Breaking News

Un « Pau au feu » brulantissime de réussite remporte son 8ème titre de Pro A en 2003

Playoffs LNB

Alors que le Limoges CSP vient tout juste d’être sacré champion de France. Basket Rétro revient sur une autre finale du championnat de France qui s’est joué il y a 12 ans entre Pau-Orthez et l’Asvel. Comme en 2001, ce sont les Palois de Boris Diaw et des frères Piétrus qui ont pris le meilleur sur les joueurs villeurbannais en remportant le match 3 décisif. Détails.

Après une saison régulière 2002-2003 de 30 matchs et des phases finales de playoffs (quart et demi-finale), Pau-Orthez (1er du classement de cette saison avec 27v- 3d) et l’Asvel Villeurbanne (2e avec 23v et 7d) se retrouvaient à nouveau en finale du championnat de France de Pro A. Ces deux équipes ne se lâchent plus d’une semelle. Et pour preuve, deux ans auparavant, Palois et Villeurbannais se sont disputés le trophée de champion de France remporté par le club béarnais. Et en 2002, Villeurbanne avait battu au même stade Pau-Orthez en deux manches (77-68 et 65-64). C’est dire s’il y a une certaine revanche dans l’air entre ces deux grands clubs du basket français.

PAU ET ASVEL, DEUX CLUBS DOMINANTS DE PRO A DE 95 A 2002

Avant la finale de 2003, les finalistes du championnat étaient soit Pau ou l’Asvel entre 1995 et 2002. Preuve que le basket français était dirigé par deux locomotives. Sur les huit dernières finales entre ces deux années, si on cumule le nombre d’accès de ces deux équipes phares de France à ce stade de la compétition, celui-ci s’élève à 12.

En 2003, lors du match 1 le 21 juin, Pau-Orthez étrille l’Asvel sur le score de 95-73 à l’Astroballe. Trois jours plus tard, c’est Villeurbanne qui inflige une correction aux Palois en gagnant le match 2 102-78 à Pau grâce notamment à un Simon Petrov qui a enfilé son costume de shooteur fou (28 points en 22 minutes avec un 8/11 aux tirs dont 3/4 à trois points). Cette défaite là est la plus large de toute l’histoire de la Pro A à ce moment-là. La décision finale s’est donc faite dans une troisième manche décisive à l’image de ce qu’il s’est passé en 2001. Sauf que cette fois-ci, le nom du vainqueur sera connu au Palais des Sports de Pau (car Pau bénéficie de l’avantage du terrain grâce à son meilleur bilan en saison régulière).

LA DÉFENSE PALOISE, CLÉ DU MATCH 3

Dragan LukovskiContrairement aux deux premiers matchs, cette rencontre décisive s’est jouée sur un rythme extrêmement défensif. Après une première mi-temps très étriquée où Pau est rentré aux vestiaires avec deux points d’avance (33-31), les Palois feront la différence en deuxième mi-temps avec 41 points marqués contre 35. Succès 74-66, synonyme de huitième titre pour Pau. Adroits lors du match 2 à longue distance (12/17), les shooteurs de l’Asvel étaient en panne d’adresse dans ce match 3 à trois-points (8/29). Offensivement, Pau a pu compter sur l’efficacité retrouvée du meneur serbe Dragan Lukovski, champion de France pour la première fois comme le pivot américain Rod Sellers. Elu MVP de la saison régulière 2002-2003 (14 points, 2,5 rebonds et 4,5 passes décisives par match), Lukovski a été auteur de 16 points à 5/8 aux shoots alors qu’il était transparent dans le match 2 (3 points seulement marqués). L’ancien joueur de l’Asvel Kyle Hill a fait souffrir ses ex-partenaires avec ses 11 points. Il remporte son deuxième titre d’affilée de Pro A puisqu’il a été sacré en 2001 avec Villeurbanne.

Ce titre a permis par la même occasion à Pau de participer aux trois éditions suivantes de l’Euroligue (2004, 2005 et 2006) Fréderic Sarre, coach de Pau en 2003, analysait ce match 3 après la fin des 40 minutes de jeu et a tenu à féliciter le travail défensif de ses joueurs : « Ce match, je crois que c’est un truc super parce qu’on disait qu’on était seulement capable de jouer lorsqu’on courait. Ce soir, on n’a pas trop couru. On a su gérer le match et défendre très fort notamment sur les tirs à trois points ».

L’ancien coach de Rueil en Pro B n’a pas hésité après la fin du match à rendre aussi hommage au travail fourni pendant toute l’année par ses joueurs qu’il a dirigé et qui étaient euphoriques  dans le vestiaire: « On a bossé comme des malades avec Didier (Gadou) et Jacky (Commères). C’est la satisfaction d’aller au bout de l’histoire pour une première saison. C’est grand d’avoir été capable de gagner les trois trophées en compétition en France. En 1996, j’étais assistant et c’est un moment qui m’a marqué. Celui-ci, je pense qu’il me marquera encore un peu plus. […]. Cette équipe a fait preuve d’une grande implication dans le travail, de la volonté d’aller au bout d’une histoire. Elle a eu la capacité de temps en temps de se remettre en question et a su être solidaire quand il le fallait. C’est pour ça que je crois que ce titre leur appartient totalement. Nous, avec le staff, on les a juste aidés à aller dans le sens qui nous semblait être le bon ». (Source Basket News, numéro 141).

UN TITRE ACQUIS ENFIN A DOMICILE

Et après plusieurs titres remportés à l’extérieur (à Limoges en 1998 et Villeurbanne en 1999 et 2001), Pau-Orthez a enfin pu célébrer son huitième sacre devant ses supporters chaud bouillants avec cigares en bouche, bouteilles de champagnes en main et bain de foule pour certains comme Fabien Dubos et Artur Drozdov. Comme l’a souligné très justement Frédéric Sarre, ce trophée s’ajoute à celui de la Semaine des As et de la Coupe de France acquis au cours de cette saison 2003. Un triplé de toute beauté qui est resté gravé dans la mémoire de dirigeants, staff et joueurs. C’est ce qu’on appelle finir en « A-PAU-THEOSE »

HOMMAGE APPUYÉ A MICKAEL PIETRUS ET BORIS DIAW

Ce troisième match, en plus d’être tendu, défensif et très âpre, était aussi pleines d’émotions puisque ce Game 3 était le dernier joué par les Français Mickael Piétrus et Boris Diaw sous le maillot palois. Les deux joueurs ont pris la décision de rejoindre la NBA et ont eu la chance d’être drafté par des franchises. (Bobo prend la direction d’Atlanta et Mike de Golden State) Et quel départ des plus heureux pour ces deux futurs joueurs NBA qui terminent la saison avec Pau sur une bonne note et ce championnat remporté devant son public.

A l’issue de ce match, Mickael Pietrus, heureux d’être titré pour la seconde fois, n’a pas manqué de remercier son club formateur et les supporters de Pau : « On était chez nous et ce soir il fallait que je montre au public que j’étais un warrior (référence à l’équipe NBA qu’il va rejoindre). Je dédie ce titre au public, à tous ceux qui m’ont soutenu. Je suis arrivé ici à 15 ans avec mon petit short et mon petit slip. Ca n’a pas été évident pour moi mais ce soir c’est le plus beau cadeau que je puisse leur offrir. Je ne pouvais pas partir en NBA sur une défaite. Je suis heureux. On a fait une saison magnifique. Que demander de plus ? ». (Source Basket News, numéro 141).

Capitaine de Pau, le meneur Fréderic Fauthoux était fier après cette rencontre de voir ces deux jeunes pousses du club s’envoler vers la NBA  «Leur départ est un petit pincement au cœur mais je suis quand même très heureux de les voir partir dans la plus belle et la plus forte des compétitions ».

Boris Diaw heureux en portant le trophée de Pro A (c) guenael64.free.fr

Boris Diaw heureux en portant le trophée de Pro A (c) guenael64.free.fr

En 2000, Pierre Seillant avait osé lancer un pari, celui d’intégrer des jeunes capables de montrer leurs aptitudes dans l’équipe paloise. Et celui-ci s’est avéré le bon choix puisqu’en 3 ans jusqu’à ce nouveau sacre de 2003, Pau-Orthez a glané 5 trophées : deux titres de champion de France en 2001 et donc 2003 en plus de deux coupes de France (2002 et 2003) et une semaine des As (2003). Après ces départs de Mickael et Boris, le boss de Pau, n’a pas souhaité changer totalement l’effectif et a ainsi voulu conserver six des dix joueurs champions de France : Florent Pietrus, Artur Drozdov, Dragan Lukovski, Fabien Dubos, Cyril Julian et Frédéric Fauthoux. Une fois de plus, la décision a été encore bonne. Ces six joueurs ont ainsi par la suite glané un nouveau titre de champion de France de Pro A un an après en disposant de Gravelines en finale en gagnant deux matchs (81-77 et 89-58). Sur ces derniers résultats, le club Palois ne dira pas que c’est un manque de « Pau » mais qu’elle a réussi à viser l’excellence. Un summum que le club tentera de retrouver dans un futur proche.

Photos du titre en 2003 au Palais des Sports de Pau

BOX SCORE DU MATCH 3 PAU-ASVEL : 74-66 (Source Basket News 141 – 2 Juillet 2003)

PAU-ORTHEZ – Coach : Frédéric Sarre

JOUEURS POINTS REBONDS PASSES
Frédéric Fauthoux 6 0 2
Dragan Lukovski 16 1 3
Mickael Piétrus 6 2 2
Cyril Julian 7 8 1
Artur Drozdov 0 3 0
Fabien Dubos 5 3 1
Florent Piétrus 8 9 0
Kyle Hill 11 1 2
Boris Diaw 7 9 1
Rod Sellers 8 3 0

 

ASVEL VILLEURBANNE – Coach : Philippe Hervé

JOUEURS POINTS REBONDS PASSES
André Owens 6 2 7
Steven Smith 3 2 5
Bulic 3 0 0
Harold Mrazek 12 1 0
Simon Petrov 10 0 1
Davor Marcelic 8 8 0
Sacha Giffa 2 3 1
David Frigout 2 4 0
Robert Gulyas 16 8 0
Vasco Evtimov 4 7 0

 Retrouvez ci-dessous le reportage de France 3 consacré au 8ème titre de Pro A obtenu par Pau-Orthez

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (425 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

1 Trackback / Pingback

  1. Pau-Lacq-Orthez/Asvel, une rivalité en cinq chiffres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s