Breaking News

[France Action] Avec Cholet, Graylin Warner colle 47 points au Real Madrid!

France

Pour sa première campagne européenne, Cholet est tombé sur un sacré client: le Real Madrid! Le jeune club des Mauges enflamme le match retour à la Meilleraie avec un Warner incandescent, auteur de 47 points contre les coéquipiers de Drazen Petrovic! Cholet Basket vs Real Madrid Coupe des Coupes 1989.

David contre Goliath… Les bookmakers de l’époque biblique donnaient le petit berger vainqueur à 20000 contre 1. C’est dire si ils ont fait la gueule quand l’improbable c’est finalement produit! Le petit terrassant le gros, c’est tout le sel de la glorieuse incertitude du sport.

Quand Cholet Basket affronte le Real Madrid à la Meilleraie, la côte n’est pas si importante mais personne n’a de doute sur qui est le plus petit des deux. Le Real c’est sept trophées de Coupe d’Europe des Clubs Champions (l’ancienne Euroleague), une Coupe de Coupes, une Coupe Korac, 25 titres de Champions d’Espagne et 20 Coupes d’Espagne. Cholet Basket c’est un titre… de deuxième division en 1986 et une finale de championnat et du Tournoi des As en 1988, toutes deux perdues contre Limoges. Coté budget n’en parlons pas, Madrid est un club omnisport dans une des plus grande capitale européenne. Un budget quasiment illimité, qui lui permet de rémunérer des pointures nationales et internationales comme les frères Martin, José Biriukov, José-Luis Llorente, Fernando Romay, Johnny Rogers et Drazen Petrovic! Cette armada totalise plus de 500 sélections en équipe nationale. Cholet? La ville n’est même pas la préfecture du Maine et Loire et le tissu économique locale ne permet pas d’avoir un roster truffé de stars à gros salaires! L’américain Graylin Warner en est le (fil de) fer de lance et les Demory, Dobbels et Cham sont ou ont été des internationaux mais le talent global et la profondeur de l’effectif sont largement à l’avantage des Merengues.

L’ambition des deux clubs dans cette Coupe d’Europe est aussi diamétralement opposée. Le Real est un des favoris logique et déclaré (avec le Zalgiris Kaunas de Sabonis) quand à Cholet, pour leur première compétition européenne, l’essentiel est d’abord de découvrir et apprendre. Nos deux protagonistes se retrouvent dans le groupe A en compagnie des israéliens de l’Hapoel Galil Elyon et des italiens de Snaidero Caserte d’Oscar Schmidt. Pas de surprises pour les espagnols ont gagné leur trois premiers matchs (69-62 contre Cholet, 109-92 contre Caserte, 92-82 contre Galil Elyon) avec un premier beau duel de shooteurs légendaires entre Petrovic (43 points) et Schmidt (36 points).

graylin-warner

L’avantage du lévrier c’est qu’il court vite et qu’il se faufile partout!

L’apprentissage des représentants des Mauges est quand à lui difficile. Défaite  en Espagne en ouverture et un échec quasiment éliminatoire contre l’adversaire le plus « facile » du groupe (78-87, à domicile contre Galil Elyon). Seuls les deux premiers du groupe étant qualifiés pour les demis-finale, l’échec est interdit contre Caserte à la Meilleraie! Encore faut-il stopper le bras inhumain et brésilien de la légende Oscar qui tourne à plus de 36 points de moyenne en Italie ainsi que les internationaux Nando Gentile et Georgi Glouchkov! Schmidt marquera bien 32 points mais, défendu admirablement par Patrick Cham, il arrosa copieusement la cible (9 sur 25 aux tirs) et s’énerva contre les arbitres et la table de marque. La leçon d’adresse c’est Graylin Warner qui la donna en scorant 44 points (à 14/27 plus 10 rebonds) bien fourni en munitions par Valery Demory (13 points et 11 passes).

Un succès contre Caserte (85-76) c’est magnifique mais le club italien n’a pas l’aura du Real Madrid, que Cholet accueille pour le match retour. Un succès des espagnols et ils sont certains de finir premier du groupe. Un succès des français et ils pourraient accrocher la deuxième place. Le match aller avait vu le Real l’emporter par une courte marge. Cholet menait pourtant à la mi-temps (37-32) dans l’antre des espagnols! Les madrilènes resserrèrent les boulons dans la seconde période en n’autorisant que 25 points à l’attaque adverse. Warner marqua bien 26 points et capta 10 rebonds mais sans adresse (7 sur 25). La venue du Real est bien sûr un événement à Cholet. Ça n’impressionne pourtant pas Jean Galle le coach, ni Didier Dobbels. Le Real ils l’ont déjà affronté en demi-finale de C1 en 1974 avec Berck. La Meilleraie est pleine à craquer, 70 journalistes ont été accrédités et le match est diffusé en direct à la télévision. Le plan de jeu de Cholet est simple: ne pas se faire massacrer dans la raquette par les talentueux intérieurs espagnols et limiter l’influence du diabolique DrazenLe Real, lui, a bien vu que l’axe Demory/Warner constituait le principal danger et qu’il suffit de provoquer des fautes de leurs titulaires pour les mettre en danger, le banc choletais étant un peu court. Lolo Sainz, l’entraineur espagnol ne va en croire ses yeux. Valery Demory distribue le jeu comme un as (17 passes pour aller ses 16 points) comme contre Caserte et Warner va marquer la moitié des points de l’équipe… comme contre Caserte! (47 points à 18 sur 34 aux shoots dont 5 sur 10 à trois point, plus 11 rebonds!). Drazen aura beau faire du Drazen (31 points et 11 passes), soutenu par Johnny Rogers (20 points et 12 rebonds) et Antonio Martin (17 points et 9 rebonds), c’est bien Cholet qui l’emporta dans un match très chaud (expulsion d’Orlando Graham, de Bruno Constant et des frères Martin suite une bagarre) avec une marge de dix points 95-85! Une victoire de prestige, saluée même par les journaux ibériques comme Marca. 

Jonathan Jeanne

« Purée, a coté de Graylin Warner, moi je suis Monsieur Muscles! »

Celui qui a crevé l’écran c’est bien l’ailier américain Graylin Warner. Se mettre en avant ce n’est pourtant pas son truc. Sorti de la petite fac de Louisiana-Lafayette sans exploser les feuilles statistiques (14.4 points et 5.6 rebonds en 122 matchs chez les Ragin’Cajuns), il y avait peu de chances qu’il se fasse choisir très haut à la draft 1984, la plus relevée de l’histoire. Il fut drafté mais au… 6ème tour en 129ème position! (deux rangs devant Oscar Schmidt!). Trop timide et pas assez physique! Les joueurs des années 80 étaient deux fois moins épais qu’aujourd’hui et pourtant ils passaient pour des body-builders quand on les comparaient à Warner! Il est vrai que notre natif de l’état du Mississippi a des mensurations peu banales: 203 cm pour un peu plus de 80 kilos, une brindille! Les doutes sur son physique, il va un peu les traîner toute sa carrière, que ce soit en NCAA, en CBA, en Italie (Fabriano), en Allemagne (Hagen) et bien sûr pour ses débuts dans le Championnat de France avec Cholet. Michel Léger, le président historique de CB eu ses mots mémorables à l’arrivée de Warner en 86:   » La première fois où j’ai vu Graylin, un jeune homme d’alors 24 ans, avec des mollets d’une incroyable maigreur, je me suis demandé ce qui nous tombait sur la tête. » Les doutes, Graylin Warner va les faire rapidement tomber. Plus de 25 points de moyenne sur ses trois premières saisons, plus 5 ou 6 rebonds, quelques passes, interceptions et contres. Un All-Around Player capable d’attaquer, de défendre, de shooter de loin comme de pénétrer dans la raquette. Sa silhouette filiforme n’est plus un objet de moquerie ou d’inquiétude , c’est plutôt un symbole: « Le lévrier des Mauges ». Un surnom qui restera à jamais, comme sa timidité et sa modestie. Une déclaration après sa performance contre Madrid? « Il est vrai que je suis un inconnu pour les basketteurs européens et par conséquent je suis plus libre de mes mouvements ». On ne refera pas Graylin Warner.

LE RESUME DU MATCH ENTRE CHOLET ET LE REAL MADRID:

Retrouvez les plus belles actions du championat de France des années 90 sur Twitter ou sur Instagram

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Guillaume Lechat (24 Articles)
Créateur de PureFrenchBasketball. Ecriture, montage, un peu de graphisme aussi. Expert en expérimentation de cuisine asiatique. Aussi mauvais joueur que Laurent Sciarra et Gianmarco Pozzecco réunis 🐱🤘.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s