Breaking News

Stars NBA en Super Héros • Episode 4 : Les Globies chez Hanna-Barbera

Comics

Après une longue absence, c’est le retour des fausses couvertures ESPN-Marvel de 2010. Pour accompagner nos « supers » NBA, un petit flashback dans les seventies où les « Globies » ont eu l’honneur d’être les héros de deux séries animées signées Hanna-Barbera… Enfin… Honneur… Vu le résultat, pas sûr que ce fut vraiment le cas.

A l’aube des années 60, le rock’n’roll en est déjà à son premier avis de décès, les Celtics et les Bruins ne savent pas encore qu’ils vont régner sur la décennie, les majors d’Hollywood amorcent leur déclin face à la suprématie du petit écran qui s’impose dans les salons. Conséquence de ce dernier fait, l’industrie du dessin animé entre dans un âge sombre. Les grands studios, (Warner Brothers, MGM…) n’ont plus les moyens d’entretenir des départements d’animation digne de ce nom, c’en est fini des petits bijoux de Tex Avery ou Fritz Freleng, trop chers. Deux hommes, William Hanna et Joseph Barbera, ont bien compris cette mutation. En 1957, ils ont créé les studios Hanna-Barbera. Leur but, fournir le jeune et dynamique nouveau média, la télévision, en cartoons. Mais les contraintes économiques et le flux imposé par les chaînes nécessitent le sacrifice de la qualité, (moins d’images à la seconde, scénarios répétitifs…). Qu’importe, il faut alimenter la machine et nos deux stakhanovistes du DA assurent. « Tom et Jerry », « Yogy l’ours », « les Pierrafeu », « Satanas et Diabolo », « Wally Gator »… Les séries Hanna-Barbera s’incrustent dans les téléviseurs des Etats-Unis puis du monde entier.

Les Globies parcourent le monde... enfin surtout les USA.

Les Globies parcourent le monde… enfin, surtout les USA.

1970, la lutte pour les droits civiques ont porté leurs fruits, le cinéma indépendant accouche d’un nouveau genre, la Blaxploitation, les films faits par des Noirs pour des Noirs, (et accessoirement pour des Blancs libéraux). Les opportunistes Hanna et Barbera se mettent donc au goût du jour en lançant une nouvelle série dont les héros sont Noirs. Mais quels Noirs ? Sûrement pas des justiciers violents et sexy comme dans la Blax. Il faut qu’ils soient consensuels et plaisent aux enfants de toute couleur… Alors quoi de mieux que les Harlem Globetrotters ? Il y aura en tout 22 épisodes diffusés en deux saisons.

La trame est simplissime. Nos champions font leur tournée mondiale, (mais on reste le plus souvent entre les frontières de l’Union), dans un bus conduit par Granny, une mamy fan-coach-intendante-chauffeur, et Dribble, un chien qui parle. Tous les épisodes sont construits sur le même fil.

  • Les Globetrotters se retrouvent pris dans une embrouille qui se règle sur parquet.
  • Les méchants, (toujours blancs mais plus crétins qu’affreux), trichent
  • Les Globies sont menés au score mais finissent toujours par gagner.

Techniquement, on touche le fond. Graphiquement c’est d’une pauvreté affligeante, (les Globies sont dessinés dans un style presque réaliste, les autres personnages sont du sous-Disney façon « Aristochats »). Ajoutez à ça des rires off et vous avez une idée de l’ampleur du désastre.

Diffusés sur CBS, (qui est également co-producteur), entre septembre 70 et octobre 71, « Les Globetrotters » ne sont accueillis sur les ondes de TF1 qu’en 1977, (rediffussion en 80 et 83 sur la même chaîne). Aujourd’hui, cette série sans aucun intérêt ni basket, ni artistique, semble être le brouillon d’une autre série Hanna-Barbera qui a défaut d’être bien meilleure, connaîtra un vrai succès mondiale, « Scooby-doo ».

Les 5 SUPER Globetrotters.

Les 5 SUPER Globetrotters.

Mais ces pauvres Globies n’en n’ont pas fini avec Hanna-Barbera. Un spin off de 13 épisodes voit le jour en 1979 sous le titre : « Les Super Globetrotters ». Et oui, Super. Car nos grands garçons réduits à cinq ont acquis des super pouvoirs individuels, (un homme liquide, un homme spaghetti, un autre qui peut sortir n’importe quel objet de sa coiffure afro…), mais tous peuvent voler. C’est cool. Plus de gentille mamie pour leur laver les chaussettes et conduire le bus, mais un ballon de basket en orbite qui leur confie missions et conseils avisés. Bien évidemment, nos Super Globies affrontent des supers-vilains mais ne franchissent pas l’Atlantique laissant nos chères têtes blondes nationales dans l’ignorance de leur existence.

Dans les années 90, Hanna-Barbera se fera pardonné de nous avoir infligé ça en s’associant avec Cartoon Network pour nous pondre deux perles du D.A télé, « Le laboratoire de Dexter » et « Les Super Nanas ». Oui… Je sais… Ça n’a rien à voir avec le basket, mais c’était le seul Happy End possible.

Un épisode en VO des Harlem Globetrotters

Le générique des Super Harlem Globetrotters

Episode 4 des couvertures ESPN-Marvel 2010, on s’y occupe des cas New York Nets, Denver Nuggets, Sacramento Kings, Houston Rockets et Los Angeles Lakers

.info-marvel-4

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Laurent Rullier (54 Articles)
Le premier match de basket que j'ai vu en live était un Alsace de Bagnolet vs ASVEL. Depuis la balle orange n'a pas arrêté de rebondir dans ma p'tite tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s