Breaking News

[Euroleague] Willie Anderson, un Spur vice-champion avec l’AEK Athènes (1997-1998)

Euroleague

Willie Anderson (c) Lou Capozzola - NBAE via Getty Images

Nouvel épisode de l’Euroligue sur Basket Rétro. Focus sur le parcours de l’AEK Athènes lors de la saison 1997-1998. Cette saison-là, le club grec avait pu compter sur le renfort d’un ancien joueur NBA : Willie Lloyd Anderson, 49 ans en ce 8 janvier. 

Tout comme Bob Mcadoo, Orlando Woolridge, ou encore Dominique Wilkins, Basket Rétro vous parle d’un autre joueur NBA qui avait décidé de poursuivre sa carrière en Europe. En 1997-1998, Willie Anderson, 7 saisons aux Spurs (1988-1995), débarque en Grèce pour enfiler le maillot jaune et noir de l’AEK Athènes, coaché par le grec Yánnis Ioannídis. L’ailier de 2m01, ancien de la fac de Georgia, avait déjà porté précédemment les couleurs d’un autre club grec : Olympiakos. A 31 ans, il côtoie un autre joueur américain Victor Joe Alexander et le serbe Branislav Prelevic au sein du roster athénien.

Cette saison-là, l’AEK Athènes s’est qualifiée pour l’Euroligue. La formule de cette compétition à l’époque était dense et complexe. Les 24 équipes sont réparties en 4 groupes de 6, soit un premier tour auquel ne prendra pas part Willie Anderson. Le second tour s’organise de la manière suivante. Les 3 premiers de chaque groupe croisent avec les 3 derniers de la poule suivante (selon l’ordre alphabétique). Les 3 premiers du A contre les 3 derniers du B et vice-versa. Même chose entre les poules C et D. 4 nouvelles poules sont alors constitués : E, F, G et H.

Au premier tour, l’AEK Athènes finit premier de son groupe (le D) avec le même nombre de points que son dauphin le Fortitudo Bologne. Athènes doit sa première place grâce à une meilleure différence points marqués/points encaissés (+ 30 contre – 35). Au second tour, le club athénien retrouve le Partizan Belgrade, Hapoel Jerusalem, et Ulker Istanbul.

Lors de ce deuxième tour, Anderson apporte parfaitement sa pièce à l’édifice :

  • 16 points à 7/12 aux tirs, 4 rebonds et 10 passes face à Hapoel Jerusalem, victoire 83-68, le 7 janvier 1998
  • 20 points à 8/16 aux tirs, 8 rebonds et 8 passes face à Ulker, victoire 81-73, le 14 janvier 1998
  • 20 points à 4/7 aux tirs dont 2/3 à 3-points et 10/11 aux lancers-francs, 2 rebonds et 3 passes face au Partizan, victoire 73-71, le 21 janvier 1998
  • 12 points, 3 rebonds et 7 passes face à Ulker, victoire 70-63, le 12 février 1998
Willie Anderson - Spurs (c) Mitchell Layton, Getty Images

Willie Anderson – Spurs (c) Mitchell Layton, Getty Images

Athènes, champion de Grèce en 1970, conclut ce second tour avec un joli bilan de 11 victoires et 5 défaites. Qualifié pour les huitièmes de finale, l’AEK a rencontré les Croates de Split. La qualification se jouait au meilleur des trois manches. La première avait eu lieu à domicile. Et les Grecs ont écrasé leurs adversaires en gagnant de 30 points le 3 mars 1998 (76-46) sous l’impulsion d’un très bon Willie Anderson : 15 points à 7/12 aux tirs, 5 rebonds et 5 passes. Deux jours plus tard, c’est Split qui accueillait Athènes dans son antre. L’AEK décrochait sa qualification avec un second succès de suite : 62-54. Anderson, encore très bon, signait 15 points à 6/13 aux tirs, 6 rebonds et 2 passes.

Athènes se hissait en quart de finale qui se jouait aussi au meilleur des trois matchs. Les hommes de Ioannidis devaient en découdre face aux Allemands de l’Alba Berlin. Au match aller, le 24 mars 1998, à domicile, cette fois-ci, Anderson s’était montré maladroit aux shoots finissant avec 7 points à 1/9 aux tirs. Il se consolera avec son joli 5/7 aux lancers-francs, et ses 4 prises aux rebonds.  Victoire de l’AEK cependant 88-68.

Au match retour, Anderson se ressaisit et réalise un bien meilleur match au retour : 14 points à 5/6 aux tirs dont 2/3 à longue distance, 5 rebonds et 5 passes. Nouveau succès facile sur le parquet de Berlin : 82-58. Athènes se qualifiait ainsi pour la première fois de son histoire pour le Final Four de l’Euroligue qui s’était déroulée au Palau Sant Jordi de Barcelone.

21 POINTS CAPITAUX EN DEMI FACE A TREVISE

Athènes rencontrait en demi-finale le Benetton Trévise sur une manche sèche le 21 avril dans cette salle. Willie Anderson a été le joueur déterminant de ce match couperet et très étriqué. Avec ses 21 points à 10/18 aux tirs, 6 rebonds, 2 passes et 4 interceptions, il permet à Athènes de battre le club italien composé de joueurs très talentueux (Henri Williams, Denis Marconato, Riccardo Pittis, Stefano Rusconi, Zeljko Rebraca et Laurent Sciarra qui n’a pas joué). Succès 69-66 de l’AEK. (voir vidéo en fin d’article)

Athènes avait la possibilité pour le basket grec d’être le troisième club de suite du pays à remporter la finale de l’Euroligue après le Panathinaikos en 96 (victoire 67-66 face au FC Barcelone à Paris) et Olympiakos en 97 (victoire 73-58 face au FC Barcelone à Rome). Pour cela, les hommes de Yánnis Ioannídis devaient se défaire de la Virtus Bologne (Danilovic, Nesterovic, Sconochini et Rigaudeau). Mais Athènes a déjoué complètement en terminant la finale à moins de 50 points. Dans un match ultra défensif, Bologne l’emportait 58-44. Aucun joueur de l’AEK n’a dépassé les 10 points et plus. Anderson finit avec 4 points à 2/13 aux shoots et 4 rebonds.

Willie Anderson finit cette campagne européenne avec des moyennes de 13,1 points (45,9 % aux tirs, 31,6 % à 3-points et 74,4 % aux lancers-francs), 5 rebonds et 4,4 passes en 12 matchs. Le natif de Greenville était le troisième meilleur scoreur derrière Alexander (14,8) et Prelevic (14 pts). L’ex-ailier des Spurs a fait mieux lors de son passage à Olympiakos la saison précédente toujours en Euroligue en 10 matchs : 11,8 points (51,7 % aux tirs, 53,8 % à 3-points et 76 % aux lancers-francs), 4 rebonds et 2,3 passes. Anderson quittera l’AEK Athènes pour jouer au Maccabi Tel Aviv (98-99). Il se retire des parquets en 1999.

 Les images de la demi-finale AEK – Trevise 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (430 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s