Breaking News

[NCAA] La Destinée des Miners de Texas Western de 1966

NCAA History

Trois ans après le discours de Martin Luther King, l’Amérique est toujours en proie aux problèmes de ségrégation. Les adolescents afro-américains n’ont pas accès à certaines universités et pourtant, au quotidien, des hommes se battent dans l’ombre pour lutter contre ce fléau. La lumière viendra du Texas et plus particulièrement de son université de Texas Western.

ONCE UPON A TIME IN TEXAS

Fin de l’été 1961, Don Haskins (surnommé The Bear) jeune entraîneur venu tout droit d’High School, arrive à El Paso pour y entraîner l’équipe universitaire de  Basketball : les Miners de Texas Western (rebaptisée aujourd’hui UTEP). Cette université se démarque déjà à cette époque. En effet, celle-ci donne accès à tous les adolescents aux équipes universitaires de son campus, et ce sans aucune distinction. Durant quatre années, les Miners vont obtenir un bilan plus qu’honorable avec 78 victoires pour 25 défaites, mais ne parviendront jamais à réellement briller lors des phases finales du championnat national malgré, la présence dans leur équipe de Jim Barnes, All-American en 1964.

Texas-Western_1966bON THE ROAD

C’est avec un effectif complémentaire et expérimenté (celui-ci ne compte aucun freshman) que Les Miners abordent la saison  65-66. Faisant partie d’une conférence indépendante et n’étant pas favoris, c’est donc dans l’ombre que Don Haskins et ses Miners vont pouvoir travailler. Tolérance, respect, circulation de balle et rigueur défensive vont être les clefs de la réussite de la première partie du championnat. Cinq joueurs totaliseront plus de 10 points ou 10 rebonds en moyenne sur la saison et un banc à plus de 6 points en moyenne par match. Avec un bilan de 23 victoires pour 1 défaite, les Miners  impressionnent et arrivent au tournoi final de NCAA avec la position d’outsider n°1 derrière l’ogre de la Southeastern Conference : les Wildcats du Kentucky.

NCAA TOURNAMENT

Les Stars d’Oklahoma City sont les premiers adversaires des joueurs de Texas Western. La rencontre est à sens unique et portés par leur arrière Bobby Hill (24pts) et leur pivot David Lattin (15rbs) les Miners arrachent la victoire sur le score de 89-74 et s’envolent vers les demi-finales de la conférence régionale du Midwest. Les Miners se voient confronter au Bearcats de Cincinnati et pour la première fois depuis longtemps les joueurs de Don Haskins sont mis à mal et poussés en prolongation. C’est le Sophomore David Lattin, qui auteur d’une prestation de hauts vols (29pts, 8rbs), permet au Miners de l’emporter sur le score de 78-76 et de rejoindre les Jayhawks du Kansas autres favoris à la victoire finale dans ce tournoi. Elle se déroule à Lubbock au Texas et ce sont deux équipes de même niveau qui s’affrontent en ce soir de mars 1966. Aucune des deux équipes n’a pu se départager après le temps réglementaire, ni même au cours la première prolongation. Et finalement, pour un point, les Miners sortent vainqueurs de cette magnifique partie et se dirigent pour la première fois de leur histoire au Final Four. Ils ne laisseront, aucun espoir aux Utah Utes, en demi finale du championnat National . Orsten Artis, arrière et senior, finira meilleur marqueur du match (22pts) et ouvrira, le chemin de la gloire, pour les joueurs de Texas Western.

POUR L’ETERNITE

nets1966WillieWorsley_t640C’est avec un statut d’outsider que l’équipe des Miners abordent cette finale de l’année 1966. Si sur le plan sportif les Miners ont prouvé qu’ils n’étaient pas là par hasard, hors terrain la progression de cette équipe a été vivement contestée. Outre les problèmes de racisme qui ont ébranlé  l’équipe durant toute la saison, Adolph Rupp l’entraîneur des Wildcats, lui reproche le recrutement de certains de ses joueurs de son équipe. Si Rupp compose son équipe qu’avec exclusivement des joueurs de la région, Haskins se base sur la mixité et la méritocratie pour composer son 5 majeurs. Sur le plan du jeu, Rupp est une référence  en terme d’organisation défensive, il est un des pionniers de la défense en zone et la discipline qu’il impose à son équipe fait de lui le meilleur entraîneur de la ligue. Au coup d’envoi de la rencontre et ce pour la première fois de l’histoire, Don Haskins aligne une équipe composée de joueurs Afro-Americain. Bobby Hill, Orsten Artis et Willie Worsley tous les trois arrières sont alignés pour contrer la rapidité d’attaque des Wildcats, David Lattin et Harry Flournoy occuperont les deux derniers postes.

Les joueurs sont remontés, peu de temps avant la rencontre Adolph Rupp déclarera qu’une équipe composée de noirs ne pouvait pas battre une équipe de blancs. Le parquet de la Cole Field House de l’université du Maryland est entièrement acquis à la cause des joueurs du Kentucky et c’est dans cet enfer qu’on rendez -vous les Miners. Peu de temps après le coup d’envoi, sur une passe lumineuse de Bobby Hill, Lattin s’envole et dunk sur Pat Riley un des leaders des Wildcats. Le ton est donné, et le début du match tourne à l’avantage des Miners et ce malgré la blessure aux genoux de Harry Flournoy au bout de 6 minutes de jeu. Le match est âpre, disputé au rebond. Chaque possession de balle des Miners est accompagnée d’une Bronca. Les Wildcats utilisent une remontée de balle rapide pour combler leurs déficits physiques et malgré le bon match de Pat Riley et Louis Dampier, la maladresse de l’équipe de Kentucky leur est fatale. Comme durant tout le tournoi final, Bobby Joe Hill (20pts) et David Lattin (16pts, 9rbs) portent leur équipe à la victoire et en ce jour du 19 mars 1966 marquent à jamais l’histoire du Basket Universitaire Americain. Les observateurs n’en reviennent pas, cette petite université d’El Paso au Texas venait de faire plier le géant de Kentucky. Une victoire au goût amer pour certains, en effet personne ne fournit une échelle à Wiilie Worsley pour qu’il découpe les filets du panier, c’est son coéquipier Nevil Shed qui le porte.

 

Aucun joueur des Miners ne sera désigné M.V.P de la finale, ils ne seront pas invités au Ed Sullivan Show, émission diffusée sur C.B.S et qui chaque année recevait les champions universitaires de Basketball. Don Haskins sera interrogé plus tard sur le fait d’avoir composé une équipe composée que de noir, il déclarera seulement qu’il voulait mettre les meilleurs joueurs sur le terrain.

WE HAVE A DREAM

Sur l’ensemble de l’équipe victorieuse, seul Davis Lattin deviendra professionnel, il jouera pendant 5 ans en N.B.A et A.B.A (Warriors et Suns notamment). En 1998 l’antre des Miners d’UTEP fut rebaptisé le Don Haskins Center, en honneur de son coach, qui par son talent, mais aussi ses qualités humaines remarquables, marquèrent à jamais l’histoire du Basket Américain. En 2006 un film retraçant l’épopée de l’équipe sortira sur grand écran avec pour titre Glory Road. En 2007, l’équipe des Miners sera introduite au Basketball Hall of Fame. Tout au long de cette saison 1965-1966, cette équipe à porter en elle l’espoir qu’un jour, chaque vallée s’élèvera et chaque colline et montagne sera aplanie, et qu’enfin sur un parquet de Basketball ou à l’extérieur tous les Hommes puissent être libres et égaux.

LA DESTINÉE DES MINERS EN IMAGES

Crédits photo : Utep University/ Rich Clarkson/ El paso Times.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Abila (23 Articles)
Rédacteur Basket rétro, @Belile81

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s