Breaking News

Nicolas Batum, le « Batman » de l’Oregon qui volait au-dessus de Portland

Portrait

Nicolas Batum avec le maillot de Portland (c) Cameron Browne AFP

L’intersaison NBA est marquée chaque été par les nombreux transferts effectués par les franchises nord-américaines. Sur le marché actuel des « trades », les Charlotte Hornets ont recruté Nicolas Batum. L’ailier de l’équipe de France quitte donc les Portland Trail Blazers, maillot sous lequel il aura évolué durant sept années. Basket Rétro revient sur les premiers pas et moments forts de « Batman » dans la Grande Ligue avec la franchise de l’Oregon.

Après sa troisième saison en Pro A sous le maillot du Mans Sarthe Basket, Nicolas Batum s’envole vers les Etats-Unis pour poser ses valises à Portland à l’été 2008. Les Trail Blazers ont récupéré le jeune ailier de 20 ans à l’époque drafté en 25ème position par les Houston Rockets. Il se murmurait que Houston ne voulait pas renforcer son concurrent texan San Antonio en lâchant donc Batum chez les Spurs, une destination qui aurait plu à l’ailier. Mais Batum s’est montré ravi de rejoindre la ville de l’Orégon suite au nom dévoilé de l’équipe qui allait l’accueillir : « Quelle soirée frustrante ! Je voulais tellement aller à San Antonio. Mais Portland c’est bien, l’équipe est jeune, prometteuse avec beaucoup de joueurs nés en 88. J’ai eu de bons contacts avec le coach et le propriétaire Paul Allen (co-fondateur de Microsoft) Et surtout, je vais avoir ma chance au poste d’ailier ». (source : eurosport.fr).

Le 26 juin au Madison Square Garden, Nicolas Batum lors de la draft avec David Stern (c) Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

Le 26 juin au Madison Square Garden, Nicolas Batum lors de la draft avec David Stern (c) Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

LE 14EME JOUEUR FRANÇAIS EN NBA

Batum devient le 14ème joueur français à fouler un parquet de NBA après Tariq Abdul-Wahad (1997) ; Jérome Moiso (2000) ; Tony Parker (2001) ; Boris Diaw (2003) ; Mickael Piétrus (2003) ; Antoine Rigaudeau (2003) ; Johan Pétro (2005) ; Ronny Turiaf (février 2006) ; Mickael Gelabale (2006) ; Yahkouba Diawara (2006) ; Joakim Noah (2007) ; Ian Mahinmi (2007) et Alexis Ajinça drafté la même année en 2008 en 20ème position par les Bobcats de Charlotte (ancienne équipe NBA redevenu les Charlotte Hornets).

En juillet 2008, le néo-Hornet prend part à la Summer League avec Portland, période durant laquelle les équipes NBA observent les rookies, pendant leurs récentes adaptations au jeu NBA. Ils jouent des matchs avec leurs équipes composés des récents joueurs draftés et autres jeunes joueurs. Batum conclut cette Summer League avec des moyennes de 6,8 points et 4,6 points en 5 rencontres. Dans la foulée, le 22 juillet, il signe son contrat de trois ans avec Portland où il a évolué avec des futures stars du club Lamarcus Aldridge, Brandon Roy et aussi normalement Greg Oden (mais le pivot n’a confirmé son statut de numéro un de la draft avec des blessures permanentes). En endossant son maillot floqué du numéro 88, il foule les parquets NBA le 28 octobre 2008 contre les Los Angeles Lakers en inscrivant ses premiers points : deux au total.

Après ses trois premiers matchs de saison régulière (SR) en sortie de banc, il est lancé dans le 5 de départ lors du quatrième match par son coach Nate Mcmillan. Un cas qui rappelle celui de Tony Parker qui avait été titularisé au bout de quelques matchs avec les Spurs en lieu et place d’Antonio Daniels.  Le 13 mars 2009, le natif de Lisieux dans le Calvados,  réalise son meilleur match face aux New Jersey Nets au Rose Garden avec 20 unités (7/8 aux tirs dont 2/2 à 3 points) dont un panier décisif inscrit à 30 secondes de la fin de la rencontre. Il ajoute à cela 4 rebonds et 2 passes.

Lors de la saison 2008-2009, Portland joue les playoffs suite à sa quatrième place en saison régulière (54 victoires et 28 défaites). Au premier tour face aux Houston Rockets, Batum vit son premier match de post-season le 18 avril 2009 où il inscrira deux points. Son équipe sera éliminée en six manches (4-2). Avec 18,5 minutes de jeu en moyenne, le français termine sa première saison avec les Blazers avec 5,4 pts ; 2,8 rebs et 0,9 passe (stats de saison régulière). Sur les 79 matchs de SR, il en jouera 76 en tant que titulaire.

DEUXIÈME SAISON : UNE BLESSURE ET MEILLEUR MATCH EN SR AVEC 31 POINTS

Pour sa deuxième saison, le français, dans la peau ainsi d’un sophomore, va connaître une progression notable et atteindre un palier. Et ce malgré une blessure à l’épaule droite avec opération qui l’a éloigné trois mois des terrains. Ratant ainsi le début de la saison le 30 octobre 2009, son retour sur les parquets est programmé pour le 25 janvier 2010. Un mois plus tard, Batum retrouve ses sensations en réalisant le meilleur match de SR pour sa deuxième année outre-Atlantique. Face aux Minnesota Timberwolves le 28 février 2010, c’est lui qui effraie et attaque les loups de Minnéapolis en inscrivant 31 points (dont 22 dans le troisième quart-temps, à 11/16 aux tirs dont 5/8 à 3 points), pris 7 rebonds et délivré 7 passes en 29 minutes de jeu, le tout sans perdre de ballons. Il terminera quatre rencontres à 20 points et plus puis réalise son premier double-double avec Portland le 14 avril 2010 face à Golden State : 12 points, 12 rebonds. Ses stats moyennes en SR ont bien évolué vers le haut avec 10,1 points ; 3,8 rebonds ; 1,2 passes en 24,8 minutes pour 37 matchs joués dont 25 dans le 5 majeur.

Son équipe de Portland se qualifie à nouveau pour la phase des playoffs grâce à ses 50 victoires et 32 défaites. Finissant sixième de la Conférence Ouest, les Blazers croisent au premier tour les Suns de Phoenix. Lors du Game 1, Batum réalise son meilleur match de post-season avec 18 points et 5 rebonds. Mais comme en 2009, Portland s’arrête dès le premier tour face aux Suns qui se qualfient 4-2.

2010-2011 : BUZZER BEATER FACE AUX SPURS DE PARKER, 6 MATCHS DE SUITE A AU MOINS 16 POINTS

Lors de la troisième saison avec les Blazers, Batum ne déçoit pas ses dirigeants et confirme ce qu’on attendait de lui au sein de son équipe. Lors du premier mois de compétition, en novembre 2010, l’ancien ailier du MSB va aligner au moins 16 points d’affilée entre le 4 et 13 novembre. Le détail ci-dessous :

  • 4 novembre 2010 – défaite face au Thunder : 16 points à 7 /16, 5 rebonds et 2 passes
  • 6 novembre 2010 – victoire face aux Raptors : 20 points à 7/14, 3 rebonds et 2 passes
  • 7 novembre 2010 – défaite face aux Lakers : 17 points à 7/13, 1 rebond et 1 passe
  • 9 novembre 2010 – victoire face aux Pistons : 17 points à 7/11, 4 rebonds, 1 passe
  • 12 novembre 2010 – défaite face aux Thunder : 21 points à 8/14, 6 rebonds, 2 passes
  • 13 novembre 2010 – défaite face aux Hornets : 16 points à 6/14, 4 rebonds
Nicolas Batum fête la victoire avec ses coéquipiers suite au buzzer-beater du Français contre les Spurs (c) Rick Bowmer - AP

Nicolas Batum fête la victoire avec ses coéquipiers suite au buzzer-beater du Français contre les Spurs (c) Rick Bowmer – AP

Sur les 80 matchs de SR joué cette saison-là, il en termine 14 avec 20 points et plus dont 25, son meilleur total face aux Lakers de Los Angeles au Staples Center lors d’une défaite des Blazers. Sur ce match daté du 20 mars 2011, il shoote à 62,5 % (10/16 aux tirs dont 4/9 à 3 pts), prend 4 rebonds et donne 3 passes. 5 jours plus tard, Batum fait gagner son équipe sur un buzzer beater non pas sur un shoot mais un alley-oop. A 96-96 à 0,9 dixièmes de secondes dans le quatrième quart-temps, Batman va déposer le ballon suite à une réception d’une passe aérienne d’André Miller effectué en touche. Le ballon flirte avec le cercle avant de rentrer dans le panier. Et c’est Tony Parker qui se trouvait face à son coéquipier en équipe de France pour défendre. Victoire. Rip City est « On Fire ». Tous les joueurs de Portland vont ensuite féliciter et prendre dans leurs bras Batum. Décisif, le Français va finir le match contre les Spurs avec 21 points à 7/15 aux shoots dont 3/7 à 3 pts + 4 rebonds et une passe. Et Portland ce soir là était mené de 4 points à 39 secondes de la fin (96-92).

Le buzzer beater de Nicolas Batum face aux Spurs en 2011

Lors de cette SR, il battra son record de double-double par rapport à la saison dernière avec 6 réalisés dont un lors du premier match :

  • Son 1er match 1 le 26 octobre 2010 – victoire face aux Suns : 19 points à 8/17, 11 rebonds dont 5 offensifs
  • Son 20e match 20 le 5 décembre 2010 – victoire face aux Clippers : 13 points à 4/12, 14 rebonds (meilleur total de la saison et depuis son arrivée en NBA il y a deux ans) dont 5 offensifs
  • Son 22e match le 9 décembre 2010 – victoire face au Magic : 15 points à 5/8, 10 rebonds
  • Son 29e match le 25 décembre 2010 – défaite face aux Warriors : 18 points à 8/14, 10 rebonds dont 7 offensifs
  • Son 70e match le 22 mars 2011 – victoire face aux Wizards : 22 points à 9/15, 12 rebonds
  • Son 73e match le 28 mars 2011 – victoire face aux Spurs : 10 points à 3/7, 13 rebonds

Avec ses 80 matchs joués dont 67 au poste d’ailier titulaire, Batum voit ses stats de moyennes augmenter d’une saison à une autre : 12,4 points ; 4,5 rebonds ; 1,5 passes en 31,5 minutes de jeu. Il jouera consécutivement pour la troisième fois les playoffs depuis son arrivée en NBA grâce à la sixième place de son équipe dans la Conférence Ouest (48 succès et 34 défaites). Affrontant les Dallas Mavericks au premier tour, Portland, une fois de plus, n’atteindra pas les demi-finales de conférence, en s’inclinant en six rencontres (4-2). Batum réalise son meilleur match dans cette série lors du Game 1 avec 14 points à 6/14, 2 rebonds et 4 passes.

4 FÉVRIER 2012 : RECORD BATTU A PORTLAND AVEC 9 PANIERS A 3-PTS RÉUSSI

Lors de la saison 2011-2012, il battra son record de points depuis ses débuts en NBA. Après avoir marqué 31 points lors de sa deuxième saison, il en inscrit 33 à deux reprises au mois de février :

  • Son 22ème match le 4 février 2012  – victoire face aux Nuggets 117-97 : 33 pts à 11/19 dont 9/15 à 3 points en 24 minutes.
  • Son 27ème match le 14 février 2012 – défaite face aux Wizards : 33 pts à 12/24 dont 3/8 à 3 points, 4 rebonds, 1 passe ;

Ce soir du 4 février, Batum a tout simplement enflammé la salle du Rose Garden et son public.  C’est le jour où Nicolas Batum est revenu sur le parquet en ratant deux matchs après une blessure au genou qu’il fallait soigner. Sur ses 33 points marqués face à Denver, 17 sont inscrits en première mi-temps avec un joli 5/6 en tant que remplaçant. Le tout en seulement 7 minutes de jeu. Grâce à Batman, Portland mène de 15 points (52-37). Au moment où le français retrouve le banc, remplacé par Gérald Wallace, Denver recolle au score à cinq minutes de la mi-temps. Et les Nuggets reviennent à – 6 à la pause (59-53). Portland refait un écart dans ce match, 76-63, dans le 3e QT, Batum foule à nouveau sur le terrain à 5 minutes de la fin à cet instant de la rencontre. De retour, il ajoute 5 points permettant aux Blazers de mener de 18 unités (85-67).

Nicolas Batum à 3-points contre Denver le 4 février 2012 (c) Bruce Ely - The Oregonian

Nicolas Batum à 3-points contre Denver le 4 février 2012 (c) Bruce Ely – The Oregonian

Les supporters de Rip City sont ravis et le prouvent en scandant des «  Nic Batum » et surtout lorsqu’il ajoute un 9ème panier derrière l’arc. Grâce à ce shoot, il dépasse ainsi les 8 tirs à trois-points réussis par deux anciens meneurs de Portland : Nick Van Exel et Damon Stoudamire. Après la rencontre, Batum avouait qu’il n’avait pas d’autres options à prendre en attaque que des tirs à longue distance: « Avant de venir ce soir, je me disais : « ne te blesse pas au genou, ne sois pas fou. J’ai essayé de driver vers le panier. Je ne pouvais pas aller dunker ni déposer un lay-up. Tout ce que je pouvais faire était tirer à 3-points ». (source : oregonlive.com)

Le festival à 3-points de Batum face aux Denver Nuggets en février 2012

Hormis ce record exceptionnel, il réalise aussi lors de cette quatrième saison NBA avec Portland deux double-double de suite pour la première fois dans ce long championnat NBA, soit les deux seuls de cette SR :

  • Son 52ème match le 2 avril 2012 – défaite face aux Jazz : 16 points à 6/17, 10 rebonds
  • Son 53ème match le 4 avril 2012 – victoire face aux Nets : 20 points à 7/14, 10 rebonds (c’est son second match à 20 pts et 10 rbds d’ailleurs après celui du 22 mars 2011 avec 22 points et 12 rebonds contre Washington)

En 59 matchs de SR dont 34 en tant que titulaire, il en finit  7 matchs avec 20 points et plus. Ses moyennes de stats ont une nouvelle fois augmenté : 13,9 pts ; 4,6 rbds et 1,4 passe. Portland ne se qualifie pas pour les playoffs suite à la saison écourtée (nouveau lock-out en NBA, la saison n’a débuté qu’à Noel avec 66 matchs de SR). Avec 28 victoires et 38 défaites, les Blazers finissent à la 11ème place. C’est la première fois que Batum ne vivra pas les playoffs depuis son arrivée en 2008 dans l’Oregon.

FAUX DÉPART DE BATUM DE PORTLAND

A la fin de cette saison, Batum est un agent libre restreint (restricted free agent). Ce terme signifie que le joueur peut signer dans une autre équipe NBA. Or, si son club d’origine décide de s’aligner sur l’offre de l’équipe acheteuse, le joueur est dans l’obligation de rester. C’est ainsi que ce scénario s’est produit. Le 12 juillet 2012, Portland s’aligne sur l’offre de Minnesota qui voulait s’attacher les services de l’ailier français pour un contrat de 4 ans. Batum ne bouge pas de l’effectif de l’Oregon et se met d’accord pour prolonger l’aventure avec les Trail Blazers : un contrat de 4 ans et 46 millions de dollars. Il devient un des sportifs français les mieux rémunérés.

2012 – 2013 : « FIVE-BY-FIVE » ET  DEUX TRIPLE DOUBLE EN CARRIÈRE

Après s’être bien défoulé en commettant un acte d’anti-jeu face à Juan-Carlos Navarro lors de France-Espagne aux Jo de Londres en 2012, Batum entame bien donc sa quatrième saison NBA avec Rip City fin Octobre. Le 10 novembre 2012, il égale son record de points comme les 14 et 22 février 2012: 33. Après avoir achevé les Spurs au buzzer en 2011, c’est face à San Antonio qu’il inscrira 33 points à nouveau mais son équipe s’incline de trois points (112-109). Six jours plus tard, il bat son record de points face aux Rockets en marquant 35 unités à 13/19 dont 5/8 à 3 points + 6 rebonds, 4 passes et 5 contres. Victoire 119-117 des Blazers après prolongation. Batman ne s’arrêtera pas en si bon chemin lors de cette SR et réalisera de grandes performances.

Le 16 décembre 2012, le chiffre 8 est associé au français. Celui-ci ne correspond pas au nombre de points marqués ce soir-là. Batum devient tout simplement le huitième joueur du championnat NBA à obtenir au moins cinq unités dans cinq catégories statistiques. Face aux Hornets de la Nouvelle-Orléans, il compile 12 points, 10 rebonds, 11 passes, 5 contres et 5 interceptions. Les Américains appellent cela «  réaliser un five-by-five ». Il devient le premier Trail  blazer à réaliser une telle performance. Selon les stats poussés de la NBA, Batum est le troisième joueur après Julius Erving en 1979 et Jamaal Tinsley à terminer une rencontre avec une telle ligne de stats : au moins donc 11 points, 5 rebonds, 10 passes, 5 interceptions et 5 contres en un seul match.

En plus de ses 7 double-double de la saison, le 21 janvier 2013, il réalise son premier triple-double en carrière le lors de la défaite des siens face aux Wizards : 98-95. 12 points, 10 rebonds et 11 passes à son compteur. Le 26 janvier 2013, il récidive en étant ainsi le grand artisan de la victoire de Portland face aux Clippers à domicile : 20 points, 10 rebonds, 12 passes. Succès 101-100. Malgré une nouvelle fois les belles prouesses de l’ailier tricolore, Portland, en difficulté, dans la Conférence Ouest, terminera 11ème et ne joue donc pas les playoffs (33 victoires – 49 défaites).

Cette saison-là, le futur leader de l’équipe de France a réussi 169 paniers à 3-points. Après Lebron James, Kévin Durant, Scottie Pippen, il devient le 4ème joueur à  compiler au moins 100 paniers à 3 points, 350 passes, 80 contres lors d’une même saison. Ses moyennes de stats sont  14,3 pts ; 5,6 rbds, 4,9 pds, 1,5 int, 1.14 ctr en 38,5 minutes et 73 matchs.

Nicolas Batum a débuté au Portland Trail Blazers en 2008 (c) Afp - Layne Murdoch Jr

Nicolas Batum a débuté au Portland Trail Blazers en 2008 (c) Afp – Layne Murdoch Jr

Durant la saison 2013-2014, Batman bat son record de double-double avec 16 réalisations dont plusieurs remarquables réalisés au mois de Mars :

  • Son 60ème match le 3 mars 2014 : 17 points et 15 rebonds face aux Lakers (défaite)
  • Son 61ème match le 5 mars 2014 : 14 points et 18 rebonds face aux Hawks (victoire)
  • Son 66ème match le 14 mars 2014 : 22 points et 18 rebonds face aux Pélicans (victoire)
  • Son 67ème match le 16 mars 2014 : 23 points et 14 rebonds face aux Warriors (défaite)

Il réalisera deux triple-double à nouveau : un contre le Magic le 8 janvier avec 14 rebonds, 10 rebonds et 14 passes (son record NBA dans cette catégorie), un autre face aux Spurs : 11 points, 12 rebonds et 11 passes le 2 février 2013. Il termine la SR avec des moyennes standards et constantes : 13 pts ; 7,5 rbds et 5,1 pds. Après trois ans d’absence, Batum et Portland retrouvent les playoffs. En 2014, il réalise ses meilleurs matchs de post-season.

  • 26 pts, 9 rebonds et 5 passes lors du Game 3 face à Houston au premier tour
  • 25 points, 6 rebonds et 6 passes lors du Game 4 face à Houston au premier tour
  • 21 points, 9 rebonds lors du Game 2 face aux Spurs en demi-finale de conférence
  • 20 points, 9 rebonds et 7 passes lors du Game 3 face aux Spurs en demi-finale de conférence
  • 14 points, 14 rebonds et 8 passes lors du Game 4 face aux Spurs en demi-finale de conférence

Pour sa dernière année sous le maillot de Porltand en 2014-2015, réalisant 5 double-double en SR et des stats en deçà de ce qu’il a montré lors des saisons précédentes (9,4 pts ; 5,9 rbds et 4,8 pds), Batman a inscrit son plus grand nombre de points dans un match de playoffs avec 27 points le 25 avril dernier.

SON ENVOL AVEC LES FRELONS

En 7 saisons avec les Blazers, Batum a affiché des moyennes de 11,2 pts, 5,1 rbds et 3 pds. Nul doute que son apprentissage de la NBA et son évolution avec Portland l’aura aidé à franchir des paliers et à devenir progressivement un atout majeur de l’équipe d’Oregon. Après sept ans de bons et loyaux services, Batum a tenu à remercier les fans de Portland quelques jours après l’annonce de son transfert sur son compte Twitter : « Ça a été un honneur d’être un TrailBlazers pendant sept ans. Je n’oublierai jamais ce que cette ville et l’organisation m’a donné durant les années où j’étais à Portland. Merci à tous les fans, mes coéquipiers, le staff et toute la communauté de Rip City. Merci encore ».

Avec les Charlotte Hornets, le Français tentera de battre son record de nombre de 3-points inscrits (jusque-là de 9), de marquer 36 points et plus (ce qui serait son nouveau record en carrière) à la Time Warner Cable Arena, le parquet où évolue sa nouvelle équipe. Après s’être envolé à Portland, le voilà parti avec les frelons de Caroline du Nord pour claquer à coup sur des dunks sous ces nouvelles couleurs à Buzz City. Et pourquoi pas ne pas devenir un des nouveaux leaders de la franchise de Michael Jordan, la légende du basket qui a tant manifesté pour la venue du « Batman Made in France ».

Les 10 meilleures actions de Nicolas Batum avec Portland

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (427 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s