’Indiana éprouve les pires difficultés en playoffs.

Rick Smits #45Il fallut attendre la saison 1993-1994 et l’arrivée de Larry Brown au poste de coach, pour voir une montée en puissance de la part du talentueux pivot néerlandais. En la personne de Smits, les Pacers ont enfin trouvé leur second leader derrière l’intouchable Reggie Miller. Après de déshonorables stats en playoffs lors de ses premières années, Rik Smits a su élever son niveau, en témoignent ses 22 points de moyennes lors des play-offs 1992-1993. Cette montée en régime aura pour conséquence deux qualifications en finales de conférence Est en 1994 et 1995. Même si ces deux finales se solderont par des défaites, Smits se montrera très précieux avec notamment un buzzer-beater lors du match 5 de la finale de conférence Est contre le Magic d’Orlando, en 1995. En 1996, il établiera même son record au scoring avec 18,5 points de moyenne.

Néanmoins, les blessures viendront troubler la fin de carrière du géant hollandais et les rêves de consécration des Pacers. Lors de la saison 1996-1997, il sera même absent 30 matchs de saison régulière, à cause d’une récurrente blessure au pied. Beaucoup trop, pour permettre au Pacers de se qualifier en playoffs … L’année suivante, malgré de fraîcheur physique et usé par les blessures. Les finales NBA 2000 auraient pu récompenser ce grand joueur mais la puissance angelino menée par Kobe Bryant et Shaquille O’Neal n’était pas de cet avis. Douleureuse fin …

SES STATS NBA

Rik Smits

SON PALMARÈS

  • NBA All Star en 1998
  • Elu au sein de la NBA All Rookie First Team en 1988
  • 2 fois NEC Player of the Year en 1987 et 1988

LA CARRIÈRE DE RIK SMITS EN IMAGES

Crédits photo : NBAE/SI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s