Breaking News

[Happy Birthday] David Robinson, ou le fondateur de la dynastie des Spurs

Mini-portrait

David1

Le mythique numéro 50 des Spurs de San Antonio, qui souffle aujourd’hui ses 49 ans, est à l’origine de la lignée victorieuse des Spurs que l’on connaît encore actuellement.

Depuis plus de 15 ans maintenant, San Antonio a toujours remporté plus de 50 matchs en saison, ce qui est un record de régularité. David Robinson est un fils de militaire. Il a d’ailleurs effectué son parcours de basketteur universitaire au sein de l’US Navy avant de se présenter à la draft 1987. Il est ainsi le numéro un de cette draft, sélectionné par une équipe alors médiocre qui n’est autre que San Antonio. Il n’a ainsi entamé sa première saison qu’en 1989, deux ans après, du fait de son engagement au sein de l’armée et de l’US Navy, lui valant le surnom de « L’Amiral » tout au long de sa carrière

David3Une fois qu’il les a rejoint, les Spurs ont tout simplement réalisé la meilleure progression de l’histoire, remportant 35 matchs de plus en 1989-1990 qu’en 1988-1989. David Robinson est alors un rookie de 24 ans. Il est déjà devenu le franchise player qui va sortir son équipe de la médiocrité. Il est très logiquement élu Rookie of the Year, sa première distinction personnelle en NBA, mais loin d’être la dernière. Il est aussi sélectionné dans la « All NBA Third team », performance rare pour un rookie.

Ses premières saisons furent de très haut niveau. Il a donc été appelé à rejoindre les rangs de la mythique Dream Team aux jeux Olympiques 1992. Il avait déjà participé aux jeux Olympiques 1988 en tant que joueur universitaire mais n’avait finalement empoché que la médaille de bronze. 1992 et 1996 lui ont permis d’obtenir 2 titres Olympiques.

La saison NBA la plus incroyable de David Robinson sur le plan personnel fut sans doute la saison 1993-1994. Les Spurs faisaient figure de favoris pour le titre NBA à l’entrée des playoffs, dans une NBA privée de Michael Jordan qui a pris sa première retraite sportive. Deux matchs furent particulièrement incroyables de la part de l’Amiral. Le premier, le 17 février 1994 face aux Pistons de Detroit. Il est devenu le quatrième joueur à réaliser une performance ahurissante, un quadruple double ! Il aligna une ligne statistique de 34 points, 10 rebonds, 10 passes et 10 contres, le dernier en date à avoir réussi une telle performance. (plus d’infos sur cette perf via cet article en cliquant ici).

Son deuxième match notable est le dernier de la saison régulière. Le titre de meilleur scoreur se joue entre deux pivots, lui et le jeune Shaquille O’Neal. Finalement, le numéro 50 des Spurs tire son épingle du jeu en scorant pas moins de 71 points face aux clippers de Los Angeles ! (Plus d’infos via cet article en cliquant ici). Néanmoins, ce n’est pas cette franchise texane qui sera sacrée championne NBA en juin, mais les Houston Rockets. Ce n’est alors que partie remise, David Robinson ayant encore plusieurs saisons devant lui. Malgré une baisse de niveau au scoring et l’absence d’exploits du même acabit, la saison suivante fut celle de la consécration personnelle pour David Robinson : il est élu MVP en 1995, succédant à Hakeem Olajuwon, champion la saison précédente. Néanmoins, celui-ci mena les Rockets à un deuxième titre consécutif de champion NBA, privant encore les spurs de la consécration.

David2Le retour de Michael Jordan et le deuxième Three-peat des Bulls a à nouveau privé les Spurs de leur rêve, n’atteignant jamais la finale NBA.

Finalement, le salut des Spurs est paradoxalement venu d’une blessure de l’Amiral : Sa saison blanche en 1996-1997 a permis aux Spurs de récupérer le premier choix de draft 1997. Tim Duncan, incontestable meilleur joueur universitaire de l’époque, a été choisi et complète une raquette qui est désormais la meilleure de NBA. Rapidement, le leadership des Spurs a changé de main. Duncan s’impose comme le meilleur scoreur des Spurs, et le franchise player avec 21 points et 12 rebonds par match dès sa saison rookie. Le « rookie of the year » 1998 a mené les Spurs, dès sa deuxième saison NBA, au titre de champion. Duncan est l’incontestable MVP des finales.

Robinson n’est plus qu’un simple lieutenant du « Big Fundamental« , et remporte également un premier titre de champion bien mérité. La raquette des spurs était alors inarrêtable, bien que les Lakers de Los Angeles les ont empêché de retourner en finale pendant les trois années suivantes, réalisant un « three peat » entre 2000 et 2002. Les « Twin Towers », cette fois accompagnées de Bruce Bowen, Tony Parker et Manu Ginobili, ont remporté un dernier titre ensemble en 2003. Robinson est alors un joueur en pré-retraite, ne marquant que 8.5 points par matchs pour sa dernière saison NBA, avant de prendre une retraite bien méritée après une belle carrière.

La dynastie des Spurs est toujours en place : Duncan, Parker et Ginobili sont toujours coachés par Gregg Popovich et ont remporté 2 titres supplémentaires depuis, et restent l’une des meilleures équipes de NBA. Et si ce trio (quator avec le coach) est tout ce qui reste de l’époque « Robinson », on se souvient encore du numéro 50 comme d’un joueur mythique d’une franchise qu’il a mené aux sommets.

SES STATS NBA

David-Robinson

SON PALMARES

  • Champion NBA en 1999 et en 2003
  • MVP de la saison régulière en 1995
  • Élu Rookie Of the Year en 1990
  • Élu au sein de la All NBA First Team en 1991, 1992, 1995 et 1996
  • Élu au sein de la All NBA Second Team en 1994 et 1998
  • Élu au sein de la All NBA Third Team en 1990, 1993, 2000 et 2001
  • Défenseur de l’année en 1992
  • Élu au sein de la All NBA Defensive First Team en 1991, 1992, 1995 et 1996
  • Élu au sein de la All NBA Defensive Second Team en 1990, 1993, 1994 et 1998
  • Meilleur marqueur NBA en 1994 avec 29.8 points
  • Meilleur rebondeur NBA en 1991 avec 12.9 rebonds
  • Meilleur contreur NBA en 1992 avec 4.4 contres
  • Figure parmi les meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996
  • Médaillé d’or aux JO de 1992 et 1996
  • Médaillé d’or aux championnats du monde de 1986
  • Médaillé de Bronze aux JO de 1988
  • Rentre au Hall Of Fame en 2009
  • Son maillot n°50 est retiré par les Spurs

UN MIX RETRAÇANT LA CARRIÈRE DE DAVID ROBINSON

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Antoine Abolivier (70 Articles)
Tombé dans le basket en découvrant Tony Parker et Boris Diaw. Passionné par tout ce qui touche à son histoire que ce soit le jeu, la culture ou les institutions. Présent sur twitter, @AAbolivier

1 Comment on [Happy Birthday] David Robinson, ou le fondateur de la dynastie des Spurs

  1. @ Theloger : Il était temps que tu mette ta plume au service d’un plus grand site que le notre ^^ Excellent article !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s