Breaking News

CSP Limoges, le bilan de ses 300 matchs disputés sur la scène européenne (1981 – 2015)

Europe

Richard Dacoury heureux après la victoire du CSP face à Trévise, le 15 avril 1993 (c) Olivier Morin - AFP

Le 12 janvier dernier, le CSP Limoges a joué son 300ème match de Coupe d’Europe de son histoire face au PAOK Salonique. Basket Rétro revient sur les chiffres et les dates majeures sur le chemin parcouru par le club limogeaud sur le continent européen.

En difficulté actuellement dans le championnat de France, le CSP Limoges peut être tout de même fier. Le 12 janvier dernier, le champion d’Europe de l’Euroligue 1993 a disputé son 300ème match européen face au Paok Salonique, toutes compétitions confondues. Super clin d’œil à l’histoire du CSP, ce soir-là, c’est l’ancien pivot de Limoges Jim Bilba (1992-1996) qui avait dirigé les joueurs lors de cette rencontre, lui qui a succédé à Philippe Hervé, démissionnaire pour former un duo avec Bertrand Parvaud. Si cette 300ème rencontre s’est soldée par une défaite 88-75 dans le cadre de la seconde phase de l’Eurocoupe, les Limougeauds avaient gagné leur 100ème et 200ème match de Coupe d’Europe. C’était respectivement contre Milan en 1990 (104-99) et Kiev en 1995 (97-74).

LIMOGES CSP logoEn 300 matchs, le bilan d’un des clubs mythiques de France est positif : 165 victoires (55% de victoires), 133 défaites (44%) et 2 nuls. Elle a signé sa plus large victoire lors d’un 8eme de finale d’Euroligue en 1988-1989 face aux Tchécoslovaques du Spartak Tj Zbrojovka. C’était le 10 novembre 1988 au match retour, succès de 75 points : 129-54. A l’aller, ils avaient aisément battu le même adversaire sur le score de 111-87 le 3 novembre 1988.

HUMILIE 81-36 FACE AU REAL MADRID EN 1993-1994

En revanche 5 ans plus tard, le CSP Limoges avait perdu sévèrement lors de la campagne d’Euroligue saison 1993-1994. Le 2 février 1994, elle n’inscrivait que 36 points face au Real Madrid qui s’était imposée de 45 points dans sa salle : 81-36. (33-20 en première mi-temps et 48-16 dans la seconde). Pour le club madrilène, Arvydas Sabonis a été le bourreau des Limogeauds frôlant le triple-double : 24 points (5/8 à 2-points, 2/4 à 3-points et 8/10 aux lancers-francs), 18 rebonds et 7 passes. Son coéquipier Joe Arlauckas avait été hyper adroit aux shoots : 26 points à 11/13 aux tirs. En face, seul Frederic Forte avait dépassé la barre des 10 points (13). Michael Young lui avait été trop maladroit : 2/17 aux tirs. Un jour sans. Le néant.

Avec 21 campagnes européennes (13 en Euroligue => reversement en Eurocoupe en 2014-2015 et cette saison, 4 en Coupe des Coupes et 4 en Coupe Korac), Limoges a croisé la route de 72 clubs différents dont le Maccabi Tel-Aviv. Elle a affronté l’ogre du basket israélien à 18 reprises, soit l’adversaire face auquel elle a été le plus confronté dans son histoire. Quant à l’Espagne, c’est le pays dont elle a affronté le plus de clubs : 10. Elle a visité 24 pays au total. Son déplacement à Kazan en Russie est le plus lointain de tous (3 400 kilomètres). Celui au Luxembourg à Ettelbruck est la moins peuplée : 8 000 habitants.

1ER MATCH EUROPÉEN ET DOUBLE EN 1982 ET 1983

Ed Murphy - CSP LimogesC’est d’ailleurs au Luxembourg que Limoges joua son premier match de Coupe d’Europe en 1981, soit 52 ans après sa naissance en 1929 : la Coupe Korac. Sous les ordres d’André Buffière, les joueurs découvraient les joutes d’une compétition européenne en participant à la Coupe Korac. Elle était opposée au club de Dudelange en 8eme de finale. Le CSP s’était imposé 92-83 avec 33 points de Edward Murphy, un Américain qui avait fini meilleur marqueur du championnat belge avant d’atterrir au CSP en 1981.

Pour sa première participation dans une compétition européenne, Limoges remporta celle-ci. Le 18 mars 1982, à Padoue en Italie, en finale, elle bat les Yougoslaves du Sibenka Sibenik de Drazen Petrovic 90-84. Les Yougoslaves avaient pourtant créé un écart de 12 points à la mi-temps : 44-32. En rentrant aux vestiaires, Limoges était revenu effaçant progressivement son retard -3 en infligeant un 14-5. 49-46 pour le club yougoslave.

Un an plus tard, ses deux équipes se retrouvaient au même stade de la Coupe Korac en 1982-1983. C’est la même chanson et le même refrain avec un succès du CSP : 94-86. Un back-to-back de rêve et doublé historique du CSP grâce à la performance exceptionnelle d’Ed Murphy : 46 points, 8 rebonds et 6 passes. Joueur du CSP, Jean-Michel Sénégal avait déclaré dans Maxi-Basket en avril 1983, que Limoges faisait partie des meilleures équipes en Europe : «En battant Banco Roma, leader du championnat d’Italie, Sibenik en finale et le Real Madrid, l’an passé, au tournoi de Coubertin, nous avons prouvé que nous étions désormais devenus une équipe de top niveau européen […] Finis les complexes, Limoges a montré la voie ». En 83, Limoges réalisa le triplé avec le titre de champion de France et la Coupe de la Fédération, le premier de l’histoire du club limousin. Dans cette équipe dominatrice, le roster était composé d’Apollo Faye, Didier Dobbels, et Jean-Luc Deganis.

1983-1984 : PREMIERS MATCHS EN EUROLIGUE

Suite à son doublé en Coupe Korac, Limoges prenait part à l’Euroligue pour la première fois lors de la saison 1983-1984. Celle-ci s’appelait la Coupe d’Europe des Clubs Champions. Après avoir gagné deux matchs successivement au premier et deuxième tour (sous forme match aller-retour), le CSP Limoges s’écroulait dans le mini-championnat à six équipes qualificatif pour la finale (les 2 premiers se hissant en finale), finissant bon dernier avec 2 succès et 8 revers en 10 matchs. Une expérience très compliquée à cette époque. Mais 10 ans plus tard en 1993, Limoges dans cette même compétition connaîtra le sort inverse. Les fans de basket et supporters limougeauds en ont la trace indélébile.

1986-1987 : DÉFAITE EN FINALE DE LA COUPE KORAC

A partir de la saison 1986-1987, le CSP Limoges avec cette fois Michel Gomez à la tête de l’équipe, joua une nouvelle finale de Coupe Korac. L’occasion d’inscrire son nom pour la troisième fois au palmarès de cette épreuve. Cette fois-ci la finale se jouait sur deux matchs. La première manche se déroulait sur le parquet de Barcelone au Palau Blaugrana. Limoges trop juste s’inclina de 21 points : 106-85.  Le CSP se devait de réaliser un exploit au retour en gagnant d’au moins 22 unités. Cela ne se produira pas. Sur le parquet du CSP, Barcelone remporta le second match 96-87, synonyme de champion d’Europe. Cette saison-là, Limoges perdra aussi en finale de Pro A face à Orthez.

1987-1988 : 3EME TITRE EUROPÉEN EN SEPT ANS

Le CSP Limoges poursuit son parcours européen en 1987-1988 en participant à la Coupe des Vainqueurs de Coupe regroupant 20 équipes. 8 d’entre elles étaient qualifiés pour la phase de groupes (2 poules de 4. Les deux premiers allaient en demi-finale). Ce fut le cas du CSP qui battait en demi Pesaro sur le score cumulé des deux rencontres (victoire 102-86 et défaite 93-91). Ils affrontaient Badalone en finale en France à Grenoble. Au terme d’un match étriqué avec plein de rebondissements…

  • 16 points d’avance pour le CSP 43-27
  • 16-0 de Badalone 43-43
  • 7 points d’avance pour Badalone en deuxième mi-temps
  • Retour de Limoges à 83-83
  • 86-84 pour le CSP
  • Egalisation de Badalone : 86-86 et prolongation

… finalement, Limoges avec Georges Vestris et le duo de coach Michel Gomez-Frédéric Sarre s’imposait de 7 points 96-89 après l’overtime et souleva le troisième trophée européen en sept ans d’existence sur la scène européenne. Comme pour le doublé en Coupe Korac en 82 et 83, c’était la liesse à Limoges qui fêta ce nouveau sacre.

Coupe des vainqueurs de Coupe en 1988 (c) Le Populaire du Centre

Coupe des vainqueurs de Coupe en 1988 (c) Le Populaire du Centre

1989-1990 : PREMIER FINAL FOUR D’EUROLIGUE

Limoges joua l’Euroligue en 1989-1990 pour la deuxième fois consécutive après 1988-1989 (elle terminera 5ème du mini-championnat à 8 équipes dont les 4 premiers étaient qualifiés pour le Final Four). Contrairement à sa première participation, le CSP a excellé en accédant à son premier Final Four qui se déroula à Saragosse au Pabellon Principe Felipe. Cette fois-ci, Limoges fini 3ème du mini-championnat à 8 clubs avec 10 victoires en 14 matchs. Elle joua sa première demi-finale d’Euroligue face à Split, double tenant du titre avec dans ses rangs le duo majestueux Dino RadjaToni Kukoc, dirigé par Bozidar Maljkovic. Le club croate avait battu sans difficultés le double vainqueur de la Coupe Korac 101-83. Pour autant, le CSP s’était consolée en décrochant là troisième place en écartant Aris Salonique 103-91.

1992-1993 : SUR LE TOIT DE L’EUROPE

Trois ans plus tard, le CSP Limoges fila à nouveau au Final Four de l’Euroligue, cette fois-ci à Athènes (Coupe des Champions des Clubs). En demi-finale elle vainc le Real Madrid d’Arvydas Sabonis 62-52 avec 20 points et 7 rebonds de Michael Young. Le 15 avril 1993, en finale, elle battait le Benetton Trevise de Toni Kukoc (59-55) et la fameuse interception de Fréderic Forte. Young (18 points et 7 rebonds) et Jim Bilba (15 points et 8 rebonds) ont guidé leurs partenaires vers le succès final. Avec Richard Dacoury, Willie Redden, et Marc M’Bahia aussi dans le roster, le CSP Limoges devenait alors les premiers clubs tous sports collectifs confondus à remporter la plus prestigieuse des Coupe d’ Europe (lire article détaillée à ce sujet). Elle remporta une troisième coupe d’Europe différente après la Coupe Korac et la Coupe des Coupes. A cet instant-là, seuls trois clubs avaient réussi cette prouesse : Madrid, Milan et Cantu.

Richard Dacoury fête le titre européen de 1993 avec ses coéquipiers du CSP Limoges

Richard Dacoury fête le titre européen de 1993 avec ses coéquipiers du CSP Limoges

1994-1995 : TROISIÈME FINAL FOUR EUROLIGUE

Toujours en Euroligue, deux ans après le titre, le CSP Limoges se retrouva dans les 4 meilleures équipes. C’était son troisième Final Four qui s’organisa à Saragosse en 1995. En demi-finale, il retrouvait sur leur route le grand Real Madrid de Sabonis et Arlauckas, entrainée par Željko Obradović. Limoges s’inclinera 62-49. Le CSP avait une chance de finir sur le podium en essayant de battre l’autre demi-finaliste malheureux le Panathinaikos. Malgré 24 points de Michael Young lors du match de la troisième place, Limoges avait été défait 91-77.

1999-2000 : UNE TROISIÈME COUPE KORAC

Limoges Coupe Korac 20005 ans plus tard, le CSP, coachée par une référence en la matière, Dusko Ivanovic, se hissa à nouveau dans le dernier carré d’un tournoi européen. Pas en Euroligue cette fois-ci mais une fois de plus en Coupe Korac. En demi-finale aller à Gijon, Limoges avait obtenu le nul 77-77 grâce à son homme fort de la saison, l’américain Marcus Brown (25 points à 8/15 aux tirs dont 3/4 à 3-points et 6 interceptions). Tout restait à faire alors pour les deux demi-finalistes de l’épreuve. A Beaublanc, Limoges s’était appuyée sur le trident Marcus Brown, Yann Bonato et Harper Williams, auteur respectivement de 21, 12 et 12 points pour battre Gijon 69-57 au retour. Le CSP abordait alors sa quatrième finale de Coupe Korac après les succès en 1982 et 1983 et la défaite en 1988. Elle affronta un autre club espagnol Malaga qui était alors coachée par un ancien du CSP : Bozidar Maljkovic.

En finale, le 23 mars 2000, au match aller, à Beaublanc, les Limougeauds de Dusko Ivanovic ont largement battu le club espagnol de Malaga avec les 31 points de Marcus Brown (11/16 aux tirs dont 5/8 aux shoots) : 80-58. Au match retour, Malaga devait gagner par plus de 22 points d’écart pour atteindre la finale de la Coupe Korac. Victoire il y aura au bout, qualification il n’y aura point : 60-51 avec un tout petit score en deuxième mi-temps : (22-17 pour le CSP). Insuffisant pour Malaga. Limoges souleva sa troisième Coupe Korac, son cinquième titre européen en 19 ans. 

Marcus Brown - CSP LimogesMarcus Brown finira encore meilleur scoreur de Limoges avec 18 points. L’Américain a été le joueur providentiel durant ce parcours européen avec une adresse de feu : 20,9 points (56,8 % aux tirs, 52,9 % à 3-points et78 % aux lancers-francs), 2,6 rebonds et 2,5 passes en 10 matchs. Au coté du scoreur US, Stéphane Dumas, Bruno Hamm, Yann Bonato, Stjepan Stazic, Jean-Philippe Methelie, Thierry Rupert, Harper Williams, David Frigout et Fréderic Weis étaient les acteurs de ce nouveau sacre européen de l’histoire de Limoges. Depuis bientôt 16 ans, on attend un nouveau trophée européen dans le club phare du Limousin. (résumé vidéo des deux finales en fin d’article)

En 35 ans de présence sur la scène européenne jusqu’à maintenant, le CSP Limoges a été un des clubs français qui a rayonné. Le basket français attend toujours de savoir quel sera le prochain club de l’Hexagone à soulever l’Euroligue. Peut-être le CSP Limoges ?

Le CSP Limoges, vainqueur de la Coupe Korac en 2000

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (431 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s