Breaking News

[Happy Birthday] Eric Micoud, le serial shooteur à longue distance

France

Actuellement consultant phare de la NBA sur la chaîne BeIn Sports, ancien joueur de Georgetown en NCAA, Eric Micoud (43 ans aujourd’hui) a passé la majeure partie de sa carrière dans plusieurs clubs français du championnat de Pro A dont Strasbourg, Cholet, Paris et Dijon. Focus sur un des gros shooteurs de l’Hexagone qui a notamment réalisé sa meilleure performance au scoring sous le maillot parisien : 37 points à 11/15 à 3-points.

Né à Cotonou, au Bénin, le 18 mars 1973, Eric Micoud ne commence pas tout de suite à jouer au basket. Il touche d’abord une raquette de tennis et envoie des balles jaunes : « je faisais beaucoup de tennis Jusqu’à ce que mes parents ne puissent plus m’emmener à droite et à gauche au gré des tournois à disputer » (source : Le Parisien).  Il découvre alors le basket grâce à des amis. Fini les balles jaunes et c’est parti pour rebondir des ballons oranges pour le jeune Micoud. Il se forme au Gym de Saint-Vallier dans la Drôme, club avec lequel il évolue en N3 tous les weekends.

SAINT VALLIER PUIS LE SAUT VERS GEORGETOWN

Repéré par le pole espoirs de Voiron sous la houlette de Jacques Vernerey, ce dernier se souvient de la première impression qu’il a eue sur Micoud : « Des Micoud, il y en a un par génération. Il avait une gestuelle de tir au-dessus des autres. Un vrai pur joueur de travail et un garçon qui ne se laissait pas trop impressionner. » Joueur d’1m85, il prend ensuite la direction des Etats-Unis à l’âge de 19 ans, au lycée de Saint John’s dans le Maryland. Il s’agit d’un lycée militaire où les cadets en uniforme chaque matin devait se présenter à un rassemblement.

MicoudHoyasEn 1992, son profil attire le regard de Georgetown, fac réputée par laquelle sont passés de grands pivots de la NBA : Patrick Ewing, Alonzo Mourning ou encore Dikembe Mutombo. Evoluant au poste d’arrière, il se perfectionnera pendant deux années avec le maillot des Hoyas floqué du numéro 12 sur les épaules jusqu’en 1994. Pour Micoud, le choix de cette université du quartier de Washington était une évidence : « Georgetown, pour moi, c’était le rêve » (Source : Le Parisien). Il confie que son temps de jeu a diminué entre sa première et deuxième année de fac : « J’ai eu beaucoup de temps de jeu la première année, mais, la seconde, je me suis retrouvé second à mon poste et mon temps de jeu a chuté de 20 à 5 minutes par match ». (source : sig)

Avec les Hoyas, les stats moyennes de Micoud en NCAA sont en baisse d’une année à l’autre :

  • 1992-1993 : 6 points dont 24/78 à 3-points ; 1,3 rebond et 1 passe en 29 matchs dont 8 titulaires en 18 minutes
  • 1993-1994 : 3,1 points dont 16/60 à 3-points ; 0,6 rebond et 0,7 passe en 30 matchs dont 1 titulaire en 9 minutes

DE LA PRO B A LA PRO A

A l’issue de ses deux saisons universitaires outre-Atlantique, en parallèle de ses études de sociologie à Georgetown, Micoud revient en France du côté de Jet Lyon qui le prête pour qu’il s’aguerrisse à Besançon, club qui évolue en 1994 en Pro B. Avec le club du Doubs, il gagne le titre de champion France de Pro B et retourne dans le Rhône. Sélectionné en équipe de France U22 en 1994, le Jet Lyon le conserve cette fois-ci dans le roster  pour la saison 1995-1996. Le club lyonnais éprouve des difficultés. Le sponsor principal ne s’associe plus au club qui se retrouve reléguée à l’étage inférieur administrativement. A l’été 1996, Micoud quitte Lyon et rejoint à 24 ans Strasbourg où il jouera pendant deux ans.

Sur le site du club strasbourgeois, Micoud est revenu sur ses deux années alsaciennes lors d’une interview : « La première saison était correcte d’un point de vue individuel. Après au niveau de l’équipe, je dirai une première saison qui se passe bien. La deuxième, c’était différent. Je l’ai assez mal vécue. C’était un stress permanent. On avait une équipe de bons gars mais on avait des Américains mercenaires ! Là où je l’ai mal vécu, c’est que les trois- quarts des joueurs partaient en fin de saison, pendant que moi, j’avais encore un an de contrat. On fait une saison catastrophique et je voyais que j’allais devoir jouer en ProB la saison suivante. J’avais l’impression qu’on était quelques uns dans la m… et que les autres, quoiqu’il arrive, trouveraient un autre contrat et que la descente ne les blessait pas. Une saison-galère, très difficile. Après les dirigeants m’ont laissé partir à Cholet, où je fais presque la meilleure saison de ma carrière. Je leur dois beaucoup car ils n’étaient pas obligés, et pouvaient me garder » […] La première saison on finit 11e, c’est pas super mais ça passe. Mais la seconde, avec des mecs qui partaient puis revenaient, c’était catastrophique pour moi ! Quand tu es meneur et que tu as ton équipe qui change tout le temps, c’est dur. Sans parler de certains Américains qui jouaient que pour faire leurs stats… Le résultat final, la descente, était vraiment, vraiment, dur…

Eric Micoud à Strasbourg (c) sigstrasbourg.fr

Eric Micoud à Strasbourg (c) sigstrasbourg.fr

En 1996-1997, Strasbourg évite la relégation en finissant 14ème avec un bilan de 9 victoires pour 21 défaites. En 30 matchs de championnat, Micoud signe des stats de 12,6 points (71/180 à 3-pts, soit près de 40 % de réussite), 2,2 rebonds et 3,5 passes en 31 minutes de jeu. Malheureusement en 1997-1998, la SIG finit la saison en étant relégué avec un bilan catastrophique de 6 succès et 24 revers. Micoud termine cette saison-là en étant le cinquième meilleur scoreur français avec 13,2 points (77/163 à 3-pts soit 47,2 %) 2,2 rebonds et  4,4 passes, le tout en 30 rencontres.

CHOLET (1998-2001)

En 1998, fini l’Alsace et découverte du Pays de la Loire où il découvre un autre club de Pro A, Cholet Basket (CB) dont le coach était cette année-là Eric Girard. Au côté de Deron Hayes, Aymeric Jeanneau, Fabien Dubos, Lenzie Howell, Paul Fortier, et Cédric Miller, Il joue son premier match avec le CB le 5 octobre 1998 face à Paris dans la fameuse salle Pierre de Coubertin dans la capitale. Malgré l’adresse à trois-points de Micoud (meilleur marqueur choletais avec 18 points à 6/7 à longue distance), le CB s’incline de 17 points : 70-53.

Lors de la deuxième journée, le club des Mauges affrontait le champion en titre à domicile à la Meilleraie, Pau-Orthez. Malgré un meilleur match contrairement face à Paris, le CB s’incline malgré tout 68-64. Micoud inscrit 11 points dans ce match. En 30 matchs de championnat, Micoud signe des stats de 11,4 points ; 2,2 rebonds et 3,8 passes. Avec 22 victoires et 6 défaites, Cholet termine troisième du championnat et croise en quart des playoffs Le Mans, sixième. Mais le CB s’incline en trois manches : 2-1. Les stats de Micoud sur l’ensemble de ces trois rencontres sont de 10,3 points ; 1,7 rebonds et 2 passes.

Eric Micoud ballon en main avec Cholet (c) cholet-basket.com

Eric Micoud ballon en main avec Cholet (c) cholet-basket.com

Le 2 mai 1999, Cholet atteint la finale de la Coupe de France pour la deuxième année consécutive et tentera face à Strasbourg, ancien club de Micoud, de remporter ce trophée comme en 1998 : victoire contre le SCB Levallois 95-54 à Paris-Bercy. Eric Micoud joue ainsi sa première finale dans une compétition nationale et expliquait qu’il attendait avec impatience ce moment à Paris-Bercy : « Eric Girard, l’entraîneur, nous a tellement dit que Bercy et ses 10 000 spectateurs, c’était fabuleux, que j’ai une folle envie de vivre cela ». Une saison qui contraste avec la dernière difficile qu’il a connu à Strasbourg : « En venant à Cholet, j’ai vraiment fait le bon choix et vécu une super année ».

Plus de 700 supporters choletais étaient présents pour voir cette finale en 1999. Et l’équipe du CB a procuré du plaisir à ses supporters qui ont fait le déplacement à Paris puisque les hommes d’Eric Girard s’imposent 85-70. Micoud, 2 points, dans ce match, se blessera à la 18ème minute de la finale en tête de raquette, touché à la cheville gauche. Il avait rejoint les vestiaires avant la mi-temps, et a été remplacé par son back-up Aymeric Jeanneau. Micoud livrait des détails sur ce triste épisode de cette finale : « Je partais sur une rotation. J’ai accéléré avec le pied et entendu un bruit bizarre. D’abord, j’ai cru que quelqu’un m’avait marché dessus, mais il n’y a pas eu de choc. Je me suis blessé tout seul ». Le diagnostic tombe : rupture partielle du tendon d’Achille. L’ex-joueur de Strasbourg a craint le pire à cet instant : « J’ai vu ma fin de carrière s’arrêter. J’ai eu peur, très peur jusqu’à que le médecin me dise de ne pas me faire de soucis ». Et cette blessure arrive au moment où cette année Micoud avait été retenu dans la liste des 20 joueurs de l’équipe de France pour participer à l’Euro 1999 : « Ma blessure, je ne peux pas dire qu’elle tombe au plus mauvais moment puisque la saison est finie. Il semble qu’il y ait une rupture partielle du tendon, on va donc voir s’il faut opérer et quand. Après, j’aurai l’été pour bien me soigner et essayer d’être prêt pour la rentrée. J’aurais tout de même bien aimé participer à la préparation de l’équipe de France, même si je savais que j’avais très peu de chances de disputer l’Euro ».

Eric Micoud à Cholet lors de la saison 2000-2001 (c) sigstrasbourg.fr

Eric Micoud à Cholet lors de la saison 2000-2001 (c) sigstrasbourg.fr

Avec cette deuxième Coupe de France, le CB qui a obtenu également une place en Euroligue, a été reçu par le maire de Gilles Bourdouleix (toujours en fonction d’ailleurs) à l’Hôtel de Ville. La saison suivante, en 1999-2000, les stats d’Eric Micoud sont en baisse : 8,5 points ; 2,5 rebonds et 2,8 passes en 22 matchs et 27 minutes de jeu. Avec 19 victoires et 11 défaites, Cholet finit 4ème de Pro A et est opposé à Strasbourg en quart des playoffs. Mais l’ancien club d’Eric Micoud élimine en deux manches le club des Mauges : 74-56 à l’aller et 92-79 au retour.

En 2000-2001, Eric Micoud retrouve des couleurs et améliore ses stats d’une année à l’autre. En 30 matchs de championnat, il devient le meilleur scoreur de son équipe avec 13,5 points (92/222 à 3-pts, soit 41,4 % de réussite), 1,8 rebond et 4,2 passes, le tout en 33 minutes de jeu. Avec 14 succès et 16 revers, Cholet termine 9ème du championnat, synonyme de non-qualification pour les playoffs. Il s’agit alors de la dernière saison effectuée par Micoud sous le maillot choletais.

PARIS (2001-2004)

Après trois saisons choletaises, à 29 ans, Micoud se rend dans la capitale pour y signer un contrat de trois ans à l’été 2001. Il y remplace un certain Tony Parker, parti rejoindre les San Antonio Spurs. Pensant être recruté pour ses qualités de shooteur, c’est d’une tout autre mission que Micoud va être investi sous le maillot parisien : « Je ne m’attendais pas du tout à ce rôle totalement différent de celui que j’avais à Cholet. Moi, j’étais venu pour remplacer Tony Parker. Et je me retrouve investi de grosses missions défensives. Les meneurs adverses n’ont peut-être pas la vie belle, mais j’y laisse de la gomme. Offensivement, c’est frustrant. Sur une année, ça va, mais je ne veux pas non plus me griller avec l’équipe de France. J’espère que les gens réalisent bien que c’est mon rôle qui a changé, et non pas moi. » (source : Le Parisien)

Pour sa première saison avec Paris et Erik Lehmann, le head coach, Eric Micoud est effectivement moins scoreur avec 7,3 points (54/151 à 3-pts, soit 35,8 %), 2,3 rebonds et 2,7 passes. Avec 16 victoires et 14 défaites, Paris termine 10ème du championnat en 2001-2002. Micoud ne joue pas les playoffs pour la deuxième saison de suite. Lors du All-Star Game, il remporte le concours à 3-pts. Un énorme sniper avec une cible : le panier.

En 2002-2003, Jacques Monclar arrive en tant que nouvel entraîneur de Paris et Micoud connaît un début de saison compliqué comme il le confiera en janvier 2003 au Parisien : « J’avais l’impression de ne servir à rien du tout, de ne pas mériter mon argent. Je me sentais redevable par rapport au club qui avait fait des efforts pour moi. Le fait de ne pas renvoyer l’ascenseur en jouant à l’envers et en rendant des stats de merde, c’était lourd à porter. ». Après des matchs transparents au scoring, c’est un tout autre Micoud que Paris voit durant les deux derniers tiers de la saison. Au côté de Laurent Sciarra, Mario Bennett, Brian Howard, et Thierry Rupert, il réalise 12 matchs de championnat sur les 30 disputés entre 10 et 19 points dont :

  • 14 points et 6 passes face au Havre (5ème journée), victoire 93-75
  • 15 points et 3 passes face à Roanne (17ème journée), victoire 88-75
  • 15 points dont 4/6 à 3-pts, face au Mans (25ème journée), victoire 94-90
  • 15 points dont 5/8 à 3-pts face à Strasbourg (27ème journée), victoire 102-64
  • 18 points dont 6/10 à 3-pts face à Pau (30ème journée), défaite 113-85

Il réalise son meilleur match en attaque avec 23 points inscrits dont 7/15 à 3-pts lors de la 12ème journée face à Vichy, victoire 88-82, avec 4 passes, 22 d’éval. Il termine la saison régulière avec 8,4 points ; 1,5 rebond et 2,4 passes. Avec 16 victoires et 14 défaites, Paris finit 7ème de Pro A et joue l’Asvel en quart de finale des playoffs. Après un succès au match aller face aux Villeurbannais, 82-73, les Parisiens s’inclineront deux fois de suite : 81-75 (match retour), 80-65 (belle). Sur l’ensemble des trois matchs, Micoud a inscrit 4,7 points, pris 2 rebonds et donné 2,3 passes en moyenne.

Pour sa troisième saison à Paris, il conclut 20 matchs sur les 32 disputés (34 matchs de championnat au total) entre 10 et 19 points dont :

  • 15 points à 5/11 à 3-pts ; 3 rebonds et 3 passes face à Bourg-en-Bresse (10ème journée), victoire 75-60
  • 18 points à 6/13 à 3-pts et 4 passes face à Strasbourg (12ème journée), défaite 97-88
  • 15 points et 3 rebonds face à Nancy (17ème journée), défaite 77-72
  • 19 points à 6/12 à 3-pts, 3 rebonds et 2 passes face au Havre (20ème journée), victoire 81-52
  • 18 points à 5/10 à 3-pts, 4 passes face à Besançon (22ème journée), victoire 92-74
  • 17 points face à Strasbourg, (28ème journée), défaite 86-84
  • 13 points dont 4/7 à 3-pts et 7 passes face à Pau (34ème journée), défaite 84-75

Il signe également un match à 20 points face à Cholet dont 6/11 à 3-pts + 2 rebonds et 3 passes lors de la 18ème journée, victoire 96-67. Mais ce que l’on retiendra le plus dans la troisième saison parisienne d’Eric Micoud est sans aucun doute le match durant lequel il était « on fire » derrière la ligne à 3-points. Le meneur score 37 points à 11/15 à 3-pts, soit 73 % de réussite lors de la 11ème journée de championnat face à Roanne. Mais les Parisiens s’inclinent de 3 points : 77-74. Micoud inscrit la moitié des points de son équipe. A l’issue de la saison régulière, Micoud fait gonfler ses stats au scoring d’une saison à l’autre avec 12,2 points de moyenne (troisième meilleur marqueur de Paris derrière Laurent Sciarra et Marvin Stone avec respectivement 12,4 et 12,3 points), 1,5 rebond et 2,5 passes en 32 minutes. Avec 13 victoires et 21 défaites, Paris termine 13ème du championnat et n’est pas qualifié pour les playoffs.

DIJON (2004-2006)

Après trois saisons à Paris, à 31 ans, Eric Micoud rejoint la Bourgogne et la JDA Dijon pour 2 ans au poste de meneur. Il arrive dans son nouveau club pour remplacer Paccelis Morlende et évoluer au côté du Canadien Rowan Barrett, du Sénégalais Boniface N’Dong et de l’Américain Rico Hill. Pour sa première saison en Bourgogne en 2004-2005, coaché par Nicolas Faure, Micoud prend plus de rebonds et délivre davantage de passes. Avec plus de meilleures évaluations contrairement à ses saisons parisiennes, il termine 16 matchs sur les 32 joués (en 34 matchs de championnat) entre 10 et 19 points dont :

  • 19 points, 4 rebonds et 5 passes face au Havre (1ère journée), défaite 98-91, 21 d’éval
  • 18 points dont 4/6 à 3-pts, 4 rebonds et 5 passes face à Gravelines (10ème journée), défaite 84-78, 23 d’éval
  • 16 points, 8 rebonds (meilleur total de la saison à deux reprises) et 2 passes face à Gravelines (26ème journée), défaite 95-79, 18 d’éval

Il conclut aussi deux rencontres de championnat à 20 points et plus :

  • 21 points dont 4/6 à 3-pts, 3 rebonds et 8 passes face à Nancy (4ème journée), victoire 94-93, 27 d’éval
  • 20 points dont 6/9 à 3-pts, 4 rebonds et 8 passes face à Roanne (31ème journée), victoire 91-85, 30 d’éval

Il offre à 15 reprises entre 5 et 10 passes en championnat dont :

  • 9 face à Reims (16ème journée), victoire 88-74
  • 10 face à Strasbourg (14ème journée), victoire 86-84

Avec 13 victoires et 21 défaites, la JDA Dijon ne participe pas au playoffs en terminant à la 14ème place. Les stats de Micoud sont de 9,8 points ; 2,4 rebonds et 4,5 passes.

La saison suivante, Micoud croise à nouveau Jacques Monclar son ancien coach à Paris, qui remplace Nicolas Faure. Ne jouant que les 11 premiers matchs avec le club bourguignon, Micoud résilie sa dernière année de contrat avec la JDA. Sa saison en 2005-2006 a été perturbée par une blessure à un tendon d’achille pour laquelle il a été opéré en décembre. Il a réalisé ses deux meilleures matchs :

  • 16 points dont 4/6 à 3-pts et 4 passes face à Paris (5ème journée), victoire 81-67, 15 d’éval
  • 12 points à 4/8 à 3-pts et 2 rebonds face à Reims (6ème journée), victoire 92-71

Il jouera son dernier match avec Dijon le 26 novembre 2005 face à l’Asvel, victoire 60-58. Il rappelle d’ailleurs le moment durant lequel il constatait qu’il s’éloignait de la JDA : Progressivement, mon opération était profitable à tout le monde. A moi car elle allait me permettre de jouer sans douleur, et à la JDA, qui pouvait faire l’économie de mon salaire pendant mon absence tout en recrutant un joueur, Laurent Sciarra. Et peu à peu, j’ai compris. J’ai senti les choses venir, que l’on n’aurait plus besoin de moi. C’est quand je suis allé voir Yann Boisson (ndlr : manager général de Dijon à l’époque) pour lui parler de la saison 2006-2007 qu’il m’a dit les choses. Vous savez, après mon opération, je n’ai pas reçu beaucoup d’appels. Laurent Sciarra est venu me voir à la clinique. Mais j’ai encore eu la confirmation que dans ce milieu, c’est chacun pour sa gueule. Cela se serait passé de la même façon dans n’importe quel club. Je sais bien qu’il est question de business. Je suis peut-être trop attaché aux relations humaines. Trop affectif sans doute. Vous pensez que certaines personnes sont vos amis, et vous vous apercevez que c’est du flan ». (source : gazette-cotedor.fr)

Au début de la saison 2006-2007, Micoud tente sa première aventure en Italie à Livourne à 33 ans : « Je suis lié avec ce club jusqu’au 9 décembre. J’y ai signé un contrat de 45 jours fin octobre en tant que joker médical, pour remplacer Jason Rowe, l’ancien meneur d’Hyères-Toulon qui est blessé. Comme leur second meneur a lui aussi des problèmes physiques, ils m’ont proposé cette pige. La veille de mon départ, j’ai reçu un appel de mon agent qui m’a demandé si j’étais près d’un aéroport. Je me trouvais alors à Lyon, j’ai sauté dans un avion le lendemain matin pour rejoindre Bologne, puis Livourne. J’ai fait un essai médical de deux jours, et j’ai signé dans la foulée ». (source : gazette-cotedor.fr)

Il livre d’ailleurs son sentiment sur le basket en Italie : « En Italie, il y a une certaine ferveur autour du basket, certains clubs sont très friqués. Des joueurs qui ont quatre ou cinq saisons de NBA derrière eux et qu’aucun club français ne pourrait se payer y évoluent. A Livourne, il y a une salle immense (8500 places), toute neuve, mais qui est très rarement pleine. Je ne ressens pas de pression particulière autour du club. Ici, c’est assez calme. Livourne est d’ailleurs une ville calme, où il n’y a pas grand-chose à faire. Je m’entraîne, je joue, mais le reste du temps, je glande à la maison à mater des DVD ou à lire…En 45 jours, il est difficile de se sentir chez soi ».

Son passage en Italie fut court (7 matches pour des moyennes de 7,4 points à 55.6 % dont 48% à 3 points, 100 % aux lancers francs, 2 passes décisives en 27 minutes). Micoud décide de regagner la France : « lls (Livourne) m’ont proposé de prolonger quelques mois, mais entre-temps, j’ai eu ma fille donc j’ai choisi la stabilité en signant à Evreux en Pro B, à Noël 2006. J’ai fini la saison, et même si j’avais envie de retourner en Pro A, je suis resté à Evreux car je m’y sentais bien.

EVREUX (2007-2009)

20 sélections en équipe de France A, Micoud joue la deuxième partie de championnat en Pro B en janvier 2007 où il a été coaché par Rémy Valin. En 20 matchs, il en finit 10 avec 10 points et plus dont :

  • 18 points dont 5/10 à 3-pts, 2 rebonds et 2 passes face à Boulazac (16ème journée), défaite 84-79
  • 16 points dont 4/8 à 3-pts, 2 rebonds et 2 passes face à Châlons-en-Champagne (27ème journée), défaite 83-78
  • 12 points, 4 rebonds et 6 passes face à Nanterre (30ème journée), victoire 80-69
  • 15 points dont 5/9 à 3-points, 3 rebonds et 8 passes face à Rouen (31ème journée), victoire 80-69
  • 15 points, 5 rebonds et 3 passes face à Quimper (34ème journée), victoire 77-71

Il conclut deux matchs à 20 points et plus :

  • 20 points dont 6/14 à 3-pts, 4 rebonds et 2 passes face à Saint-Etienne (28ème journée), défaite 83-75
  • 26 points dont 8/12 à 3-pts, 2 rebonds et 6 passes face à Boulazac (32ème journée), victoire 75-66

Avec 15 victoires et 19 défaites, Evreux termine 12ème de Pro B et n’est pas qualifié pour les playoffs. Les stats de Micoud sont de 11 points, 2,3 rebonds et 3,4 passes.

La saison suivante en 2007/2008, à 34 ans, il effectue sa première saison pleine avec le club normand. En 32 matchs de championnat sur les 34 à disputer au total, il en finit 10 entre 10 et 19 points dont :

  • 18 points dont 4/9 à 3-pts face à Saint-Etienne (12ème journée), défaite 91-76,
  • 13 points, 4 rebonds et 3 passes face à Nanterre (17ème journée), défaite 82-81
  • 18 points dont 4/7 à 3-pts, 3 passes face au Portel (20ème journée), victoire 81-66
  • 17 points dont 5/11 à 3-pts, 2 rebonds et 2 passes face à Saint-Vallier (20ème journée), défaite 91-79

Avec 18 victoires et 16 défaites, Evreux termine 10ème de Pro B et ne joue pas les playoffs. Les stats de Micoud sont en baisse : 8,4 points,  1,7 rebond et 2,6 passes.

En 2008/2009, il joue 24 matchs sur les 34 et en finit 8 entre 10 et 15 points dont :

  • 12 points et 4 passes face à Limoges (23ème journée), défaite 96-63
  • 15 points dont 3/7 à 3-pts, 4 rebonds et 5 passes face à Boulazac (24ème journée), victoire 86-79
  • 13 points dont 6/14 à 3-pts, 2 rebonds face au Portel (29ème journée), victoire 70-67
  • 12 points dont 4/9 à 3-pts, 4 rebonds et 2 passes face à Saint-Quentin (32ème journée), victoire 84-79
Eric Micoud en 2008 avec Evreux (c) alm-evreux-basket.com

Eric Micoud en 2008 avec Evreux (c) alm-evreux-basket.com

Avec 14 succès et 20 revers, Evreux termine la saison en 13ème position. Micoud inscrit 6,9 points,  prend 1,6 rebond et délivre 2,3 passes. C’est la dernière saison pro du meneur et pour Paris Normandie, il expliquait son choix d’arrêter le basket de haut niveau en juin 2009: « Nous étions d’accord sur le contrat. A 36 ans je veux privilégier ma reconversion, le club le savait, mais j’ai aussi toujours envie de jouer. Mon objectif est de devenir manager, directeur sportif d’un club de haut niveau. La formation pour obtenir un Master est d’une durée d’une année. J’ai deux possibilités : la suivre à Limoges ou à la Sorbonne. A Paris, mon dossier doit être déposé pour le 15 septembre, cela me convient. Les séminaires durent deux jours… deux fois par mois et il faut être impérativement disponible. […] Je n’ai pas dit stop au basket pour autant, j’ai toujours envie de jouer. Je peux trouver un club de Nationale 1 ou même de Nationale 2, pas trop loin de Paris pour pouvoir rejoindre la capitale en TGV quand il faudra. A défaut, tant pis, j’arrête… Dans ces circonstances je vais peut-être rester dans la région, je me plais bien ici… ».

ERIC MICOUD EN COUPE D’EUROPE

En plus des matchs de championnat, Eric Micoud a découvert à plusieurs reprises le basket au niveau européen en jouant plusieurs rencontres de Coupe d’Europe. En 1998-1999, il joue la Coupe Saporta avec Cholet. 8 groupes de 4 équipes sont constituées. Les 4 premiers de chaque poule se qualifient pour les 16ème de finale. Dans cette phase de groupes, Eric Micoud, en 10 matchs, en finit 6 entre 13 et 18 points dont :

  • 15 points dont 3/6 à 3-pts, et 3 passes face au Turk Telekom, victoire 79-65 le 17 novembre 1998
  • 15 points dont 5/8 à 3-pts, 3 rebonds et 7 passes face au BC Split, victoire 84-57 le 22 septembre 1998
  • 13 points dont 3/6 à 3-pts, et 6 passes face au MZT Skopje, victoire 90-61 le 8 décembre 1998
  • 18 points dont 4/8 à 3-pts et 5 passes face Mlekarna Kunin, victoire 80-79 le 22 septembre 1998

Avec 8 victoires et 2 défaites, le CB se hisse en 16ème de finale pour affronter le club portugais du CR Estrelas. Le vainqueur des matchs couperets (aller-retour) est déterminé sur le score cumulé des deux oppositions. Et le CB bat le club portugais deux fois : 75-59 au premier match avec 9 points de Micoud et 84-55. En 8ème de finale, Cholet doit gagner de plus de neuf points le match retour après avoir perdu à l’aller 77-68 face à Pivorvarna Lasko. Mais les Choletais ne remporteront la rencontre que de 4 points avec notamment 18 points dont 3/4 à 3-pts, 3 rebonds et 7 passes face à ce club slovène, victoire 86-82 le 17 février 1999. En 14 matchs, Micoud signe en moyenne 10,3 points (15/26 à 2 pts soit 57,7 % 33/73 à 3-pts, soit 45,2 %) ; 1,4 rebonds et 3,1 passes.

En 1999-2000, Micoud joue pour la première fois l’Euroligue. L’édition 1999-2000 met aux prises 24 équipes. Lors du premier tour, ces vingt-quatre équipes sont réparties en quatre groupes de six (A,B,C et D). Le meneur réalise son meilleur match face au CSKA Moscou avec 15 points dont 5/9 à 3-pts, 2 rebonds et 7 passes.  A l’issue de ce premier tour, Cholet finit 5ème avec 2 victoires et 8 défaites.

Un deuxième tour est organisé où chaque groupe est modifié : les trois derniers des groupes A rencontrent les 3 premiers du B et vice-versa. Même principe pour les poules C et D. 4 nouveaux groupes sont constituées : E, F, G et H. Les trois premiers de chacun de ces groupes affrontent alors uniquement ces trois nouvelles équipes en matchs aller-retour lors de ce deuxième tour. Les résultats du premier tour sont conservés. Les quatre premiers sont qualifiés pour les playoffs. Micoud réalise ses deux meilleurs matchs dans ce second tour :

  • 10 points, 2 rebonds et 4 passes face au Real Madrid, défaite 90-83
  • 11 points, 2 rebonds et 1 passe face au Real Madrid, défaite 86-79

Avec 3 victoires et 13 défaites, Cholet, cinquième, est éliminée de cette Euroligue. Les stats de Micoud sont de 5,5 points ; 1,6 rebond et 2,1 passes.

En 2000-2001, Cholet joue la Coupe Korac. Avant de jouer la phase de poules, le CB doit passer par le second tour préliminaire. Le club des Mauges affrontent sur deux matchs les Belges du Stretch Top Bree BBC. Avec une victoire de deux points 79-77 à l’aller (grâce notamment aux 14 points dont 4/7 à 3-pts de Micoud, 3 rebonds et 4 passes), Cholet perd au retour 94-82 et est éliminé sur le scoré cumulé des deux matchs (6 points, 1 rebonds, 3 passes de Micoud). Les moyennes de Micoud sont de 10 points, 2 rebonds et 3,5 passes.

L’année suivante, il rejoue la Coupe Korac mais avec le Paris Basket Racing. Au deuxième tour préliminaire, Paris affronte le Liege BC. Au match aller, lors de la victoire parisienne, Micoud réalise un match au top avec 15 points à 5/6 à 3-pts, 3 rebonds et 8 passes. Les Parisiens valident leur qualification pour la phase de groupes en gagnant le match retour aisément 88-74. En phases de poules, Micoud réalise trois bons matchs :

  • 13 points, 6 rebonds et 2 passes face au KK Hemofarm, victoire 69-67
  • 15 points à 5/10 à 3-pts, 3 rebonds et 4 passes face au Besiktas, victoire 86-79
  • 12 points à 4/7 à 3-pts face au KK Hemofarm, défaite 80-72

Avec 3 victoires et 3 défaites comme Hemofarm, Paris est éliminée sur l’ensemble des scores cumulés des deux matchs face à Hemorfarm. Les stats de Micoud sur cette Coupe Korac sont de 11 points, 3 rebonds et 3,3 passes.

SA RECONVERSION DANS LES MEDIAS

Eric Micoud, consultant BeIn Sports c) Panoramic

Eric Micoud, consultant BeIn Sports c) Panoramic

En 2012, il devient entraîneur au club de Yerres dans l’Essonne : l’Etoile Sportive Yerroise. Concernant sa reconversion, comme d’autres anciens joueurs tels que Richard Dacoury ou Jacques Monclar, Eric Micoud se tourne vers la télé. On découvrira sa voix aux commentaires des matchs plusieurs nuits d’abord sur Ma Chaîne Sport qui détenait les droits de la NBA à l’époque puis sur BeIn Sports. Il raconte comment il en est venu à travailler pour ces deux chaînes de sport : « Je pense qu’il faut être au bon endroit, au bon moment ! Honnêtement, ce n’était pas une reconversion prévue. Ce n’est pas le genre de boulot où tu te dis : “Je serai consultant basket à la télé”! On est choisi, si on a de la chance. Un jour, j’ai entendu dire que MCS (ndlr : Ma Chaîne Sport) chercherait, peut-être, un consultant basket.

J’ai contacté le patron, Jean-Yves Dhermain, qui m’a dit qu’il y avait Crawford Palmer en place et qu’il n’avait pas besoin d’un autre consultant. Sauf que, deux jours plus tard, il me rappelle et me demande de venir commenter deux matches dans la nuit car Craw’ était malade. Je n’étais pas prêt, mais j’ai dit oui tout de suite. Je le remplace, ça se passe bien et il décide que Craw’ et moi allons nous partager le poste. Puis, un jour, Xavier Vaution de BeinSport m’appelle et me demande si je suis dispo dans trois heures pour venir commente les JO de Londres ; j’ai dit oui direct! Finalement, je commente tous les matches des JO, puis je parle avec Xavier de la NBA qui me dit : «Oui, si on a la NBA, tu bosseras avec nous ». Durant l’été, je vois qu’ils ont les droits de la NBA et c’est comme ça que je me suis retrouvé consultant basket pour BeinSport (source : sig)

REPORTAGE CANAL + D’ERIC MICOUD A GEORGETOWN

Advertisements
About Richard Sengmany (431 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s