Breaking News

[Happy Birthday] Kareem Abdul-Jabbar, le Roi du Sky Hook

Portrait

Bill Russell était sans doute meilleur en défense, et Wilt Chamberlain a certainement marqué plus de points, mais aucun joueur n’a jamais égalé la grâce, l’éloquence et l’éclat du jeu de Kareem Abdul Jabbar, qui fête aujourd’hui ses 68 ans.

Hall Of Famer, Kareem Abdul Jabbar est fils unique, né le 16 avril 1947 sous le nom de Ferdinand Lewis Alcindor. Il est le fils d’un couple de noirs du quartier d’Inwood à New York : Ferdinand Alcindor Senior, un employé du Metro (Transit Authority), et Cora Douglas. A sa naissance, il mesure déjà 56 cm pour un poids de 5,75 kgs. Il atteindra finalement les 2,18m. A l’age de 9 ans, il mesurait 1,83m, 2,03m à 12 ans, 2,08 à 14 ans et enfin 2,14m à 15 ans.

A l’école, lors de une de ses rentrées, l’instituteur lui cria :

« Assis le grand du fond ». Le déjà fier Alcindor lui répondit :« Je suis assis, monsieur » 

Après un apprentissage pur et dur où il apprend scientifiquement le basketball, il vit des périodes sur les playgrounds des ghettos noirs de Philadelphie qui l’endurcirent et lui permirent de se transformer en pivot de combat. Le jeune Lew Alcindor (dont le nom ne trahit pas des origines martiniquaises), au sortir de la St Jude Catholic à New York, une institution d’école primaire représentée par des blancs de la classe moyenne, intègre la célèbre école (aussi catholique) de la Power Memorial school de New York dans le quartier de Manhattan. Là-bàs, il sera pris en main par le canadien Jack Donohue, qui saura toujours trouver les bons mots pour « l’asticoter », (et qui deviendra coach de l’équipe du Canada de basketball). Il est épaulé par Jay Carter, un colosse de 2,03m qui l’entraîne durement aux rebonds. Le futur Kareem Abdul Jabbar, sera en quelque sorte « formaté » pour devenir une star du basketball, ce qui sera le cas puisque le joeur a mis véritablement du sien.

Alcindor était en fait un travailleur acharné qui ne rechignait pas à la tâche. A St Jude puis au Power Memorial, Alcindor, ne connaîtra que deux ou trois fois la défaite en championnat de la ville de New York puis de l’Etat. Il y réalise ses premiers « cartons » avoisinant à chaque match un total de 40 à 50 points. Au sortir de la Power Memorial, c’est la bousculade des scouts et journalistes. Les uns veulent attirer le jeune basketteur intellectuel vers leur équipe de basket universitaire, les autres vers leur micro.

A l’issue d’une véritable conférence de presse de 30 secondes, Alcindor rend publique le nom de l’université qu’il a choisi :

« C’est UCLA de John Wooden que je rejoindrai à la rentrée. »

Il fréquente alors l’UCLA (célèbre Université de Los Angeles) entre 1967 et 1969 et ne perd que deux matches pendant cette période ! Sa réputation lui permet d’être choisi au premier tour de la draft en 1969. Son diplôme en poche, il joue alors en NBA pour les Bucks de Milwaukee puis les Lakers de Los Angeles, où son association avec Magic Johnson fera merveille. Il y développa le Sky Hook, un tir très prisé des pivots de nos jours car quasiment incontrôlable. Le geste consiste à tirer au panier en amenant la balle d’une main au-dessus de la tête, bras tendu. L’autre bras sert à se protéger du défenseur.

Pendant ses études en 1971, il se convertit à l’islam et prend le nom que tout le monde connait. En parralèle avec sa carriere sportive, Kareem a joué quelques rôles au cinéma. Il se bat avec Bruce Lee dans le film : « Le jeu de la mort » (1978) et fait une apparition en tant que pilote dans le film « Y’a t’il un pilote dans l’avion? ».

SES STATS NBA

Kareem Abdul-Jabbar

 

SON PALMARÈS

  • College Player of the Year (1967, 1969) 
  • Élu au Naismith Memorial Basketball Hall of Fame (1995) 
  • Champion de NCAA (1967, 1968, 1969) 
  • Most Outstanding Player du tournoi NCAA (1967, 1968, 1969) 
  • Champion NBA (1971, 1980, 1982, 1985, 1987, 1988) 
  • MVP (1971, 1972, 1974, 1976, 1977, 1980) (record !) 
  • MVP des finales NBA (1971, 1985) 
  • NBA Rookie of the Year (1970)

MIX : ALCINDOR JABBAR THE GREATER BY CLUTCH 23

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (684 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s