Breaking News

[NCAA] Allen Iverson, un prodige qui débarqua à Georgetown

Allen Iverson - Georgetown Hoyas (c) DR

Récemment intronisé au Hall Of Fame, Allen Iverson, avant d’être le leader d’attaque des Sixers de Philadelphie, a régalé les fans des Hoyas de Georgetown, une fac avec  laquelle il a brillé pendant 2 ans (1994-1996). Retour sur la carrière NCAA de A.I. Détails.

La carrière d’Allen Iverson a été semée d’embuches. Un homme lui tendra la main et le fera pénétrer dans le monde de la NCAA : John Thompson. Ce dernier, coach de la célèbre université de Georgetown offre au printemps 1994 une bourse au jeune basketteur natif de Hampton en Virginie. Un tournant dans la vie d’Iverson à cet instant.

Pourtant, en 1993, l’arrière n’est pas exempt de tout reproche. Cette année-là, une bagarre éclate entre noirs et blancs à la sortie d’un bowling à Hampton. Pris de torpeur, Iverson aurait réagi par la violence à la suite d’insultes raciales à son encontre. Conséquence, il est condamné à 15 ans de prison. Mais passe quatre mois dans un centre correctionnel avant d’être gracié par le gouverneur de Virginie Douglas Wilder et de voir sa peine annulée par la cour d’appel pour insuffisance de preuves. Plus qu’en sa faveur, un procès en appel l’innocente.

LA CONFIANCE DE JOHN THOMPSON

Oublié ce malheureux épisode, Iverson a donc une opportunité unique de rejoindre cette prestigieuse fac de Washington DC et de bosser avec l’un des meilleurs coachs NCAA. Mais le gamin de Virginie va devoir fournir un énorme effort pour rejoindre les Hoyas. Pas sur le terrain mais sur le plan scolaire.

En effet, selon le règlement NCAA, un lycéen n’est autorisé à rejoindre la NCAA uniquement s’il obtient d’excellentes notes en high school. Pour le cas d’Iverson, c’est insuffisant et il doit être en mesure d’avoir de bons résultats scolaires. Il rejoint alors l’école pour jeunes en difficultés, le Richard Miburn High School en Virginie. Bien décidé et motivé à rejoindre la NCAA, A.I voit ses efforts récompenser et obtient les résultats suffisants pour rejoindre Georgetown.

Et pourtant Thompson était hésitant à recruter le jeune gamin de Virginie. Après avoir refusé dans un premier temps, Thompson a changé d’avis suite à une discussion avec la mère d’Allen qui s’et rendu à Georgetown pour s’entretenir avec le head coach. En décembre 1993, elle supplie le coach d’aider son fils. Thompson reconnait qu’Iverson est pétri de talent et un joueur exceptionnel de basket. La preuve, au lycée, l’un des rois du crossover réussi à planter en moyenne 31,6 points par match lors du championnat d’Etat AAA avec le lycée de Bethel. Parade Magazine le nomme logiquement dans la première équipe type de toute l’Amérique à l’échelle lycéenne.

Iverson rendra un vibrant hommage à John Thompson lors de son intronisation au Hall Of Fame le 8 septembre dernier : «Je veux le remercier de m’avoir sauvé la vie. Après cet incident, plus aucune école ne voulait me recruter. Ma mère est allée à Georgetown, et elle a supplié John Thompson de me donner une chance, et il l’a fait.»

//platform.twitter.com/widgets.js

L’ancien Sixer est le quatrième joueur passé par Georgetown à rejoindre ce Hall Of Fame après Patrick Ewing, Alonzo Mourning  et Dikembe Mutombo.

FRESHMAN : IVERSON NE DÉÇOIT PAS

En 1994, The Answer effectua alors sa première saison universitaire à 19 ans où il croise le chemin d’Othella Harrington et de Jérôme Williams, deux autres joueurs de Georgetown qui rejoindront eux aussi la NBA comme Iverson. Pour sa première saison avec le maillot des Hoyas sur ses épaules, Iverson signe de remarquables stats en 30 matchs : 20,4 points (45,5 % à 2-points ; 23,2 % à 3-points et 68,8 % aux lancers-francs) ; 3,3 rebonds et 4,5 passes.

Le 27 novembre 1994 correspond à son tout premier match NCAA. Face à Arkansas, il aligne 19 points lors de la défaite des Hoyas 97-79. Six jours plus tard, à l’occasion de la troisième rencontre universitaire, Iverson fait parler la poudre au scoring avec 31 points face à DePaul, un match qui a été diffusé sur la chaîne nationale (succès 74-68). Au match suivant, face à Providence, il plante à nouveau 30 points (succès 76-74). Le 20 février 1995, il inscrit 26 points face à Villanova lors de la large victoire des Hoyas 77-52.

Allen Iverson ballon en main avec Georgetown Hoyas (c) nba.com

Lors du tournoi de la Big East, pour le match d’ouverture de la compétition, Iverson sort le grand jeu avec 31 unités face au Miami Hurricane. Victoire 69-58 au Madison Square Garden. En demi-finale de ce tournoi, malgré ses 28 points, les Hoyas se font éliminer en s’inclinant 88-81 contre Connecticut.

Il participe à sa première March Madness, une compétition nationale que les Hoyas n’avaient plus joué depuis 1989. La troupe de John Thompson se hissera jusqu’en demi-finale régionale, un match du 23 mars 1995 qui s’est achevé par une défaite de 10 points (74-64) face à North Carolina de Rasheed Wallace et Jerry Stackhouse. A.I finira le match contre les Tar Heels avec 24 points (8/20 aux tirs, 6/9 aux lancers-francs) et 3 passes. Lors des tours précédents, Iverson aligna 16 points à chaque fois : au 1er tour face à Xavier (victoire 68-63) et au second face à Weber State (victoire 53-51).

A la fin de la saison, Iverson reçoit les louanges pour sa première belle saison en fac : Rookie of the year, joueur de la semaine de la conférence Big East à neuf reprises, et nommé dans le deuxième meilleur cinq toutes conférences NCAA confondues.

SOPHOMORE : UN IVERSON ENCORE PLUS OFFENSIF

Pour sa deuxième année à Georgetown (1995-1996), Iverson monte d’un cran au niveau statistique. Le travail à l’entrainement a payé. Ses stats le démontrent avec un pourcentage de réussite aux shoots qui s’est élevée : 25 points (54,6 % à 2-points ; 36,6 % à 3-points) ; 3,8 rebonds et 4,7 passes en 37 matchs toutes compétitions confondues.

En début de saison, face à Temple, l’arrière finit en double-double avec 24 points (à 50% aux tirs) et 10 rebonds. Il réussit à atteindre la barre des 40 points contre Arizona au Madison Square Garden le 24 novembre 1995. Défaite des Hoyas 91-81.

Lors des trois derniers mois de la saison. Iverson a été le meilleur scoreur à 21 reprises sur les 25 derniers matchs  dont d’énormes cartons offensifs : 40 points contre Seton Hall le 20 janvier 96, 39 contre Saint John’s le 27 janvier et 34 face à Providence le 27 février.

Après avoir planté 30 points contre Memphis le 17 février (victoire 81-60), il massacre les Huskies de Connecticut de Ray Allen avec 26 points, 6 passes et 8 interceptions (victoire 77-65). Lors du dernier match de saison régulière, avant ainsi d’entamer le tournoi Big East, l’arrière se sublime une fois encore avec 37 points, 8 rebonds et 3 interceptions contre Villanova, numéro 6 au classement NCAA toutes conférences confondues. Succès 106-68.

Au tournoi de la Big East, Iverson et ses coéquipiers échoueront encore. Défaite courte 75-74 le 9 mars 1996. Passer vite à autre chose, c’est ce que devait absolument penser le joueur. Une semaine plus tard démarrait la March Madness. Contrairement à l’année précédente, les Hoyas vont aller plus loin dans cette compétition nationale en échouant en finale régionale et loupant donc le Final Four. Iverson, leader offensif, a fait étalage de son talent lors du beau parcours de son équipe malgré un manque de régularité aux shoots :

  • Premier tour face à Mississippi Valley State : 31 points (13/18 aux tirs), 4 rebonds (victoire 93-56)
  • Second tour face New Mexico : 25 points (9/20 aux tirs), 4 rebonds et 2 passes (victoire 73-62)
  • Demi-finale régionale face à Texas Tech: 32 points (10/29 aux tirs), 4 rebonds et 5 passes (victoire 98-90)
  • Finale régionale face à Massachussetts: 23 points (6/21 aux tirs, 7/10 aux lancers-francs), 2 rebonds et 1 passe (défaite 86-62)

Il finit sa deuxième March Madness avec une moyenne proche des 28 points. Tout simplement énorme.

Il achèvera ses deux saisons universitaires ponctués par une belle ligne de stats : 23 points (à 50,3 % à 2-points, 31,4 % à 3-points et 68,3 % aux lancers-francs) ; 3,6 rebonds et 4,6 passes en 67 matchs). Il brille même sur le plan défensif en remportant deux fois de suite le titre de meilleur défenseur de l’année dans la conférence Big East. Une stat montre qu’il s’est bien démené en défense: ses moyennes à l’interception (3 en 94-95 et 3,4 en 95-96).

Décidant de ne pas effectuer sa saison junior à Georgetown, Iverson décide de se présenter à la draft. En 1996, il est choisi en first pick par les Philadelphie Sixers, une franchise où il restera pendant 12 saisons (1996-2007 et 2009-2010). Basket Retro a d’ailleurs consacré différents articles sur Iverson lors de ses prouesses à Philly.

Un mix consacré à Allen Iverson à Georgetown

Advertisements
About Richard Sengmany (434 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s