Breaking News

In Da Paint by Gary, Charles Barkley – Sir Charles

In Da Paint

Le soleil glissait déjà derrière les collines et Charles sortait à peine de l’entraînement. Mais c’était plus fort que lui. Il méditait cette escapade depuis des semaines. C’était pour ce soir.

La route était longue. Depuis Philadelphie il fallait bien compter 5 heures de route. Les bouchons de New York étaient inévitables. Autant compter dès maintenant une heure de plus. Et le retour avant l’entraînement demain matin… Il connaissait son coach Matt Guokas. S’il n’avait ne serait-ce que dix minutes de retard, il devrait passer 2 ou 3 heures interminables à faire des exercices laborieux et stupides. Pas le temps de penser à tout ça, Charles était déjà au volant de son premier salaire, un belle Camaro cabriolet bleue nuit.

Le voyage se passait sans encombre ; Les Burger King et les motels tous identiques se répétaient dans un manège incessant. La faim commençait à se faire sentir. La valse des chaines de burgers n’y étaient pas pour rien. Il était parti depuis moins d’une heure et avait déjà fait étape pour en engloutir un, rien qu’un. Rien qu’un…S’il ne s’arrêtait pas prochainement, c’est la faim qui le dévorerait. Il ferait escale au prochain boui-boui avant de reprendre la route.

Trois burgers plus tard, retour sur l’Interstate 95. Il était bientôt 20 heures et NYC était encore à 60 miles. Alors Springfield…

Springfield et son Hall of fame. C’était là sa destination. Il voulait voir le bâtiment de ses yeux ; s’asseoir et le contempler. Sentir et puiser sa force mystique. Il le savait, le vaisseau, peuplé des fantômes des légendes du Basket, serait un jour aussi le sien. Un jour, son maillot flotterait tout en haut comme le drapeau d’un pirate. Il serait lui aussi, comme son idole Julius Erving, éternel parmi les éternels.

Les lumières de Staten Island disparaissaient dans le rétroviseur tandis que les vers lumineux de New York avaient surgi. Sans compter ces saletés de bouchons il restait facilement 3 heures de route et le ventre de Sir Charles se manifestait encore.

 

serie basket barkley  gs ok

Surtout n’hésitez pas à rejoindre la communauté facebook de In da Paint et de Gary Storck !

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Gary Storck (20 Articles)
Gary Storck est un artiste parisien mordu de basket. Retrouvez sa rubrique sur Basket Rétro où il est question des joueurs qui ont marqué la Grande Ligue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s