Breaking News

Clarence Weatherspoon, le Baby Barkley des 76ers

Mini-portrait

Trois jours avant la draft de 1992, les 76ers ont envoyé le charismatique Charles Barkley en direction des  Suns de Phoenix. Après ce départ, il était clair que Philadelphie aurait eu beaucoup de difficulté à remplacer un tel All Star. Mais chose surprenante, en sélectionnant Clarence Weatherspoon à la 9e place de la draft 92, les Sixers détenaient un intérieur avec un style de jeu agressif, similaire à l’ancien joueur des 76ers, surnommé « Baby Barkley« .

En dépit d’être un tour de draft très talentueux, Clarence Weatherspoon est issu d »une classe de très grande qualité, puisque Shaquille O’Neal, Alonzon Mourning, Christian Laettner, Jim Jackson, LaPhonso Ellis, Tom Gugliotta, Robert Horry, Doug Christie, Olivier Miller ou encore Latrell Sprewell sont également sélectionnés lors du premier tour de cette draft 92.

spoon1Weatherspoon termine sa saison rookie avec 15,6 points et 7,2 rebonds de moyenne par match, et par la même occasion devient le joueur qui a marqué le plus de points lors de sa première année rookie dans l’histoire de la franchise des 76ers. Lors de la saison 1993-94, Clarence termine avec un double double de moyenne (18,4 points et 10,1 rebonds de moyenne par match), et rejoint le club très fermé (avec Hakeem Olajuwon, David Robinson, Shawn Kemp et Cliff Robinson)  à atteindre au minimum une unité de moyenne dans les cinq catégories majeures (points, rebonds, contres, interceptions et passes décisives) sur une seule saison. Sur cette même saison, il réalise un triple double avec 15 points, 15 rebonds et 13 passes décisives.

Ensuite d’année en année, son rôle sera fortement diminué, avec entre autre les arrivées de Sharone Wright en 1994, Jerry Stackhouse en 1995 et Allen Iverson en 1996. Lors de la seconde moitié de sa carrière, Weatherspoon proposera ses services à cinq franchises, les Warriors de Golden State, le Heat deMiami, les Cavaliers de Cleveland, les Knicks de New York et les Rockets de Houston. Il terminera ainsi sa carrière avec 11,5 points, 7,5 rebonds et 1,5 passes de moyenne par match.

LES 34 POINTS ET 10 REBONDS DE WEATHERSPOON EN 1997

Crédits photo : NBAE/SI

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (688 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s