Breaking News

10 Avril 1999, le Very Bad Record historique des Bulls de Chicago

Record

Si les Bulls de Chicago sont depuis bien longtemps identifiés comme une dynastie victorieuse du sport des années 90, il ne faudrait pourtant pas oublier ce soir d’Avril 99. Un soir où la franchise de L’Illinois ajoutera une fois encore son nom à la liste des records NBA. Basket Rétro va vous rappeler pourquoi les fans de Chicago aimeraient pourtant se débarrasser de ce record qui tient depuis 18 ans. 

Nous sommes le 10 Avril 1999. Au moment de l’entre deux de ce match entre le Heat et les Bulls, personne parmi les 22 508 supporters qui garnissent les travées du United Center ne peut imaginer que cette anodine rencontre de saison régulière restera dans l’histoire de la franchise. Et pourtant..

Pour planter rapidement le décor de cette rencontre, il faut se rappeler que les Bulls vivent une saison « post-titre », et que la moitié de l’effectif du sacre n’est plus là. Exit Jordan, Rodman, Pippen et cie. Même Phil Jackson a été remercié. Tim Floyd est donc sur le banc en tant que nouveau (et inexpérimenté) coach, et c’est Toni Kukoc qui endosse le rôle de franchise-player. Le croate est miné par les pépins physiques et le costume est trop grand pour lui. En à peine quelques mois Chicago est rentré dans le rang. Il est utile également de préciser que la saison 99/00 est une saison tronquée par un lock-out. Cette dernière démarre finalement en Février, pour se jouer en 50 matchs.

Lorsque le Heat débarque à Chicago, l’équipe de Pat Riley est bien entendu favorite. Emmenée par Zo’ Mourning et Tim Hardaway, elle affiche un solide bilan de 23 victoires pour 11 défaites, tandis que les Bulls se sont déjà inclinés à 26 reprises, ne remportant que dix malheureuses rencontres. Les Bulls sont devenus une franchise quelconque, bien loin des standards d’excellence proposés sous l’ère de coach Jackson. Difficile de croire alors que Chicago allait s’adjuger un nouveau record au terme de cette soirée de printemps.

23,4% DE RÉUSSITE = 100% RIDICULE   

Les fans du United Center présents dans les gradins ce 10 Avril 1999 doivent encore sentir un souffle de honte leur parcourir l’échine lorsque l’on évoque avec eux cette rencontre. A l’évidence, 18 années ne suffirront pas à écarter ce mauvais souvenir. Un souvenir hideux dont le spectre, à l’heure qu’il est, doit toujours hanter les vestiaires et les coursives de la salle. Il faut dire que le spectacle proposé sur le parquet au cours de ce match s’apparente à un véritable cauchemar. Il suffit de se pencher sur la feuille de stats pour comprendre l’ampleur du désastre. Vous êtes prêts ? Accrochez-vous ! Si on vous dit d’abord que le meilleur rebondeur du match, avec 10 prises, s’appelle Dan Majerle. Oui, oui, vous avez bien lu, « Thunder » Dan, l’arrière shooteur du Heat de Miami finira meilleur rebondeur ! On vous laisse imaginer un peu le niveau d’investissement affiché ce soir là par les Bulls. Continuons, chiffres à l’appui, le déroulé de cette parodie de Basket. Avec 13 (!) unités, le meilleur marqueur des Bulls au terme du match s’appelle Kornel David.

Un obscur ailier fort hongrois qui disputera une centaine de matchs NBA . Kukoc de son côté termine la partie avec un resplendissant 4 sur 16 aux shoots. Que dire alors de Randy Brown et son magnifique 1 sur 8 dans ce cas ? Impressionnant de maladresse, les Bulls bouclent la rencontre avec un taux de réussite de 23,4%. 18 sur 77. Une équipe en chantier qui balance des briques, quoi de plus normal ? Ce serait alors de l’acharnement de souligner le pathétique 0/9 à 3 points réalisé par les hommes de Tim Floyd. L’honneur est presque sauf, puisque Milwaukee conserve son record de médiocrité établit en 1954 avec 22,9% de réussite. Cependant, avec uniquement 49 points inscrits, Chicago décroche la timbale. Que dis-je, le Saint Graal du basketball.

Grâce à cette marque ridicule, digne d’un match U13 de niveau départemental, les joueurs tamponnent le certificat de l’équipe ayant inscrit le plus petit nombre de points dans un match NBA depuis l’instauration de l’horloge des 24 secondes dans la grande ligue. Il est amusant de noter que ce record appartenait aux Jazz d’Utah, qui n’était parvenu à inscrire que 54 points, et ce dans cette même salle du United Center contre les Bulls. C’était en Juin 98, soit à peine 10 mois auparavant (ndlr :concernant le record en saison régulière il était la propriété des Pacers avec 55 points). 10 mois qui ressemble à une éternité pour les fans de Chicago, tant le gouffre est immense entre le roster aligné l’été précédent et celui de ce printemps 99. Après le fiasco des siens, Ron Harper, l’un des rares soldats ayant participé aux deux soirées, déclarera dépité et avec une pointe d’ironie :

« Je ne sais pas ce que Michael (Jordan) dirait à propos de ça »

Il aurait surement dit qu’à lui tout seul, il a déjà marqué plus de 49 points dans une rencontre. Mais Jordan n’est plus là, et les Bulls se traîneront un sacré blues jusqu’au terme de cette calamiteuse saison. Ils finissent avec un bilan médiocre de 13 victoires et 37 défaites. Cette rencontre du 10 Avril 1999 s’inscrivant alors comme un point d’exclamation sur une reconstruction qui durera des années pour les fans de Chicago. Une traversée du désert qui durera six saisons pour la Windy City. Mais ça c’est une autre histoire.

LE TRISTE RECORD DES BULLS EN IMAGES

Crédits photos : chiganow.com

Montage une : Laurent Rullier pour Basket Rétro 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Waka Bayashi (87 Articles)
Enfant des eighties, c'est au début des années 90 que je découvre la NBA. En 1993 j'obtiens mon brevet des collèges grâce à l'épreuve de Géographie au cours de laquelle je localise les plus grandes villes sur la carte des Etats-Unis, en ajoutant entre parenthèses le nom des franchises de la ligue, en espérant secrètement quelques points bonus. Fan des joueurs avec un taux de trash-talking élevé (coucou Reggie Miller), j'ai intégré l'équipe de Basket Rétro afin que mes parents soient fiers de moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s