Breaking News

[Hommage] Manute Bol, un géant au grand cœur aurait eu 53 ans aujourd’hui

Portrait

Alors qu’il nous a quitté il y a un peu plus de 5 ans, Manute Bol, ce géant soudanais de 2,31 m, spécialiste du contre durant ses dix saisons au sein de la NBA, a fait ses adieux à l’âge de 47 ans dans un hôpital de Charlottesville aux Etats-Unis. Il aurait eu 53 ans aujourd’hui s’il avait encore été de ce mon,de. Hommage.

Aujourd’hui, Manute Bol aurait eu 53 ans s’il avait encore été de ce monde. En partenariat avec BIMPROD, nous vous proposons de rendre hommage à ce grand monsieur via le fabuleux travail de ce duo parisien composé de David Guersan et de Mathieu Bernat, qui nous fait le plaisir de nous réaliser cette magnifique image à la Une.

Plus grand joueur (2m31, rejoint plus tard à la même hauteur par le Roumain Gheorghe Mureşan) que la NBA ait connu et, aujourd’hui encore, dix-septième meilleur contreur (un classement dominé par Hakeem Olajuwon et Dikembe Mutombo) mais seul joueur à avoir réalisé plus de blocks que de points, Manute Bol totalisa 1599 points, 2647 rebonds et 2086 blocks au cours d’une carrière qui le vit jouer sous les maillots des Washington Bullets, Golden State Warriors, Philadelphia 76ers et du Miami Heat.

Avant le premier match de la carrière professionnelle du géant – face aux Celtics –, Larry Birda lancé le pari de savoir qui allait être le premier des greens à dunker sur Manute Bol. Tous l’ont suivi, et si l’un d’eux humiliait l’interminable rookie, tous les autres joueurs devaient donner 50$ au vainqueur. A la fin de la saison, personne n’avait réussi cet exploit. En signe de résignation, tout les joueurs des Celtics donnèrent 50$ au manager s’occupant de l’équipement du club. La légende dit même que dès qu’un ignorant tentait d’enfoncer le soudanais, ce dernier interpellait le malheureux pour lui scander « toi, tu ne me connais pas. Sache-le, personne ne dunke sur Manute Bol. B-O-L. Personne ».

ManuteEt si l’une des espérances de Manute, c’est à dire devenir un joueur bien plus polyvalent, ne sera pas atteinte, celle d’impacter le jeu des Bullets est concrétisée dès la première saison. Devenant rapidement d’un apport exceptionnel en défense, il réalise une saison rookie au-delà de toute espérance, manquant de peu le record du nombre de ballons contrés en une saison. En renvoyant ainsi 397 tentatives de shoots en 80 matchs pour 26 minutes de jeu en moyenne, Manute réalise ici – pour débuter en NBA – la meilleure saison de sa carrière entière et l’une des performances les plus mémorables dans la catégorie blocks.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la première année du soudanais dans la grande ligue est une réussite absolue. Titulaire plus de 60 matchs (un chiffre qu’il n’atteindra – et de loin – plus jamais), il réalise en moyenne plus de contres (5 blocks!) et gobe plus de ballons (6 rebonds) qu’il ne score (3,7 points par match). Et si le titre de rookie of the year est sans aucune contestation raflé par Pat Ewing, la tige africaine fut longtemps candidate à celui de Defensive player of the year, tant les tentacules qui font office de bras subjuguent et découragent les attaquants adverses. Ses deux pointes à 15 contres seront vaines puisqu’il sera finalement devancé par l’intercepteur fou Alvin Robertson. Mais cela importe peu l’intéressé, pour qui une telle saison reste au-delà de tout espoir, aussi fou fut-il. Cerise sur le gâteau, la franchise de la capitale se qualifie pour les Playoffs 1986, et si les Bullets échoueront au bout de 5 petites confrontations au premier tour, Bol tiendra là encore le cap en développant une ligne statistique similaire à celle de la saison régulière.

Né au Soudan et fils d’un chef tribal Dinka (peuple dans le sud du Soudan refusent l’Islamisation), Manute Bol est par ailleurs notoirement connu pour son engagement caritatif, auquel il a consacré une grande partie de la fortune amassée durant ses dix années (1985-1994) en NBA – on estime notamment à 3,5 millions de dollars ses dons en faveur des réfugiés soudanais, dont il visitait régulièrement les camps et qui l’accueillaient comme un roi

SES STATS NBA

  • Points: 1 599 soit 2,6 par match.
  • Rebonds: 2 647 soit 4,2 par match.
  • Contres: 2 086  soit 3.3 par match

SON PALMARÈS

  • Élu au sein de la All NBA Defensive Second Team en 1986
  • Meilleur contreur NBA en 1986 et 1989 avec 4,9 et et 4,3 prises

MANUTE BOL EN IMAGES

Crédits photo : NBAE

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (688 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s