Breaking News

[Happy Birthday] Hersey Hawkins, The Usual Suspect

Portrait

Et pourtant, tout avait bien commencé. Star universitaire, Hersey Hawkins devient All Star à 25 ans. Chétif, discret mais diaboliquement efficace, tel le Kevin Spacey  de The Usual Suspect, Hawkins interroge toutefois. C’est pourquoi Basket Retro vous propose de redécouvrir le parcours d’un des joueurs les plus sous-estimé de la génération Jordan à l’occasion de ses 50 ans0 ! Bonne lecture. 

LA CHEVAUCHEE INUTILE

Les gens ne le remarque pas. On lui préfère Gary PaytonDetlef SchrempfShawn Kemp ou Sam Perkins. Pourtant Hawkins affronte bien en ce mois de juin 1996 les Bulls en Finales NBA. Chicago est alors ce qui se fait  de mieux. Pourtant, Seattle va faire trembler les taureaux. Inimaginable alors que beaucoup parlent de meilleure équipe de l’histoire (la faute à ces 72 victoires acquises en saison régulière). Insensé alors que les Bulls mènent 3 à 0 et que des balais trônent dans les vitrines des magasins de la mégalopole de l’Illinois. Hersey, lui, le shooteur génial, en est à 2/11 après 3 rencontres derrière l’arc. En outre, il rame en défense où il s’y épuise ce qui explique d’ailleurs son calvaire en attaque. Le problème ? Jordan !

michael-jordan-sneakers

Alors, George Karl, assisté par Terry Stotts l’actuel mentor des Blazers, tente le pari de coller The Glove en défense sur His Airness. Et ça marche ! Dans le match 3, le Chicagoan (NDRL : Hawkins est né à Chicago en 1966) colle 18 points à 6/9 aux taureaux. Dans le 4, ce sera 21 à 7/14.  Ce faisant, Seattle recolle et c’est tout Chicago qui tremble alors que débute le Match 6. Ce soir là, Chicago défend comme jamais et Seattle peine en attaque. Hersey lui n’échappe pas au naufrage avec un 0/4 à 3 points et termine la rencontre avec 4 petits points. Les Supersonics succombent 87 à 75.

Dans le film, The Usual Suspect, Keyser Söze est harcelé par une bande rivale qui fait irruption dans sa maison. Plutôt que de voir sa femme et ses enfants tomber aux mains de ses ennemis, Keyser les tue lui-même, puis exécute tous les membres de la bande (sauf un, qui est chargé de répandre la nouvelle).  En battant Seattle ce soir-là, la bande des Bulls éteint Hawkins mais également les Sonics. Plus jamais la franchise de l’Etat de Washington n’atteindra les sommets. Hersey, lui, en vient à douter de son existence. Ironie de l’histoire,il tutoie en 1996 les sommets du shoot avec des statistiques de 87/47/38. C’est à dire 87% de réussite aux lancers, 47% à 2 points et 38 à 3. Son équipe, elle, va couler !

LE BRAVE

479167965Keyser Söze est un criminel dont la cruauté et l’influence sont devenues mythiques. En juin 2003, il est ainsi classé 48ème plus grand méchant de l’histoire du cinéma. A quelques encablures du Joker de Batman, de Hans Gruber de Piège de Cristal ou Tony Cammonte dans Scarface ! Comme Söze, à sa sortie du lycée (Westinghouse à Chicago), Hawkins est un tueur. Pourtant, à travers une myriade d’options, il choisit Bradley une petite fac, mais proche de chez lui car située dans l’Illinois (à Peoria). Bradley, c’est l’anonymat, le t… du c… du monde ! Deux Finales NCAA en 1950 et 1954 mais ensuite plus rien ! Ou presque… Seuls en sont sortis célèbres : Danny Granger l’ancien ailier des Pacers et Anthony Parker vu aux Cavs mais vainqueur de 2 euroleague avec le Maccabi Tel Aviv. Vite, Hersey y cartonne. Là-bas, ce qui est impressionne d’abord, c’est sa rapidité à dégainer.  » Laissez lui 10 centimètres, et son shoot est déjà dedans ! dit de lui son coach de l’époque Stan Albeck. »

Freshman, il tourne à 14,6 points par rencontre avec les Braves. La saison suivante, sa moyenne est de 18,7 unités. Suit 28,7 points dans sa saison junior puis un formidable 36 points de moyenne lors de son année senior en 1987 – 1988. L’arrière score 3000 points en 125 rencontres !  Meilleur jouer NCAA de l’année, il n’est pourtant drafté qu’au 6ème rang par les Clippers avant d’être envoyé dans la foulée aux Sixers contre Charles Smith et un tour de draft. Son coéquipier Anthony Manuel déclare même de lui pendant la March Madness de 1987 au LA Times : « Hersey ? Il est calme et les gens ne le remarque pas. ». Hawkins n’est pas exactement le centre des attentions. Pourtant, la NBA lui permet de se faire un nom.

LE MECONNU

Dans The Usual Suspect, tout au long du déroulement de l’intrigue, le spectateur est amené à se questionner sur l’identité d’un soi-disant malfrat – Keyser Söze – dont personne ne connait le visage. Pour notre basketteur, la problématique  est de la même veine. Derrière Söze  se cache un improbable génie du crime, derrière notre homme se terre un magicien du shoot. Aux Sixers, il n’est qu’un second couteau derrière Charles Barkley. Toutefois, il est nommé dans le meilleur 5 débutant lors de son année rookie puis devient All Star en 1991. Il tourne alors à 22 points par rencontre.

Hersey Hawkins walks off the court

(Photo by Mike Powell/Getty Images)

Mais, malgré une saison 1993 à plus de 20 points de moyenne, Hersey fait ses bagages pour la Caroline du Nord. Dana Barros, Greg Graham, Sydney Green et un premier tour de draft 1994 font chemin inverse vers la Pennsylvanie. A Charlotte, son association avec Alonzo Mourning et Larry Johnson fait des merveilles. Ainsi, l’équipe remporte 50 matchs en saison régulière dès la première année mais le GM Bob Bass décide de le remplacer par Kendall Gill plus athlétique et prétendu meilleur défenseur que lui face à Michael Jordan.  Et puis à Charlotte la star c’est Zo, pas lui ! Pour Seattle, l’ histoire, vous la connaissez déjà… Entre temps, Hawkins atteint quelques sommets comme ce soir de décembre où il vole 9 ballons contre Boston (même record que Magic, Chris Paul, Larry Bird, Scottie Pippen, Dirk Nowitzki, John Stockton voire John Wall plus proche de nous). Concernant les interceptions, et ironie de l’histoire le record NBA est de 11 et détenu par Kendall Gill contre qui il a été échangé ! 27ème au nombre de steals en carrière (1627), seuls, Michael Jordan, Kobe Bryant, Clyde Drexler et Allen Iverson (si l’on considère que c’est un poste 2) font mieux !

C’est dire où se place notre homme. Toutefois, il ne possède pas une notoriété à la hauteur de son talent . C’est ainsi qu’il se place au Fan Rating All Time (Classement des joueurs les plus populaires de l’histoire) à côté de Steve Smith, Antonio McDyess ou Carlos Boozer, c’est à dire à la 225ème place. Usé, notre moustachu préféré prend du recul après un court passage chez les Bulls. Aujourd’hui, il œuvre en compagnie de Stotts auprès des Rookies pour les Blazers. Nul doute que CJ McCollum et Damian Lillard doivent profiter de ses conseils tant leur saison actuelle est une réussite. Second rôle par excellence, homme de l’ombre, le coupable c’est pourtant lui : comme Keyser Soze dans The Usual Suspect !

SES STATS NBA

12825380_10201124129463465_624687556_n

SON PALMARES

  • Trophée Oscar Robertson 1988 (Meilleur joueur universitaire)
  • All Rookie First Team (1989)
  • All-Star (1991)
  • Champion de la Conférence Ouest (1996)
  • 27ème meilleur intercepteur de l’histoire de la NBA.

SES HIGHLIGHTS CONTRE CLEVELAND – PLAYOFFS 1990

Advertisements
About sunkiddbr (5 Articles)
Amoureux de Gozilla depuis mon plus jeune âge, je suis devenu fan des Suns ! De Sir Charles à Dan Majerle en passant par Nash, via Stoudemire pour aller jusqu'à Devin Booker : PHX a le monopole de mon coeur. Je veux du soleil !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s