Breaking News

Tournoi des As 1989, la surprise alsacienne

Tournoi des As

Le basket-ball est un sport de balle opposant deux équipes de cinq joueurs où le CSP Limoges gagne à la fin. C’est un peu la définition que l’on pourrait donner au basket français à la fin des années 1980 et au début des années 1990 tant le Cercle Saint-Pierre domine ses adversaires. Cette deuxième édition du tournoi des AS va néanmoins apporter son lot de surprises et voir la victoire d’un outsider, le Mulhouse Basket Club, digne héritier de son illustre aïeul, le Foyer Alsacien…

Pour cette deuxième édition du Tournoi des As, toujours qualificatif pour la Coupe des Coupes, les quatre premiers de la saison régulière s’étaient donnés rendez-vous au Mans les 7 et 8 avril 1989. On retrouve l’incontournable CSP Limoges, premier de la saison régulière et champion de France en titre, Cholet le finaliste malheureux qui deviendra un peu le poulidor du tournoi (4 finales perdues entre 1998 et 1993 sans en gagner aucune), Orthez qui cette fois-ci n’a pas loupé le train et l’invité surprise Mulhouse Basket Club qui sort d’une très belle saison sous les ordres de Jean-Luc Monschau qui terminera d’ailleurs meilleur entraîneur de l’année.

CHOLET S’OFFRE ORTHEZ SUR UN PLATEAU

Jim Bilba

Jim Bilba

Cette demi-finale entre le deuxième et le troisième aurait pu être prise en charge par la sécurité sociale. En effet, on assiste en ce 7 avril à une véritable hécatombe des joueurs cadres de deux équipes. Côté orthézien, Howard Carter est grippé quand Paul Henderson se voit contraint de cirer le banc à cause d’une vilaine blessure. Dans les Mauges, ce n’est pas forcément plus brillant. Jim Bilba se remet d’une otite et Valéry Demory est lui aussi patraque. Les deux équipes s’élancent tout de même dans la bataille et se rendent coup pour coup. On sent toutefois les organismes empruntés. Graylin Warner est cantonné à un 8 sur 18 au shoot. Demory quant à lui, est en sous régime avec seulement 3 sur 8 au shoot et 3 passes. Néanmoins, le collectif choletais maintient le navire à flots.

Les deux équipes sont à égalité aux trois quarts du match, 59 partout. Jean Galle le coach des rouges et blancs tente un coup de poker. Il lance son petit jeunot, Antoine Rigaudeau (17 ans). Beaucoup de monde dans la salle ne savent pas encore qu’il s’agit du roi. Cependant, ses futurs sujets vont assister à l’un des premiers faits d’armes du grand Rigaudeau. En 18 minutes, le choletais score 14 points avec un royal 100 % au shoot dont deux tirs primés à trois points. Cholet prend le large, 78 à 69. Didier Dobbels pour Jim Bilba, dunk de l’antillais, les hommes de Jean Galle disposent d’Orthez, 86 à 72 et s’envolent pour leur deuxième finale consécutive dans le tournoi.

MULHOUSE JOUE LES TROUBLE-FETES 

Ron Davis

Ron Davis

A l’instar d’Orthez, le CSP se présente au Mans avec certains joueurs diminués. Stéphane Ostrowski sort de maladie et ne jouera que 10 minutes. Ça tombe plutôt mal puisqu’en face Mulhouse est un peu le poil à gratter de Limoges et, est en forme. Ron Davis sort d’une grosse saison à 31,1 points de moyenne, bien aidé par son compatriote Pat Burtey (16,2 points). Il faut ainsi tout le talent de ce que beaucoup considère comme l’une des meilleurs doublettes US qu’à connu Limoges, Michael Brooks et Don « le cobra » Collins pour maintenir le CSP à flots. Les Limousins sont devant d’un petit point à la mi-temps, 46 à 45.

Ostrowski fait acte de présence à 5 sur 8 au shoot et seulement 3 rebonds. Le cobra porte quasiment à lui seul les espoirs limougeauds. trois trois points du natif de l’Ohio et Limoges recolle 86 à 87. En vain, le collectif mulhousien fait la différence, score final 92 à 86. Le roi est mort ? Quand même pas, le CSP reste le grand CSP mais les hommes de Jean-Luc Monschau viennent de titiller le géant et s’offrir une finale. Il faut bien dire que depuis l’époque du Foyer Alsacien, les titres se font rares sur la place de la Réunion.

LES AS ALSACIENS

Il faut faire honneur aux anciens. Le dernier titre de Mulhouse remonte en effet à la grande époque du Foyer Alsacien Mulhouse avec un titre de champion de France en 1931. Les alsaciens vont donc s’employer à glaner ce premier titre de l’ère du Mulhouse Basket Club. Le début du match est difficile. Les choletais prennent rapidement 17 points d’avance. Warner et compagnie déroulent. Néanmoins, Mulhouse grappille peu à peu son retard, 80 partout.

Balle de match dans les mains de Ron Davis, l’américain n’a plus que deux secondes pour devenir un héros. Tir en cloche, cela semble durer une éternité. La balle n’en finit pas de redescendre, elle ne semble pas se décider du sort de la rencontre. Finalement, le panier est marqué, 82 à 80. Mulhouse remporte ce tournoi des As au buzzer bien emmené par un Ron Davis (25 points en 40 min). L’international Philip Szaniel termine avec 16 points et un joli 7 sur 10 au shoot. Côté choletais, le lévrier Graylin Warner et ses 28 points n’ont pas suffi. Le Mulhouse Basket Club remporte ainsi son premier et seul titre.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Hector (25 Articles)
aime les vieux grimoires surtout quand ils parlent de basket et de l'ALM Evreux Basket !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s