Breaking News

[Portrait vidéo] Drazen Petrovic : le pionnier virtuose

Portrait vidéo

Disparu tragiquement dans un accident de voiture au moment où  sa carrière NBA en était à son apogée, Drazen Petrovic n’était pas encore sur le point de devenir le plus grand joueur européen de la ligue américaine (et de l’histoire)… il l’était déjà.

Que cela soit sur le continent Européen ou sur le continent américain, le constat demeure le même : Drazen Petrovic était un joueur de passion et d’abnégation.  Véritable pionnier, ce dernier a permis aux joueurs européens de s’affirmer dans le plus grand championnat du monde. Nombreux sont ceux qui se partagent à présent son héritage, qu’ils se prénomment Pau, Dirk ou bien encore Tony.

 LE GENIE PRODIGE DU BASKET

C’est sur la terre de Croatie que commence le prélude de la légende Petrovic. Plus précisément à  Šibenik, une petite ville pittoresque de la côte est adriatique où le jeune Drazen fait rapidement la preuve d’un don prodigieux pour le basket-ball. Alors qu’il n’est encore qu’un adolescent, il mène le club de sa ville natale vers les sommets du championnat de Yougoslavie, parvenant à atteindre par deux fois la finale de la coupe Korac (s’inclinant devant le CSP Limoges, en 1982 puis en 1983).

Petrovic Sibenik

crédits : Trouvé sur 24.media.tumblr.com

Alors que sa majorité l’oblige à servir sous les drapeaux, il fait le choix de partir rejoindre le Cibona Zagreb qui nourrit de fortes ambitions dans les grandes compétitions européennes. Si Drazen était déjà une légende dans son propre pays, Petrovic commence à se faire remarquer par la plupart des observateurs européens de par son incroyable faculté à scorer, doté pour cela d’une arme imparable : son shoot rapide, précis et efficace*.  Véritable virtuose de la balle orange, il ne tarde pas à se faire un nom et surtout un surnom : le Mozart du basket.

Apres un nouvel échec en finale de la coupe Korac en 1988, Petrovic prend la direction de l’Espagne, l’année suivante, pour intégrer le Real Madrid, une équipe à la mesure de son talent. Opposé à Caserte pour la finale de la Coupe des Coupes de 1989, la rencontre est pour lui l’occasion de se confronter à l’autre énorme talent à ne pas être né dans les contrées de l’Oncle Sam : Oscar Schmidt. De l’avis de beaucoup, le duel livré par les deux hommes s’apparente au meilleur match qui se soit jamais déroulé sur le vieux continent, les deux gâchettes se rendant coup pour coup. Au terme d’un récital de 62 points, Drazen l’emporte, ne laissant planer plus aucun doute sur sa suprématie individuelle en Europe.

DrazenPetrovic Croatie

crédits : Trouvé sur Ultimatenba.com

Leader évident d’une génération dorée du basket yougoslave, il hisse la sélection nationale sur les plus hautes marches du podium. Entouré de coéquipiers tout aussi légendaires (Vlade Divac, Toni Kukoc ou bien encore Dino Radja pour ne citer que ceux qui lui ont emboité le pas en NBA), il est le principal artisan des différents succès de cette formidable équipe lors des championnats du monde et des jeux olympiques, au cours des années 80, puis des années 90 avec la Croatie.

Petrovic Blazers

crédits : Trouvé sur 24.media.tumblr.com

Un tel joyau ne pouvait bien évidemment pas laisser indifférent les franchises américaines. Ce sont les Portland Trailblazers qui jettent leur dévolu sur l’artilleur croate lors de la draft de 1986, à la recherche d’un arrière pour suppléer en sortie de banc Clyde Drexler, la star de l’équipe. Malheureusement, son faible temps de jeu ne lui laisse que très peu d’occasions pour répéter ses gammes et démontrer  l’immensité de son jeu pour ses grands débuts en 1989/90.

Frustré par cette situation, il exige de pouvoir servir de monnaie d’échange dans le cadre d’un transfert avec une équipe qui lui permettra de faire la preuve de ses capacités. Prêt à retourner en Yougoslavie si nécessaire, sa requête finit par aboutir au terme d’une tractation passée entre les Blazers, les Nuggets et les Nets au cours de la saison suivante.

DE LA DECEPTION A L’ASCENSION

C’est dans l’État du New Jersey que Drazen Petrovic va véritablement relancer sa carrière. Propulsé dans le cinq de départ par Bill Fitch, ce dernier ne tarit pas d’éloge sur l’éthique de travail affiché par son nouveau protégé :

« J’ai entraîné pendant plus de quarante ans, et je n’avais encore jamais vu un joueur aussi acharné et déterminé à devenir meilleur … Il a non seulement amélioré son physique, mais également son jeu, passant d’excellent shooteur à joueur ultra-complet »

Véritable bourreau de travail, son dur labeur va progressivement porter ses fruits. L’homme entraine dans son sillage l’ensemble de ses coéquipiers, prêts à se mettre à son diapason afin de métamorphoser les New Jersey Nets. Bénéficiant de l’aide du jeune duo dynamique Kenny Anderson/Derrick Coleman, les trois joueurs s’entendent à la perfection sur le terrain. Leurs efforts, combinés aux stratégies du nouveau coach Chuck Daly, permettent à l’équipe faiblarde, des années précédentes, de devenir  l’un des prétendants à la course aux Playoffs au sein de la conférence Est.

Petrovic Nets

crédits : Trouvé sur 24.media.tumblr.com

Sur le plan individuel, le basket de Drazen est à son zénith, faisant jeu égal avec les meilleurs à son poste qu’il s’agisse de Clyde Drexler, de Reggie Miller et même Michael Jordan avec lesquels il n’hésite pas à se livrer aux joutes du trashtalking. Grand oublié du All-Star Game de 1993, le joueur transforme sa déception en immense motivation comme en atteste la flamboyance de son jeu et son adresse irréelle aux tirs cette année-là. Reconnu, à juste titre, comme le leader des prometteurs Nets, il se voit récompensé parmi l’élite des joueurs avec une sélection dans le troisième cinq All-NBA.

Cette consécration est pour lui la promesse véritable d’un avenir qui s’annonce de plus en plus radieux à l’orée de la deuxième partie de sa carrière. Malheureusement le destin en décidera autrement au cours de l’été 1993. Fauché en pleine ascension au détour d’une route allemande, Drazen Petrovic meurt dans un tragique accident de voiture, à l’âge de 28 ans. Avec sa disparition, c’est une partie de la magie de la balle orange qui s’en est allée. Endeuillé, le monde du basket est conscient qu’il vient de perdre l’un de ses génies. Au-delà de la tristesse, sa légende demeure toujours dans les esprits comme en témoigne la pleine reconnaissance du jeu Européen incarné par ses nombreux et glorieux ambassadeurs. Autant de successeurs qui doivent , aujourd’hui encore, beaucoup de leurs réussites au parcours de l’enfant prodige du basket.

Salut l’artiste.

*un shoot qui lui a notamment permis de rejoindre le club des 100 en marquant plus de 100 points dans un match !

PORTRAIT VIDEO DE LA CARRIERE DE DRAZEN PETROVIC

Pour célébrer la mémoire de Drazen Petrovic, Basket Retro vous propose le portrait vidéo maison de l’un des meilleurs joueurs de l’histoire. Une vidéo signée NBAckInTime.

Vous pouvez également retrouver les autres vidéos des stars NBA des années 90 de NBAckInTime en s’abonnant à sa chaîne Youtube, ainsi que toutes nos productions en cliquant ici.

SES STATS NBA

Drazen Petrovic

 

Crédits vidéo & Montage Une : Julien Mc Laughlin

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Julien Mc Laughlin (75 Articles)
Pratiquant assidu de la balle orange depuis plus de 25 ans, l'oeil nourri par les glorieux matchs NBA diffusés sur Canal+ dans les 90s - twitter : @NBAckInTime - @jumclaughlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s