Breaking News

In Da Paint by Gary, Larry Bird – Larry Legend

in Da Paint

Nous sommes le 4 février 1993 et 15 000 personnes ont envahi les gradins du vieux Boston Garden pour rendre hommage à une légende. Sur le parquet, Larry Bird, 36 ans, entouré de sa compagne Dinah et de son petit garçon, Connor, hisse avec soin le maillot frappé du numéro 33 des Celtics. Le sien.

Etoffe précieuse qu’il retire du jeu. Bird, victime de douleurs lombaires à répétition, est au bout du rouleau. Il s’en va. Magic Johnson, qui arbore fièrement un tee-shirt des Celtics, n’est pas loin… L’image est belle. Elle symbolise la fin d’une époque, une période culte qui aura fait chavirer l’Amérique branchée basket des eighties.

En se retirant, Bird lâche prise. Les Celtics perdent leur âme. Bizarrement, l’homme ne s’est jamais vu affublé d’un quelconque surnom, si ce n’est de celui de Kodak, de manière fugace. Surnom donné par Bill Fitch, le coach du début des années 80. Une façon, à posteriori, de figer dans l’histoire l’image de ce grand blanc pataud qui fut l’un des joueurs les plus complets du siècle. Aux côtés de Magic Johnson. Son ami. Pas loin de lui. Comme toujours…

larry bird gs BR 2

Surtout n’hésitez pas à rejoindre la communauté facebook de In da Paint et de Gary Storck !

Advertisements
About Gary Storck (20 Articles)
Gary Storck est un artiste parisien mordu de basket. Retrouvez sa rubrique sur Basket Rétro où il est question des joueurs qui ont marqué la Grande Ligue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s