Breaking News

Ed Murphy, la gâchette incontrôlable du CSP Limoges

France

Connu pour sa moustache, ses cheveux frisés et surtout son talent offensif, Ed Murphy est un joueur qui a marqué le championnat de France. Il est resté 4 ans à Limoges où il a écrit la plus belle page de sa carrière, mais aussi mené son équipe à ses premiers titres nationaux et continentaux.

DU MASSACHUSSETS A L’EUROPE

Edward « Ed’ » Murphy est un ailier de 1,93m né en 1956 à Bayonne, dans le New Jersey. Il découvre le basket étant jeune, et joue dans l’équipe High School de sa ville, le Marist HS. Lors de sa dernière année au Lycée, malgré de bonnes performances (33 points par match), il n’est pas repéré par une grande fac. Il rejoint l’université de Merrimack, dans le Massachussets, en deuxième division de NCAA. Il a de bonnes références, puisqu’il est le meilleur marqueur de seconde division de NCAA(32 points à 60% de réussite). La qualité de son shoot lui vaut le surnom de « Radar », comme il trouve toujours la cible. Mais malgré tout, il est snobé à la draft notamment pour son physique trop frêle. C’est Atlanta qui le sélectionne finalement en 160ème choix, au huitième tour de la draft. Refusant de signer un contrat particulièrement faible, Murphy a ainsi tourné le dos à une NBA qui ne voulait pas vraiment de lui non plus.

Ed Murphy - CSP Limoges

Ed Murphy – CSP Limoges

Il est vrai que son physique, en dépit de sa taille, et son look ne témoignaient pas de son statut : il a notamment confié que les douaniers ne le croyaient pas quand il disait être basketteur, et l’ont donc fouillé lorsqu’il a quitté la Belgique pour la France.

Après avoir travaillé deux mois pour les services des postes, Murphy est revenu vers le basket. Il a ainsi effectué une carrière complète en Europe. Il commence par une saison dans le petit club du Bob Rotterdam qui jouait en première division des Pays-Bas. Il rejoint en 1979 le club de RC Malines, référence du championnat belge à l’époque, où il remporte le titre de champion de Belgique pour sa première saison. Il s’impose très vite comme un bon joueur dans le basket européen, étant notamment un scoreur prolifique (toujours à 30 points de moyenne par rencontre). Après 2 saisons en Belgique, où il était le meilleur marqueur du championnat, il peut donc prétendre à rejoindre un plus grand club. Il est notamment remarqué pour la qualité de son shoot, particulièrement efficace malgré l’absence de ligne à trois points dans les championnats européens à l’époque. Il avait la particularité de rester longtemps en suspension, ce qui le rendait particulièrement difficile à contrer. Il armait haut, derrière la nuque, son shoot était ainsi aussi singulier qu’efficace.

SON PASSAGE A LIMOGES

Il débarque donc en France en 1981, au CSP Limoges. C’est le club français montant et plein d’ambitions depuis sa qualification pour la coupe européenne Korac. Cette coupe a depuis été remplacée par l’Eurocoupe, qui est le trophée le plus prestigieux à l’échelle continentale après l’Euroleague. L’année de son arrivée, Limoges inaugure aussi le Palais des Sports de Beaublanc, d’une capacité de 5 516 places.

Limoges recrute la même année le pivot américain Irvin Kiffin (présent dans la Team USA 1978, 5° des championnats du monde cette année là), et le meneur international français Jean-Michel Sénégal. Ed Murphy rejoint aussi Apollo Faye et Richard Dacoury, déjà présents dans l’équipe. Il partage avec ce dernier le titre officieux de « leaders » de l’équipe. C’est le coach André Buffière qui l’a fait venir de Belgique. Sûr de lui, bien qu’il ne parlait pas anglais, il a permis l’intégration rapide de l’américain dans l’équipe.

Ed Murphy - CSP Limoges

Ed Murphy – CSP Limoges

Alors que son équipe était sur le point de recruter un jeune ailier américain sorti de fac, Buffière a coupé le contact pour faire venir Murphy. Xavier Popelier, président emblématique du CSP, a raconté s’être fâché au vu de ce choix de Buffière, et s’est dit catastrophé à l’issue du premier entraînement de la recrue avec l’équipe. Murphy sortait de l’avion, était hors de forme, et jusque à l’arrivée d’Irvin Kiffin peu après a eu du mal à s’intégrer. Mais les Limougeauds n’ont découvert ce que savait Buffière qu’au début de la saison : Ed Murphy allait changer la face de l’équipe.

Pour l’inauguration de Beaublanc et son premier match de championnat avec sa nouvelle équipe, Murphy score 40 points face aux champions en titre de Villeurbanne, et ce malgré la défense de Jacques Monclar qui était réputé pour son travail de ce côté du terrain.

Ed Murphy - CSP Limoges

Ed Murphy – CSP Limoges

Avec 32 points par match en moyenne sur 4 ans, il obtient le titre de meilleur scoreur lors de chacune de ses saisons en France. Avec une moyenne de 30 points à 63 % de réussite pour sa première saison, et 34.5 points à 59 % pour sa dernière, il a été littéralement inarrêtable pendant ces 4 années, faisant tout bien : beaucoup de points, peu de ratés, et une équipe qui gagne. Il était toujours là dans les grands matchs, comme ses 45 points contre l’ASVEL en finale de la coupe de la fédération 1982. L’année suivante, dans la même finale mais face à Monaco, il récidive avec 46 points. En finale de la coupe des Champions, il réussit 16 de ses 17 tentatives de tir face à Cantu, champion d’Europe en titre.

Il mène également Limoges au titre de la Coupe Korac en 1982 et 1983, en étant à chaque reprise le meilleur marqeur de la finale avec 35 puis 34 points à son actif. Limoges bat à chaque fois le KK Sibenka, petit club yougoslave présent à ce niveau en grande partie grâce à Drazen Petrovic, ces matchs donnant lieu à deux grands duels d’ailiers. Il a remporté également 3 titres de champion de France entre 1983 et 1985 avec le CSP, ainsi que trois coupes de France.

En mai 1985, il donne son accord pour une prolongation de deux ans après des négociations tendues. Néanmoins, sur fond de désaccord financier, il finit par quitter Limoges dans un contexte difficile qui ternit la fin de la belle histoire, mais qui sera vite pardonnée par les fans et le club. Limoges a connu deux années de galères, avant de retrouver le meilleur niveau et d’aller remporter l’Euroleague en 1993. Il est parti de Limoges pour la Suisse en 1985. Il passe 3 ans à Champel, où il remporte 3 titres dont celui de champion de Suisse en 1988. Il reste en Suisse 2 années supplémentaires, au BBC de Nyon, avant de prendre sa retraite à 34 ans.

SA PLACE DANS L’HISTOIRE DU CSP LIMOGES

En 2013, le site Encyclocsp l’a classé à la seconde place des meilleurs joueurs de l’histoire du club, derrière l’inégalable Richard Dacoury (18 saisons au club pour 20 titres, son numéro 7 est le seul jamais retiré par le club). L’ailier n’a passé que 4 ans à Limoges mais a grandement contribué à écrire la première page glorieuse de l’histoire du CSP. Il est la première grande star américaine à avoir joué pour Limoges, et était un attaquant hors-normes. Pour toutes ses performances, il a logiquement été par 3 fois élu MVP étranger du championnat de France par Maxi-Basket. Magazine dont il a d’ailleurs fait la une pour son tout premier numéro en 1982.

Trente ans après son départ de Limoges, il laisse derrière lui un nombre incalculable de records. Parfois comparé à Jerry West, il était un shooteur pur, peu à l’aise sans le ballon en mains mais devenant un véritable virtuose avec. Sa réussite impressionnante (autour de 60 % de réussite pendant 4 ans à Limoges) l’est d’autant plus quand on sait à quel point il aimait les un contre un. Il ne se servait pas vraiment d’écrans, il se débrouillait. Pour autant, le meneur Jean-Michel Sénégal reste admiratif et ne le considère pas comme un croqueur :

« Je dois dire que je n’aimais pas beaucoup jouer aux côtés de shooteurs parce qu’ils gaspillent, mais lui ne forçait rien. Il savait rendre le ballon parce qu’il savait qu’il le reverrait très vite ».

Peu à l’aise en défense, notamment du fait de son physique, il compensait par son implication bien que ce ne soit pas son point fort.

En 1999, Xavier Popelier place Murphy comme le troisième américain à avoir joué en France, après Don Collins (qui a joué à Limoges de 1987 à 1991) et Michael Young (de 1992 à 1995). Il considère notamment que le jeu de Murphy aurait du mal à s’adapter à l’évolution du basket, face aux défenses plus physiques qu’à son époque. Aujourd’hui, Murphy s’est éloigné du basket-ball. Il a notamment été cadre d’une société de jeux de société (qui commecialisait notamment Monopoly). Sa fille, née à Limoges, est devenue double championne de l’état du Massachussets.

SON PARCOURS

  •  ????-???? : Drapeau : États-Unis Marist HS (High School)
  •  ????-1978 : Drapeau : États-Unis Merrimack Collège (NCAA 2)
  • 1978-1979 : Drapeau : Pays-Bas Bob Rotterdam (1er division neerlandaise)
  • 1979-1981 : Drapeau : Belgique RC Malines (Division 1 Belge)
  • 1981-1985 : Drapeau : France CSP Limoges (Nationale 1)
  • 1985-1988 : Drapeau : Suisse Champel (Ligue Suisse nationale A)
  • 1988-1990 : Drapeau : Suisse BBC Nyon (Ligue Suisse nationale A)

SON PALMARES

  • Champion de Belgique 1980
  • Champion de France 1983, 1984 et 1985
  • Vainqueur de la Coupe de la Fédération : 1982, 1983 et 1985
  • Vainqueur de la coupe Korac : 1982 et 1983.
  • Champion de Suisse : 1988
  • Vainqueur de la Coupe de Suisse : 1986 et 1987
  • MVP étranger du championnat de France : 1983, 1984 et 1985
  • Meilleur marqueur du championnat de France : 1982, 1983, 1984 et 1985

LES 35 POINTS D’ED MURPHY FACE A DRAZEN PETROVIC

Crédits photo : Le Populaire/Maxi-Basket

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Antoine Abolivier (66 Articles)
Etudiant breton se destinant au journalisme, fan de basket depuis toujours et inconditionnel des Spurs depuis au moins aussi longtemps. Présent aussi sur Twitter, @AAbolivier

5 Comments on Ed Murphy, la gâchette incontrôlable du CSP Limoges

  1. Probablement un de tes meilleurs articles 😀

    Aimé par 1 personne

  2. content de voir que la page fan sur Ed Murphy a été visité 🙂 comme les pages wiki, bel article 😉

    Aimé par 1 personne

  3. salut, voilà ma réalisation sur Ed Murphy 😉

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ed_Murphy

    J'aime

  4. Bonjour! bravo pour cet article! si vous avez des infos/photos/vidéos sur les 3 années qu’il a passé à Champel, je suis preneur! Benoit Moget, Président de Champel Genève Basket.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s