Breaking News

[Pro A] Danny Strong, le fort scoreur du New Jersey de Gravelines (2000-2005)

France

Danny Strong - Gravelines (c) 2005 Hervé Bellenger, IS

Son passage dans le Nord de la France a été inoubliable. Danny Strong, 41 ans depuis le 18 janvier dernier, est devenu un joueur emblématique du BCM Gravelines. Marqueur et ex-capitaine du club nordiste entre 2000 et 2005, le franco-américain a ébloui les supporters du Sportica. Retour sur ses années en France.

On voit souvent des joueurs universitaires venir jouer en Pro A pour une saison et quitter ensuite l’Hexagone. Difficile donc de retenir des étrangers plus d’un an. Or, il existe toujours des exceptions. C’est le cas de Danny Strong qui aura passé 5 magnifiques saisons du côté de Gravelines. L’ailier d’1m98, natif de Moricetown dans le New Jersey, et fait ses premiers pas en France tout d’abord au Havre en Pro B lors de la saison 1999-2000. Pour sa toute première saison en France, le mari de l’ancienne joueuse de Valenciennes Allison Feaster parvient avec les Havrais à monter en Pro A après ses deux premières expériences en Europe (Belgique à Bree en 97-98 et Portugal à Aveiro en 99-2000).

DU HAVRE A GRAVELINES

Danny Strong avec Gravelines face à Chalon (c) planetebasket.free.fr

Danny Strong avec Gravelines face à Chalon (c) planetebasket.free.fr

Né le 18 janvier 1975, l’ailier formé aux Wolfpacks de North Carolina State de 95 à 97 (12,5 points et 4,9 rebonds de moyenne en 63 matchs de NCAA) quitte la Normandie pour monter dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et rejoindre le BCM Gravelines (Basket Club Maritime), club fondé en 1984. Coaché par Jean-Luc Monschau, pour sa première saison sous les couleurs gravelinoises, Strong ne déçoit pas ses dirigeants qui ne se sont pas trompés en l’engageant. En 2000-2001, Strong signe 18,9 points de moyenne, 6 rebonds, 2,4 passes et 1,6 interception en 27 matchs. A 26 ans, il est le meilleur marqueur du BCM juste derrière l’américain Gary Alexander (18,4 points) et le Français Benoit Georget (12,3 points).

La saison suivante (2001-2002), il confirme ses bonnes prestations lors de son arrivée l’année précédente : 18,3 points, 6,5 rebonds, 1,5 passe et 2,3 interceptions en 30 matchs. Il joue ses premiers playoffs en France suite à la bonne saison régulière de Gravelines (19 victoires et 11 défaites, cinquième de Pro A). Le BCM affronta Chalon en quart de finale. C’est le club bourguignon qui s’impose 2 manches à 1. Sur ses 3 matchs, Strong aura été égal à lui-même en alignant des moyennes de 19,3 points, 4,3 rebonds, 2,7 passes et 3,3 interceptions.

7 MATCHS A 20 POINTS ET PLUS EN 2002-2003

En 2002-2003, Strong entame sa troisième saison consécutive au sein du club nordiste. En 30 matchs de Pro A, il affiche des moyennes de 16,3 points, 4 rebonds, 2,3 passes et 1,6 interception. Il signe sa meilleure performance en attaque lors de la 29ème journée. Ce soir-là, face à Dijon, à 28 ans, il marque 30 points (12/22 aux tirs dont 5/10 à 3-points), prend 6 rebonds et délivre 3 passes, 30 d’éval. Victoire 90-85. L’ancien ailier de North Carolina State porte décidément bien son nom. Il conclut 7 matchs de championnat à 20 points et plus :

  • 26 points (9/18 aux tirs dont 3/7 à 3-points et 5/6 aux lancers-francs), 5 rebonds et 2 passes face à Cholet, victoire 84-76 (6ème journée)
  • 20 points (8/14 aux tirs dont 3/6 à 3-points et 5/6 aux lancers-francs), 3 rebonds et 3 passes face à Strasbourg, victoire 104-75 (10ème journée)
  • 24 points (9/20 aux tirs dont 2/6 à 3-points et 4/4 aux lancers-francs), 9 rebonds et 4 passes face à Vichy, victoire 106-104 (11ème journée)
  • 20 points (6/11 aux tirs dont 1/4 à 3-points et 7/7 aux lancers-francs), 4 rebonds face à Bourg-en-Bresse, victoire 92-77 (14ème journée)
  • 21 points (9/17 aux tirs dont 3/8 à 3-points) et 2 passes face à Strasbourg, victoire 81-69 (24ème journée)
  • 28 points (8/16 aux tirs dont 5/7 à 3-points et 7/8 aux lancers-francs), 5 rebonds face au Mans, défaite 83-78 (26ème journée)
  • 24 points (8/14 aux tirs dont 5/6 à 3-points et 3/4 aux lancers-francs), 3 rebonds et 2 passes face à Cholet, victoire 87-78 (27ème journée)

Gravelines terminera quatrième du championnat avec 21 victoires et 9 défaites. Le BCM se hissera en demi-finale des playoffs en écartant 2 victoires à 1 Cholet, cinquième de la saison régulière. Mais les hommes de Jean-Luc Monschau se feront stoppés par Pau qui les bat en deux manches en demi. Sur ses 5 matchs de post-season, Strong s’est encore distingué : 18,6 points, 4,6 rebonds, 1,8 passe, et 1,6 interception.

Danny Strong (c) Danny Strong

Danny Strong (c) Danny Strong

En 2003-2004, il réalise 10 matchs à 20 points et plus sur les 30 joués en Pro A :

  • 23 points (8/16 aux tirs dont 5/9 à 3-points et 2/2 aux lancers-francs), 6 rebonds face à Vichy, victoire 79-69 (4ème journée)
  • 20 points (8/14 aux tirs dont 3/7 à 3-points et 1/2 aux lancers-francs), 5 rebonds et 6 passes face à Besançon, victoire 95-65 (5ème journée)
  • 20 points (9/19 aux tirs dont 2/8 à 3-points), 11 rebonds et 5 passes face à Paris, victoire 68-57 (7ème journée)
  • 21 points (7/19 aux tirs dont 3/9 à 3-points et 4/4 aux lancers-francs), 3 rebonds et 4 passes face à Chalon, victoire 93-78 (9ème journée)
  • 21 points (9/18 aux tirs dont 2/7 à 3-points et 1/4 aux lancers-francs), 6 rebonds et 3 passes face à Pau, victoire 92-89 (12ème journée)
  • 20 points (8/12 aux tirs dont 3/7 à 3-points et 1/2 aux lancers-francs), 4 rebonds et 3 passes face à Bourg-en-Bresse, victoire 90-74 (13ème journée)
  • 24 points (9/20 aux tirs dont 2/10 à 3-points et 4/4 aux lancers-francs), 5 rebonds et 2 passes face à Cholet, victoire 89-83 (14ème journée)
  • 23 points (6/13 aux tirs dont 4/7 à 3-points et 7/8 aux lancers-francs), 9 rebonds et 4 passes face à Roanne, défaite 89-85 (15ème journée)
  • 20 points (7/13 aux tirs dont 2/7 à 3-points et 4/4 aux lancers-francs), 3 rebonds et 5 passes face à Vichy, victoire 90-68 (20ème journée)
  • 23 points (8/16 aux tirs dont 6/13 à 3-points et 1/1 aux lancers-francs), 5 rebonds et 2 passes face à Reims, victoire 105-98 (27ème journée)

En plus de son double-double à 20 points, Strong réalise deux autres perfs de ce type :

  • 18 points (7/16 aux tirs dont 3/8 à 3-points et 1/2 aux lancers-francs), 10 rebonds et 3 passes face au Mans, défaite 60-57 (8ème journée)
  • 18 points (7/14 aux tirs dont 2/5 à 3-points et 2/2 aux lancers-francs), 11 rebonds et 4 passes face à Chalon, défaite 68-63 (25ème journée)

Son meilleur match de Pro A est accompli lors de la 16ème journée. La défense de Dijon n’a pas su arrêté Strong qui scora 32 points d’une adresse remarquable (13/16 aux tirs dont 5/7 à 3-points et 1/2 aux lancers-francs). Il gobe 5 rebonds et donne 7 passes. Ses stats en championnat montrent une fois plus que le natif du New Jersey est redoutable d’efficacité : 17,5 points, 4,9 rebonds et 2,5 passes.

GRAVEMENT BLESSE EN MAI 2004, RETOUR MI-MARS 2005

Mais Strong est stoppé dans sa belle dynamique puisqu’il se blesse gravement le 5 mai 2004 suite à une rupture du tendon d’achille survenu lors de la demi-finale de Coupe de France entre Pau et le BCM. Résultat : dix mois d’absence. Il loupe les playoffs 2004 (Gravelines finissait le championnat à la 5ème place : 21 succès et 13 revers). Malgré son absence, Gravelines réalise un formidable parcours en playoffs sans leur star américaine mais s’appuyant sur trois autres joueurs pour prendre la relève au scoring (15,3 points pour l’américain  André Woolridge, 12,7 points pour le lituanien Dainius Adomaitis et 10 points pour le dominicain Ricardo Greer) :

  • Victoire contre Cholet : 2-0 en quart de finale
  • Victoire contre Le Mans : 2-1 en demi-finale
  • Défaite contre Pau : 2-0 en finale

Strong  reviendra sur les parquets ainsi à la mi-mars de l’année 2005 où il évolue avec un meneur français arrivé cette saison, Laurent Sciarra mais aussi K’Zell Wesson. Il avait été remplacé par Marcus Wilson qui a pallié son absence. Oublié cette horrible épisode sur sa santé, avec son nouveau coach, Fabrice Courcier, successeur de Monschau, Strong effectue son retour en championnat lors de la 26ème journée le 2 avril 2005 face à Dijon. Et ce fut un bon match de reprise pour l’ailier dans le 5 majeur qui finit avec 16 points (6/11 aux tirs et 4/8 3-points), 3 rebonds et 2 interceptions.  Il conclut son meilleur match lors de la 28ème journée, lors d’une défaite 108-105 face à Vichy : 21 points (7/17 aux tirs dont 4/11 à 3-points et 3/4 aux lancers-francs), 8 rebonds et 2 passes. En 9 matchs de championnat en 2005, ses stats sont bonnes : 15,1 points, 3,9 rebonds, 1,6 passe et 1,3 interception.

Danny Strong le 13 avril 2005 lors de Gravelines - Vichy (c) Hervé Bellenger, IS

Danny Strong le 13 avril 2005 lors de Gravelines – Vichy (c) Hervé Bellenger, IS

Cette saison-là, Gravelines finit 9ème de Pro A et doit passer un tour préliminaire de playoffs pour entrevoir les quarts. Cela ne se réalisera pas puisque Nancy se qualifie sur le score cumulé des matchs aller et retour (149 à 140) : victoire du SLUC 91-59 au match 1 et victoire insuffisante du BCM 81-58 au match 2. Cette dernière défaite sera synonyme de match ultime pour Strong. Après cinq années à Gravelines, il plie bagage à 30 ans pour découvrir le championnat d’Espagne en signant à Fuenlabrada, un club du Sud de Madrid.

Durant son passage à Gravelines, il sera sélectionné au All-Star Game trois années d’affilée en 2002,2003 et 2004 et gagnera son unique trophée avec le BCM : une Coupe de France (vainqueur de Cholet 91-79). Avant de soulever la Coupe, il avait perdu trois finales : Coupe de France en 2003, le championnat et la Semaine des As en 2005. Il jouera ensuite à Avellino (2006-2007) et Leon (2007-2008). Trois ans après son départ de Gravelines, Strong reviendra en Pro A à 33 ans dans un club qu’il a bien connu en 2008-2009 : Le Havre.

Le 27 juin 2009, les maillots de quatre joueurs emblématiques du BCM (Larry Lawrence, Xavier Wallez, Danny Strong et Jerry McCullough) ont été hissés un peu plus près du toit du Sportica. Ce soir-là, un match avec les anciens joueurs du BCM avait été organisé.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (425 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s