Breaking News

28 avril 2002 : le Nord en fête avec le triomphe de Valenciennes en Euroligue

Euroleague

La joie des joueuses de Valenciennes en 2002 dans les vestiaires (c) Didier Crasnault - La Voix du Nord

11 jours après la victoire du SLUC Nancy en Coupe Korac, l’équipe de l’USVO Valenciennes se hissait sur le toit de l’Europe en remportant pour la première fois de son histoire l’Euroligue féminine. Le 28 avril 2002, les filles de Laurent Buffard avaient battu avec ténacité le club polonais de Gdynia 78-72.

Le Final Four de l’Euroligue femmes en 2002 s’était tenu à Liévin, dans le Nord de la France. La finale opposait Valenciennes au club polonais de Gdynia qui comptait dans ses rangs Katie Smith, l’ex-forte scoreuse des Minnesota Lynx et Malgo Dydek, la géante tchèque, redoutable dans la raquette. Ces deux équipes avaient battu respectivement en demi-finale Ruzomberok (108-60) et Parme (74-58).

Devant 4500 spectateurs, à domicile d’une certaine manière, l’équipe phare du Nord et du championnat de France avait la possibilité d’écrire son nom sur les pages d’histoire du basket européen. Chose faite à l’issue de 40 minutes d’effort. Les Valenciennoises, au terme d’une rude et intense bataille, auront réussi à vaincre Gdynia. Succès de six points : 78-72.

PUBLIC ENCHANTE, VALENCIENNES VICTORIEUX APRES SON ÉCHEC EN 2001

Le public français, quant à lui, avait bien tenu son rôle, tout de jaune et de noir vêtu dans les gradins de la salle de Liévin, en hommage à la couleur dominante de Valenciennes. Chants, cris, bruits d’instruments, les supporters n’avaient pas manqué l’occasion de faire entendre leurs voix pour supporter son équipe nordiste : drapeaux, écharpes estampillées Valenciennes, t-shirts jaunes étaient de sortie. Un public enchanté qui a bien communié avec les nouvelles championnes d’Europe avec ce succès.

Le Public de Liévin encourage l'USVO (c) Basket News - N°80 - Mai 2002

Le Public de Liévin encourage l’USVO (c) Basket News – N°80 – Mai 2002

Après ses trois précédentes participations au Final Four (1995, 1998, 2001), la quatrième fut enfin la bonne pour Valenciennes avec cette victoire décrochée en finale. Une belle revanche pour l’USVO suite à leur défaite il y a un an contre Bourges à Messine le 22 avril 2001 (73-71) au stade de cette même compétition. Quelques jours plus tard, Basket News, magazine de référence du ballon orange hexagonal avait consacré sa couverture au sacré européen de Valenciennes en titrant en Une de son numéro 80 du mois de mai 2002 « Trop Fortes ». Une reconnaissance amplement méritée.

La couverture de Basket News N°80 - Mai 2002 consacré au titre de l'USVO en Euroligue

La couverture de Basket News N°80 – Mai 2002 consacré au titre de l’USVO en Euroligue

Cette finale était donc l’occasion de voir le gros duel dans la raquette entre Ann Wauters, 1m93, pour l’USVO et Malgorzata Dydek, l’intérieur de Gdynia et ses 2m13. Et la Belge posa énormément de problème à son vis-à-vis grâce à son excellente défense. Résultat, Dydek fut embêté par des problèmes de fautes très tôt dans la rencontre : 3 au bout de 9 minutes. Gênée Dydek dans ce match, tel était les consignes donnés par Laurent Buffard à ses joueuses comme l’expliqua le coach : « cela faisait partie du scénario que l’on avait mis en place. Il fallait faire sortir Dydek avec beaucoup d’agressivité mais aussi tenir Katie Smith, ce qu’a remarquablement fait Sandra Le Dréan. (Basket News – numéro 80 mai 2002)

Au bout de 10 minutes, soit la fin du premier quart-temps, les deux finalistes s’étaient retrouvés à égalité parfaite : 15-15. Dans le second quart-temps, la défense de Valenciennes fut à nouveau frappante. Deux autres joueuses du roster de coach Buffard étaient parvenues à museler Katie Smith : Audrey Sauret et Edwige Lawson. Le match fut toujours serré. A la mi-temps, l’USVO menait de trois points : 38-35.

QUATRE JOUEUSES SORTIES DU LOT

Après la pause, retour sur le parquet de Liévin. Troisième quart-temps entamé, à la 26ème minute de jeu, les joueuses du Nord prenaient un sérieux avantage : 12 points d’avance (56-44) puis maintenait celle-ci (60-52). Mais Gdynia réussissait à étirer la défense de leurs adversaires en revenant à -1 sous l’impulsion de Dydek, Smith et Elen Shakirova. Solide, l’USVO ne laissa pas Gdynia espérer. Fin du match. Explosion de joie. Au sein de l’équipe victorieuse, 4 filles ont sorti leurs épingles du jeu et su briller lors de différentes séquences durant cette rencontre :

  • Sandra Le Dréan : 14 points (6/9 aux tirs et 2/3 aux lancers-francs), 2 rebonds, 4 passes et 2 interceptions
  • Allison Feaster-Strong : 17 points (5/11 aux tirs dont 3/7 à 3-points, 4/7 aux lancers-francs), 8 rebonds et 4 passes
  • Ann Wauters : 23 points (10/12 aux tirs et 3/3 aux lancers-francs), 8 rebonds, 4 passes et 2 contres. Elle recevra le titre de MVP du Final Four de l’Euroligue 2002 pour la deuxième année consécutive.
  • Isabelle Fijalkowski : 12 points (4/10 aux tirs et 4/9 aux lancers-francs), 6 rebonds et 5 passes.

En face, avec les problèmes de fautes de Dydek et Smith bloqué par les joueuses adverses, c’est l’intérieur russe Elen Shakirova qui avait bien importuné la défense valenciennoise en terminant avec un beau double-double : 23 points (10/19 aux shoots, 3/6 aux lancers-francs) et 11 rebonds. Malgorzata Dydek (10 points, 8 rebonds) et Katie Smith (11 points, 3 passes) ont fait ce qu’elles ont pu en attaque pour bien seconder leur pivot.

L’EMOTION ENVAHISSAIT AUDREY SAURET

Interviewé en juin 2015 sur notre site, Audrey Sauret, capitaine de l’USVO en 2002, était submergé par l’émotion lors de cette victoire européenne lorsqu’on l’interrogea sur ses souvenirs marquants de sa carrière : « Je retiens aussi mon premier d’Euroligue en 2002 car je perdais tellement de finales (ndlr : 2 en 2000 et 2001) avant d’en obtenir une. C’était tellement des larmes de tristesse, de déception avant de verser des larmes de joie en 2002. Ça reste un grand moment ». 

Et cette émotion n’était pas passée inaperçue sur le visage de Sauret, âgé de 25 ans en 2002 avec ses larmes, elle qui avait connu deux désillusions en finale de l’Euroligue en 2000 avec Bourges et en 2001 l’année dernière : « Je n’arrive pas à m’en remettre. Je suis un peu secouée. Quand je m’imaginais cette finale, j’imaginais le meilleur, mais il y avait aussi le pire qui revenait. Maintenant c’est terminé, on l’a obtenu et c’est un gros soulagement. Au moins, ce n’est pas moi qui porte la poisse. J’avais quand même remporté quelques titres avant, donc je savais que je pouvais la gagner. Mais ça me rassure, ça va. Je peux aussi gagner en coupe d’Europe » (déclarations dans le Basket News numéro 80 en mai 2002). C’est ce qu’on appelle un sort bien conjuré.

Audrey Sauret en larmes autour de ses coéquipières de Valenciennes (c) Basket News - N°80 - Mai 2002

Audrey Sauret en larmes autour de ses coéquipières de Valenciennes (c) Basket News – N°80 – Mai 2002

« Ce titre représente beaucoup pour moi, même si j’en ai déjà gagné beaucoup dans ma carrière, car la défaite de l’an dernier en finale face à Bourges nous a faits très mal. Ces revers marquants vous permettent d’avancer, confia Isabelle Fijalkowski pour le Parisien, qui remporta là sa deuxième Euroligue de sa carrière après le succès en 97 avec Bourges.

Deuxième meilleure scoreuse de l’USVO en Euroligue, Feaster-Strong mettait en exergue l’esprit collectif de ses coéquipières qui régnait au sein de cet effectif à l’issue de cette finale : « On a une équipe avec des stars européennes mais pas une ne tire la couverture à elle. La seule star chez nous, c’est le groupe. Voilà la clé de nos succès. Et puis, je n’ai jamais vu une ambiance pareille dans ma carrière. C’est bien simple, cette équipe fonctionne comme une famille. » (Le Parisien)

L’HOMMAGE DE LAURENT BUFFARD A SES JOUEUSES

La joie de Laurent Buffard lors de la victoire en Euroligue 2002 (c) Basket News N°80 - Mai 2002

La joie de Laurent Buffard lors de la victoire en Euroligue 2002 (c) Basket News N°80 – Mai 2002

Dans les vestiaires, c’était logiquement la décompression, la joie se propageait, les bouteilles de champagne coulaient. Laurent Buffard a fini mouillé avec son beau costume-cravate suite à une expédition du coach dans les douches. L’ancien coach de Cholet avait tenu à adresser ses félicitations au club qui lui a accordé sa confiance et à ses joueuses qui méritaient un hommage : « Je remercie le président Decourrière, qui depuis trois ans a construit un club pour gagner. Et je remercie aussi les joueuses qui ont traversé des moments difficiles dans la saison. Elles ont travaillé très dur. Elles ont eu parfois de la peine à supporter la pression qu’on leur mettait sur les épaules, le travail qu’il fallait fournir. Mais elles ont toujours voulu répondre présentes et elles sont récompensées ce soir ». (source : Basket News N° 80 – Mai 2002).

Deux joueuses ont symbolisé la réussite de l’USVO pour en arriver à ce premier succès européen. Ainsi, en 19 matchs d’Euroligue lors de cette saison 2001-2002, Ann Wauters et Allison Feaster-Strong ont été les fers de lance en attaque de l’USVO :

  • Wauters : 14,1 points (54,5 % aux tirs, 76 % aux lancers-francs), 6,7 rebonds, 1,8 interception.
  • Feaster-Strong : 13,7 points (44,4 % aux tirs, 42,6 % à 3-points, 65,9 % aux lancers-francs), 4,7 rebonds 2,8 passes, et 1,8 interception.

2001-2002 : LE QUADRUPLE DANS LES MEMOIRES

Valenciennes acheva une saison 2001-2002 époustouflante en réalisant un quadruplé qui restera dans les pages d’histoire du basket français en remportant le championnat de France de Ligue Féminine de basket, son troisième à cet instant. Un trophée national qui s’ajoute donc à la Coupe de France, le Tournoi de la Fédération et l’Euroligue. Deux ans plus tard, l’USVO décrochera son second titre en Euroligue face au même adversaire : Gdynia (93-69).

Le basket français a été brillant cette année-là puisque 11 jours avant, le SLUC Nancy brandissait le premier trophée européen de son histoire : la Coupe Korac. Ce basket hexagonal a surfé sur les bons résultats précédents : la médaille d’argent aux JO de Sydney 2000 acquise par les hommes, le titre de championne d’Europe de l’équipe de France féminine en 2001.

Les championnes d’Europe 2002 coachés par Laurent Buffard :

4 Claire Tomaszewski Arrière Française 1m78
5 Sandra Le Dréan Ailière Française 1m87
6 Allison Feaster-Strong Ailière Française 1m80
7 Edwige Lawson-Wade Meneuse Française 1m67
9 Audrey Sauret-Gillespie Arrière Française 1m78
10 Nathalie Lesdema Pivot Française 1m90
11 Teresa Edwards Arrière Américaine 1m75
12 Ann Wauters Pivot Belge 1m95
13 Isabelle Fijalkowski Pivot Française 1m95
14 Timea Ivkovicné Béres Pivot Hongroise 1m92
Advertisements
About Richard Sengmany (434 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s