Breaking News

Videogram : Patrick Ewing – New York Giant

Géant parmi les grands, Patrick Ewing incarne l’essence de New York. Joueur emblématique de la ville la plus médiatique du monde, le pivot jamaïcain n’aura peut être jamais remporté un titre mais il aura bel et bien inscrit son nom en lettres capitales dans la légende du sport made in NY City.

…………………..

Né en Jamaïque, c’est à l’âge de 13 ans que Patrick Ewing débarque aux Etats-Unis avant d’être formé à l’Université de Georgetown par coach John Thompson. Ensemble, ils participent à 3 finales universitaires, remportant celle de 1984 contre la mythique Phi Slamma Jamma de Houston.

Nommé Most Oustanding Player du Final Four et médaillé d’or lors des Jeux Olympiques de 1984, le jeune pivot prodige attire déjà l’attention de la NBA.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

…………………..

Premier choix de la Draft 1985, le meilleur joueur universitaire du pays devient immédiatement le chouchou de Big Apple en décrochant le titre de rookie de l’année, fort de ses 20 points, 9 rebonds, 2 passes, 2 contres et 1 interception par match.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

…………………..

Considéré comme l’un des meilleurs pivots de la ligue, en marchant  sur les traces du légendaire Willis Reed vingt ans plus tôt, The Beast devient le leader d’une équipe des Knicks en quête de son succès d’antan.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

La saison 1989-1990 est pour lui une saison de rêve sur le plan statistique avec 28,6 points, 10,9 rebonds, 2,2 passes et surtout 4 contres par match.

Il est logiquement nommé dans la All-NBA First Team, en compagnie de Karl Malone, Charles Barkley, Michael Jordan et Magic Johnson.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

Sélectionné au sein de la mythique Dream Team, il est le pivot titulaire de l’équipe de rêve à Barcelone.

Ses stats lors des Jeux Olympique de 1992 :

  • 9.5 points par match
  • 5.3 rebonds par match
  • 0.4 passes par match
 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

Joueur ayant le meilleur ratio défensif en 1993 et en 1994, Ewing est une véritable tour de dissuasion dans la raquette de New York au cours des années 90.

Sous son leadership, les Knicks réalisent l’une de leurs meilleure saison en 1993, terminant premier de la conférence Est avec un bilan de 60 victoires pour 22 défaites.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

Champion de la Conférence Est en 1994, après avoir éliminé les Pacers dans une série de Playoffs mémorable, il retrouve en finale The Dream, près de dix ans après leur affrontement universitaire.

Hélas c’est face à un Hakeem Olajuwon au sommet de son art que Ewing doit s’incliner pour sa première participation aux NBA Finals.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

Au cours des quatre saisons suivantes, Ewing continue de performer avec plus d’une vingtaine de points par match.

Néanmoins les Knicks n’ont de cesse de connaître des revers en Playoffs, échouant aux portes des finales successivement face aux Pacers, aux Bulls et au Heat (sous la houlette de Pat Riley, son ancien coach)

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

La saison tronquée pour cause de Lock Out en 1999, va permettre à une nouvelle équipe de New York de renouer avec le succès.

Aux Cotés de Pat Ewing, Allan Houston, Latrell Sprewell, Larry Johnson et Marcus Camby déjouent tous les pronostics en devenant pour la première fois de l’histoire, l’ultime équipe qualifiée pour les playoffs à pouvoir atteindre les phases finales.

Blessé au cours de la série face aux Pacers, c’est sur le banc que Pat Ewing assiste, impuissant, à la défaite des ses coéquipiers face à des Spurs menés par leurs tours jumelles David Robinson & Tim Duncan.

 

A post shared by @nbackintime on

…………………..

…………………..

Ses stats lors de ses 15 saisons chez les New York Knicks :

  • 22,8 points par match
  • 10,4 rebonds par match
  • 2 passes par match
  • 1 interception par match
  • 2,7 contres par match
 

A post shared by @nbackintime on

Retrouvez les actions de la NBA des années 90 sur Vine, Twitter ou sur Instagram

Crédits bandeau et vidéos : Julien Mc Laughlin

 

Advertisements
About Julien Mc Laughlin (64 Articles)
Pratiquant assidu de la balle orange depuis plus de 25 ans, l'oeil nourri par les glorieux matchs NBA diffusés sur Canal+ dans les 90s - twitter : @NBAckInTime - @jumclaughlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s