Breaking News

[Un Euro, une Nation] Pau Gasol, le nouveau roi d’Espagne

Eurobasket

Place forte du Basketball européen, l’Espagne n’a toujours pas remporté le moindre championnat d’Europe. 72 ans après sa première finale, elle rompt le signe indien sous l’impulsion de sa plus grande génération de basketteurs. 

L’ESPAGNE MAUDITE 

Espagne introGrande favorite du 36éme championnat d’Europe de Basketball se déroulant en Pologne du 07 au 20 septembre 2009, l’équipe d’Espagne est en proie aux doutes. En effet, malgré son magnifique titre mondial acquis en 2006, et une troisième place au classement mondial derrière l’Argentine et les U.S.A, les Espagnols n’ont toujours pas remporté le championnat d’Europe. Avec six défaites en finale (37,73,83,99,2003,2007), elle est avec la Tchécoslovaquie, l’équipe ayant disputé le plus de finale sans en avoir gagné. Afin de vaincre le signe indien, elle peut compter sur son effectif, le plus complet du tournoi.

DES DÉBUTS COMPLIQUÉ

Placée dans le groupe C (Serbie, Slovénie, Grande-Bretagne) la Roja manque complètement son entrée dans la compétition. Opposés à la Serbie lors de leur premier match, ils subissent la loi du puissant pivot serbe Nenad Kristic (17pts) et s’inclinent logiquement (66-57). Les matchs suivants sont laborieux, mais la Grande-Bretagne et la Slovénie finissent par pliés face aux assauts répétés de Pau Gasol et Juan Carlos Navarro. Le deuxième tour de cet euro est un parfait copier-coller du premier. Une défaite de 3 points face à la Turquie du puissant intérieur Ersan Ilyasova condamne l’Espagne à la quatrième et dernière place qualificative de ce groupe F, malgré deux victoires plutôt convaincantes face à la Lituanie et la Pologne. Durant ses phases qualificatives, beaucoup de joueurs ont déçu notamment du côté des arrières (Rubio, Llul, Lopez). Le collectif espagnol peine à se mettre en place et les compétences du sélectionneur Sergio Scariolo (Malaga, Réal Madrid) sont clairement remises en question. Le spectre des compétitions précédentes plane sur la Roja, d’autant qu’elle retrouvera en quart de finale son rival de toujours, la France.

GASOL EL MAGO 

Pau gasolInvaincue dans cette compétition avec notamment des victoires de prestige sur la Russie et la Grèce, l’équipe de France est la favorite de cette rencontre. Le collectif français tourne à plein régime et Tony Parker s’affirme comme étant l’un des hommes forts de cet euro avec 18 points de moyenne par match. Cependant, l’Espagne est la bête noire de la France, et l’autre homme fort de cet euro n’est autre que Paul Gasol. C’est donc en toute logique que ces deux hommes sont les clés de cette rencontre. Le début de match est parfaitement équilibré, les systèmes employés en attaque par les deux équipes sont cohérents. L’Espagne a clairement haussé son niveau de jeu pour être à la hauteur de l’événement.

La défense agressive de la Roja commence à porter ses fruits, l’adresse intérieure et extérieure de la France chute littéralement. Les nombreuses pertes de balles françaises sont immédiatement exploitées et l’Espagne achève la première période avec 15 points d’avance. Malgré un léger sursaut des bleus en début de seconde mi-temps, la technique et l’intelligence de Pau Gasol dans la peinture permettent à l’Espagne d’accéder à la demi-finale. Avec 28 points, 9 rebonds et 3 contre Pau Gasol est l’homme de cette rencontre, il a remporté son duel à distance avec Tony Parker (6 points) et ouvert la voie du titre à tout un peuple.

TITRE ET CONSÉCRATION

Paradoxalement, le reste de la compétition n’est qu’une formalité pour les hommes de Scariolo. l’Espagne balaye la Grèce en demi-finale (82-64) et pulvérise, comme un symbole, la Serbie en finale sur le score de 85 à 63. Après tant d’années passées à échouer aux portes du titre, la génération dorée Espagnole est enfin sur le toit de l’Europe. À travers cette victoire jaillit l’immense qualité de la formation espagnole ainsi que la compétitivité de son championnat. Pau Gasol signe la meilleure saison de sa carrière, déjà All-Star et champion NBA cette saison-là avec les Los Angeles Lakers, il est sacré M.V.P de la compétition et joueur européen de l’année. Cette compétition lui aura permis de démontrer qu’il était un des plus grands joueurs européens de l’histoire.

Espagne titre

ALL TOURNAMENT TEAM

  • Vasileios Spanoulis (Grèce),
  • Milos Teodosic (Serbie),
  • Rudy Fernandez (Espagne),
  • Erazem Lorbek (Slovénie),
  • Pau Gasol (Espagne)

RÉSULTATS DU TOURNOI

Quarts de finale

  • France – Espagne 66-86
  • Russie – Serbie 68-79
  • Turquie – Grèce 74-76
  • Slovénie – Croatie 67-65

Demi finale

  • Espagne – Grèce 82-64
  • Serbie – Slovénie 96-92

Finale

  • Espagne – Serbie 85-63

FINALE DE L’EURO 2009 : ESPAGNE – SERBIE

Crédits photo : Marca/Lopiniondemalaga/Le Monde.

Montage Une : Laurent Rullier

Advertisements
About Nicolas Abila (23 Articles)
Rédacteur Basket rétro, @Belile81

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s