Breaking News

NBA Playoffs 1980 – Le Top Ten des plus beaux matchs

NBA Playoffs

Basket Rétro lance son propre récapitulatif des meilleurs matchs de playoffs joué au cours de la décennie des 80’s. Sur certaines saisons où les rencontres ont été plus riches que d’autres, on vous proposera plus de contenu. Pour les collectionneurs, les passionnés et les curieux, on démarre avec 1980 où les rookies Earvin Johnson et Larry Bird ont sévi!

Pontel a fait le bonheur de beaucoup d’entre nous qui ont pu mettre la main sur des matchs relativement rare et les divers collectionneurs qui ont fait leur propre business sur Internet en proposant via leur liste extrêmement dense une multitude de rencontres NBA que les plus chanceux et généreux ont pu acquérir. Peut-être avez-vous envie de faire votre propre vidéothèque, mais vous ne savez pas forcément quoi prendre en priorité pour enrichir votre vitrine. On vous donne un coup de main pour vous aiguiller sur les affiches à ne pas rater en playoffs depuis près de trente ans. Voici dans le désordre dix des meilleurs matchs de playoffs de la saison 1979-1980!

1 – Demi-Finale conférence Ouest – Milwaukee @ Seattle Game 1

Sonics - Bucks playoffs 1980A cette époque, les têtes de série 1 et 2 de chaque conférence étaient exemptés du premier tour. Les Bucks de Bob Lanier, gros outsider dans la conférence ouest (hé oui) affrontent les champions en titre, les Supersonics de Gus Williams. Seattle a pu s’en sortir dès le premier tour en sortant leurs voisins de Portland par deux victoires à une. Le 1er tour était en effet au meilleur des trois matchs avant de passer à cinq en 1984 puis à sept en 2003. Cette première rencontre a été un véritable tournant dans le dénouement final avec une conclusion de 7 matchs où Seattle s’en est sorti. Une série très accroché où le Game 1 a été d’une qualité assez folle. Gros rythme de jeu et surtout une fin à se ronger les ongles. Un suspense qui se termine par un shoot de Dennis Johnson à neuf mètres à la dernière seconde en prolongation! Pour les analystes à l’époque, ce shoot a été le tournant de la série, même si les Bucks avaient remporté deux rencontres à Seattle et ont mené par 3-2! Le Game 2 est aussi d’excellente facture et de manière globale, la série est l’une des plus serrées de l’histoire!

2 – 1er tour conférence Ouest – Seattle @ Portland Game 2

Justement on en parle du 1er tour ici. Bien avant l’arrivée de Clyde Drexler et après le cycle de Bill Walton, Portland c’était des mecs comme Billy Ray Bates, Ron Brewer, Calvin Natt et le tristement célèbre Kermit Washington, l’auteur du coup de poing d’une violence effroyable sur le visage de Rudy Tomjanovich en 1977. Sur le G1, Gus Williams a fait le nécessaire avec 35 points. Déplacement dans l’Oregon dans la salle très très chaude du Memorial Coliseum et le public va mettre une pression d’enfer sur les joueurs de Seattle, un brouhaha à percer les tympans! Portland s’impose après prolongation pour une des victoires surprises de ces playoffs. Rien que pour l’ambiance, on ne peut que vous le conseiller.

3 – Demi-Finale conférence Est – Boston @ Houston Game 4

Un choix de coeur dans une série où les Celtics ont écrasé les pauvres Rockets. Moses Malone a bien résisté, mais le collectif de Boston était largement au-dessus. Du coup, pour ce 4ème et dernier match pour le sweep, on assiste aux adieux du fabuleux Rick Barry qui n’était plus que l’ombre de lui-même. Il y avait aussi Rudy Tomjanovich, Mike Dunleavy et Calvin Murphy. Houston s’incline dans la rencontre la plus offensive de la série (138-121!) et Rick Barry pour sa dernière apparition score 15 points, de loin sa meilleure performance sur ces playoffs, la seule et unique fois où il se retrouve en double figure. C’est également un au revoir à la conférence Est pour les Texans qui reviendront l’année suivante pour affronter Boston en finale NBA!

4 – Finale de conférence Est – Boston @ Philadelphia Game 3

Le retour de la plus grosse rivalité de la conférence est! Après les duels de titans entre Bill Russell et Wilt Chamberlain, c’est le tour de deux ailiers de s’affronter pendant plusieurs années, Julius Erving et Larry Bird. Si Boston a réussi une meilleure saison régulière en terminant en tête de la conférence, Philadelphia est le plus gros client et c’est bien les 76ers qui s’imposent au Boston Garden dès la première manche! Après l’égalisation, place au match 3 qui va être le plus disputé de toute la série. Les stats de Dr.J? 28 points, 11 rebonds et 7 passes. Celles de Larry Legend? 22 points, 21 rebonds et 4 caviars. Bird réalise une défense très honorable sur le meilleur ailier de la ligue alors le Celtic doit se farcir le pot de colle, Bobby Jones. Phila s’impose dans la douleur où le rookie sensationnel de Boston leur a filé des sueurs froides en ramenant les siens à -2 sur un shoot à trois points dans les trente dernières secondes.

5 – Finale de conférence Est – Philadelphia @ Boston Game 5

Celtics - 76ers playoffs 1980Encore une fois, un choix émotionnel. Les 76ers éliminent les Celtics au Garden et c’est alors le dernier match en carrière pour Pete Maravich ainsi que pour Dave Cowens sous le maillot de Boston avant qu’il ne revienne en NBA en 1982 à Milwaukee pour son « jubilé ». Une défaite difficile à avaler pour les verts où il va falloir reconstruire entre les départs en retraite des uns et l’âge avancé des autres cadres. Néanmoins, l’avenir des Celtics porte le numéro 33 et son futur entourage va lui permettre de jouer Philadelphia sur un pied d’égalité, 1981 et 1982 étant le summum entre ces deux franchises.

6 – Demi-Finale conférence Ouest – Phoenix @ L.A Lakers Game 2

Les Suns se sont qualifiés en demi-finale après avoir disposé des Kings de Kansas City. Phoenix possède un beau trio offensif emmené par Paul Westphal, Walter Davis et Alvan Adams. La série est serré sur les trois premiers matchs avant que les Lakers pressent l’accélérateur et n’en fassent qu’une bouchée à la rencontre qualificative. Sur ce Game 2, on a bien failli assister à une surprise! Westphal cartonne (37 points) et maintient son équipe à flot jusqu’en prolongation! Les Lakers ont cependant bien plus de ressources, quatres joueurs au dessus de la barre des 20 points et un Jabbar dominateur. Le match suivant est aussi très intéressant avec une nouvelle fois un Kareem exceptionnel.

7 – Finale de conférence Ouest – Seattle @ L.A Lakers Game 5

La revanche de 1979. En demi-finale, Seattle avait éliminé en 5 manches les Lakers avant de finir champions. La franchise californienne semble cette fois prête à en découdre toujours autour de Jabbar et du formidable rookie, Magic Johnson. Premier match et grosse sensation, les Supersonics s’imposent au Great Western Forum grâce à une performance inattendue de Fred Brown (34 points!), joueur de devoir qui tourne généralement vers les 12 points en moyenne. La réaction des Lakers ne se fait pas attendre et remportent les trois rencontres suivantes sur leur jeu ultra rapide, gagnant donc deux fois à Seattle! Les champions en titre ne se laissent pas démonter, le Game 5 est très disputé et le pivot des Lakers termine le job (38 points). Los Angeles retourne en finale sept ans après.

8 – Finale NBA – L.A Lakers @ Philadelphia Game 4

JuliusErvingDans les années 50, les Lakers étaient à Minneapolis et les Royals évoluaient à Syracuse avant de devenir respectivement les Los Angeles Lakers et les Philadelphia 76ers. Ils s’étaient rencontrés en 1950 et 1954 en finale où les Lakers s’étaient systématiquement imposés. Presque trente ans plus tard, ils s’affrontent de nouveau sur la dernière marche du podium. Nouvelle génération et le début d’une rivalité avec trois finales au début des eighties. Nous sommes à 2-1 pour les pourpres et or, c’est le Game 4 au Spectrum de Philadelphia. Darryl Dawkins et Kareem Abdul Jabbar se rendent les coups, Magic est excellent et s’il y a bien une chose à retenir de cette rencontre, c’est l’action « up and under » du Doctor. En débordant Mark Landsberger, Julius passe sous le panneau en tenant le ballon dans une seule main et marque avec pourtant les tentacules de Kareem à portée. Rien que pour ça, c’est forcément un match à avoir dans sa vidéothèque.

9 – Finale NBA – Philadelphia @ L.A Lakers Game 5

L’un des plus grands matchs de Kareem Abdul Jabbar en carrière! Bien qu’il se soit pris deux dunks d’Erving sur la truffe, Jabbar domine totalement la raquette finissant à 40 points, 15 rebonds, 4 contres et le panier de la victoire, un dunk avec la faute! Mais ce qui est le plus impressionnant, c’est qu’il a joué blessé. En se tordant la cheville dans le 3ème QT, les fans retiennent déjà leur souffle. Sans lui, ils ne peuvent gagner ce match. Le géant revient dans le dernier quart-temps et sur une jambe, il convertit plusieurs shoots ultra précieux pour permettre aux siens de l’emporter sur l’ultime dernière minute! Il est évident que sans ce retour courageux sur le parquet, les Lakers auraient probablement perdu. Magic Johnson n’est pas en reste, un triple double classieux (14 pts – 15 rebs – 10 asts) et Dr.J a lui aussi été monumental, 36 points et le responsable du comeback des 76ers dans le money-time pour donner l’égalité! Dernier match pour Kareem mis sur la touche.

10 – Finale NBA – L.A Lakers @ Philadelphia Game 6

Menés 3-2, Philadelphia part cependant favori pour la suite. La blessure de Jabbar est un coup de poignard pour les Lakers et pourtant, Paul Westhead, le coach de LA, fait le pari de glisser Magic Johnson au poste de pivot, un rookie de 20 ans! Malgré toutes les idées reçues, Magic n’a pas joué au poste 5, hormis à l’entre deux initial et sur quelques séquences. Il a évolué à TOUS les postes sur l’intégralité du match. Une première mi-temps qui se termine à 60 partout et la suite se révèle un vrai casse-tête pour Phila. Jamaal Wilkes score seize points dans le 3ème QT (37 en tout) et Magic a peut-être joué le match de sa vie, 42 points, 15 rebonds et 7 passes. Omniprésent et celui qui a réellement pris la place de pivot en remplacement de Kareem, c’était Jim Chones. Magic est élu MVP en grande partie par rapport à la blessure de Jabbar qui a été le meilleur joueur sur l’ensemble de cette finale.

Pour conclure, on peut aussi citer le Game 2 entre Houston et San Antonio au premier tour où George Gervin (44 points) et Moses Malone (37 points) avaient été fantastiques. Ci-dessous, le documentaire sur la saison 1979-1980 qui ne durait que 30 minutes à l’époque, mais aussi le Game 5 entre Seattle et les Lakers en intégralité!

THAT MAGIC SEASON – NBA PLAYOFFS 1980

NBA WEST CONFERENCE FINALS – SEATTLE VS L.A LAKERS GAME 5

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Pred (347 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s