Breaking News

Chick Hearn, l’inoubliable voix légendaire des Los Angeles Lakers

Portrait

Francis Dayle « Chick » Hearn est l’un des journalistes les plus célèbres du monde du basket. Souvent cité comme référence par George Eddy, il est connu pour n’avoir manqué que deux matchs des Lakers entre le 27 mars 1961 et le Game 4 des finales 2002 qui ont sacré son équipe. Alors qu’il nous a quitté le 5 août 2002, Basket Retro vous propose de lui rendre hommage. Portrait.

UNE CARRIÈRE DE JOURNALISTE BASKET HORS-NORMES

Chick Hearn a connu une carrière unique en tant que commentateur radio. Il est aussi connu pour son incroyable série de 3 338 matchs des Lakers commentés consécutivement que pour ses expressions parfois entrées dans le langage courant. Les « Chickisms » sont légions, il est par exemple l’inventeur de l’expression « Slam Dunk !», qu’il a créé en référence au bruit de l’action. C’est sa plus fameuse expression, qui est non seulement entrée dans les mœurs du basket mais qui a aussi été reprise par la NBA dans son Slam Dunk Contest disputé chaque année durant le All-Star Weekend. Il est aussi l’inventeur des expressions « garbage time », « Air Ball », « finger roll », ou encore le « passe-et-va » enseigné dans toutes les écoles de basket (ou Give and Go dans sa version originale). Il a aussi renommé des actions de plusieurs joueurs des Lakers, comme le shoot en suspension incroyablement efficace de Jamaal Wilkes qu’Hearn appelait le « 20 foot lay-up ». Les surnoms qu’il a pu donner on souvent été repris, dont parmi les plus connus le fameux « Mr Basketball » qui qualifie George Mikan, ou « The Kid » pour Kobe Bryant à ses débuts.

hearn radioHearn a ainsi gravit les échelons de son métier très vite. Sa carrière en tant que commentateur radio a débuté le 27 mars 1961. Spécialiste des Lakers, il n’a loupé que très peu de matchs après cette date. Le dernier qu’il ait loupé est le 20 novembre 1965, jour où il s’est retrouvé bloqué dans l’Arkansas pour des raisons climatiques. Ainsi, à partir du 21 novembre 1965, Chick Hearn a commenté les 3 338 matchs qui ont suivi, soit jusqu’au 12 juin 2002. Durant cette période, il a ainsi pu assister à 9 titres de sa franchise. Il est logiquement devenu un grand spécialiste du sport et de l’équipe, ce qui lui a permis d’occuper, en plus de son travail de commentateur, une fonction d’Assistant General Manager entre 1972 et 1980.

En dehors des Lakers, Chick Hearn a aussi été commentateur en NCAA pour l’équipe de Football des USC Trojans de Los Angeles entre 1956 et 1961. De 1957 à 1964, il était aussi aux commentaires pour l’US Open de Golf. Il a également participé à l’animation de l’émission de télécrochet américaine Bowling for Dollars entre 1972 et 1977. Référence absolue parmi les journalistes spécialisés dans le basket aux Etats-Unis, il est aussi logiquement choisi pour commenter les matchs des Jeux Olympiques de la Dream Team en 1992.

L’HÉRITAGE DE CHICK HEARN

Le commentateur n’aura finalement jamais pris sa retraite, et décède le 5 août 2002, à 85 ans. Son dernier match commenté est aussi celui du three peat pour son équipe de toujours. Il a ainsi passé plus de 51 ans à l’antenne, en ne loupant que 2 matchs. La série de 3 338 matchs d’affilée semble aussi imbattable. Il a influencé l’intégralité du monde du basket. Au delà de ses expressions, Georges Eddy le cité régulièrement comme étant une de ses principales références et influences.

Crédits photo : NBA.com/Getty Images

Crédits photo : NBA.com/Getty Images

Il était connu pour être très doué sur le commentaire action par action, ne sortant pas du match tant que le ballon était en jeu. Il retranscrivait à la radio clairement et rapidement ce qui se passait sur le terrain. Ses innombrables expressions qui sont restées sont souvent teintées d’humour, ce qui était aussi une de ses marques de fabrique à l’antenne. Lui succéder a été difficile, c’est pourquoi Paul Sunderland a eu le droit à de nombreuses critiques à son arrivée. Il était aussi particulièrement présent à l’antenne, et ceux qui commentaient à ses côtés étaient presque transparent. Keith Erickson l’a, non sans humour, retranscrit dans sa déclaration durant une cérémonie de commémoration en l’honneur de Chick Hearn :

« Ne pas pouvoir parler pendant 8 ans [en tant que partenaire], j’ai pensé que c’était une belle expérience à partager ».

Après sa mort, Chick Hearn a eu le droit à son étoile sur le Hollywood Walk of Fame. La franchise de Los Angeles lui a aussi rendu un hommage après sa mort, avec une bannière à son nom avec un micro aux côtés des numéros retirés de la franchise. Il existe aussi une statue du commentateur à l’entrée du Staples Center.

Crédits photo : Majamaki

Crédits photo : Majamaki

Hearn a par ailleurs reçu plusieurs récompenses pour l’immensité de son travail. Il a notamment été élu meilleur journaliste sportif de l’année tous sports confondus par deux fois.

LE MEILLEUR DE CHICK HEARN EN IMAGES

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Antoine Abolivier (70 Articles)
Tombé dans le basket en découvrant Tony Parker et Boris Diaw. Passionné par tout ce qui touche à son histoire que ce soit le jeu, la culture ou les institutions. Présent sur twitter, @AAbolivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s