Breaking News

[Revue de Presse] Mondial Basket n°72 – Septembre 1997 – Les Bulls à Paris!

Presse

En mars 1991, un magazine basket fait son apparition dans les kiosques, une nouvelle référence qui va enfin parler dans les grandes lignes du basket outre-atlantique et donner un élan de popularité à la NBA à travers Michael Jordan dès sa première couverture pour marquer le coup. Basket rétro inaugure une nouvelle rubrique, Revue de Presse, qui va revenir sur toute la presse « basketballistique » et c’est Mondial Basket qui ouvre le bal avec tout d’abord le numéro 72, spécial Bulls à paris!

On était tous plus au moins comme ça, à attendre impatiemment lors de la fin du mois, son mensuel basket. Soit on rentrait chez soi pour le dévorer en une traite, soit on partait chez les potes ou sur un playground pour partager les infos et les photos. Nous nous sommes remis de la cinquième bague des Bulls lors d’une finale d’anthologie face au Jazz et quatre mois plus tard, cette équipe de légende qui a fait rêver toutes les générations débarque dans la capitale française! Le tournoi Open McDonald’s est de retour à Bercy après les Lakers de Magic Johnson en 1991, Paris fut la seule ville à organiser cette compétition à deux reprises. Mondial Basket a préparé un dossier pour l’occasion avec comme cadeau, des places pour aller voir Michael Jordan et sa bande! 25 tickets précieux qu’on pouvait gagner par un tirage au sort en répondant à trois questions très simples comme le nom du coach des Bulls et de leur salle ou encore la nationalité de Luc Longley.

Mondial Basket 72 - septembre 97 - Jordan Paris 85Sur deux pages, Mondial Basket nous donne quelques infos sur les joueurs dont on est sûrs de voir et d’autres comme Scottie Pippen et Dennis Rodman dont la participation est menacée. Les infos ont été fiables, les deux lieutenants de MJ n’ont en effet pas quitté les Etats-Unis. On apprend aussi avec quelques questions posées à Johnny Ligmanowsky, qui s’occupe d’équiper les Bulls, que Michael Jordan utilise près de deux cents paires de chaussures neuves par an et que du côté du kiné, Chip Schaefer, il lui faut à chaque match, 24 rouleaux de strapping et autant de sacs de glace!

On avait droit à nos pages « vintage » quand Michael Jordan était venu la première fois à Paris, le 22 aout 1985. avec son passage à Canal+ autour de Michel Denisot et Coluche et aussi de la rencontre amicale entre Montpellier et une sélection franco-américaine avec Michael, son frère Larry, Richard Dacoury, Jacques Cachemire, Daniel Haquet et Tom Scheffler. Michael pouvait se promener peinard à Paris, au Trocadéro sans être dérangé, juste quelques autographes aux touristes américains. La suite parle de son retour en 1990 où sa notoriété est exceptionnelle, fini la tranquillité.

Dans les news, Joe Dumars était allé faire un tour aussi sur Paname pendant l’été et sur le thème je te dis un mot, tu me donnes une définition, on y trouve des choses sympas. Son fils qui s’appelle Jordan, que ses héros sont Magic Johnson et Björn Borg (il est fan de tennis) et que son meneur favori est Kevin Johnson. On avait également Chris Webber se met au rap, que Dennis Rodman déménagerait au Vatican si les Knicks étaient champions pour la prochaine saison. Dans la rubrique « In your face », c’est Penny Hardaway qui répond aux questions de Fred Lesmayoux et Christophe Derollez, le reporter de MB. Surmotivé pour la saison à venir en annonçant qu’il va devenir davantage un scoreur et que c’est un passionné d’informatique, dommage pour lui et Orlando que la saison 97-98 va devenir un fiasco, pas de playoffs et le véritable début des ennuis avec ses genoux.

Magic all star 1997 - Gary PaytonDans la partie « All-Star », on retrouve Jason Kidd. Un beau portrait sur la nouvelle pépite des Suns, sur son passé sulfureux à Dallas et son avenir qui s’annonce brillant à Phoenix. Son adversaire le plus difficile? Nick Van Exel. Dans les jeux vidéo basket, il prend le Heat de Miami et il adore le golf. Nous avons six pages de fringues sportswear, un poster de Kobe Bryant d’un côté et le calendrier NBA de l’autre, les fiches de dix cartes basket partagées entre Upper Deck et Flair. Le carnet en milieu du mag, Jam Session avec ses jeux et les bons plans de l’été. Un résumé des transferts et signatures de l’été en NBA avec de belles images du Magic All Star Game à Tokyo où une dizaine de joueurs avait participé comme Gary Payton, Charles Barkley, Shaquille O’Neal, Alonzo Mourning, Kobe Bryant, Tim et Penny HardawayJerry Stackhouse, Vin Baker, Antonio McDyess ou encore Dikembe Mutombo.

Un article sur la ligne à trois points qui recule pour se remettre à 7,23m au lieu des 6,75m qui avait été introduit dès la saison 94-95. Résultat des courses, c’était portes ouvertes pour tout le monde, les intérieurs commençaient à artiller, Charles Barkley en abusait avec près de quatre tentatives par match, 28% de réussite, 205 shoots tentés derrière la ligne en 53 matchs, c’est pas fameux. Miami était l’équipe numéro 1 en terme de bombardement, 1864 tirs! Un chiffre qui fait aujourd’hui sourire quand on voit que la NBA est devenue un concours à trois-points, Cleveland (2428) et Golden State (2592), pour la saison 2015-2016. Reggie Miller et Nick Van Exel font parti des heureux pour le retour à 7,23. Le niveau des attaques avait chuté avec le manque d’espace et on ne peut pas dire que ça s’est amélioré par la suite, quelques années d’attente pour retrouver des chiffres plus reluisants avec une majorité d’équipes à plus de 100 points par match.

Pour terminer, un bel article sur Robin Ficker, le fan le plus barjot de la NBA, un avocat qui aimait pourrir les adversaires avec toujours sa place derrière le banc des visiteurs pour leur glisser des mots doux, un irréductible fan des Bullets depuis belle lurette. Charles Barkley l’avait même incité à venir à Phoenix lors d’un match des finales NBA en 1993 pour ennuyer les Bulls. Il n’a pas tenu jusqu’à la fin du 1er QT qu’il était viré par la sécurité. Armé de son porte-voix, il envoyait des piques à tout le monde, Phil Jackson avait même été éjecté pour s’être énervé auprès de Ficker. Michael Jordan n’était pas épargné, Ficker lisait à haute voix des passages de « The Jordan Rules » en plein temps-mort. Le type était tellement insupportable que plusieurs franchises avait décidé de se mettre au milieu du terrain lors des temps-mort en déplacement dans la capitale. A plusieurs reprises, des joueurs l’avaient menacé de lui casser la figure, mais avec son statut d’avocat, il était intouchable. C’était avant que le MCI Center ne soit construit et que Washington devienne les Wizards, la place de Ficker fut « bannie ».

STADE 2  – MICHAEL JORDAN LES COULISSES PARIS 1997

Crédits: Fred Lesmayoux – Mondial Basket – Jean-Jacques Voisin

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Pred (317 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s