Breaking News

[Infographie] Toute l’histoire des Dallas Mavericks (1980-2017)

Infographie

Les Mavericks sont nés le jour du muguet et de la fête du travail en 1980. A 37 ans, l’âge de la maturité, il est déjà temps de revenir sur la naissance et l’histoire de la franchise texane. Récit et infographie.

Le 1er mai 1980 naissent les Mavs de Dallas. En cette année, les responsables de la NBA acceptent, à l’issue d’un vote, la création d’une nouvelle franchise dans le Texas. C’est ainsi que le milliardaire Donald Carter devient le premier propriétaire de la franchise après avoir investi 12 millions de dollars.

DONALD CARTER, PREMIER PROPRIÉTAIRE DES MAVERICKS

Résultat de recherche d'images pour

Don Carter, premier propriétaire des Dallas Mavericks

Le 1er mai 1980, le milliardaire Don Carter devient le premier propriétaire des Dallas Mavericks. Aidé du futur manager général de la franchise Norm Sonju, ils mettent sur pied un dossier afin de créer une nouvelle équipe NBA dans le Texas.

Tout commence en 1980 lorsque Carter fait construire, ce qui deviendra le domicile des Dallas Mavericks entre 1980 et 2001, la Reunion Arena. Carter déboursera environ 27 millions de dollars pour la construire.

Depuis 2001, les Mavericks disputent leurs matches dans le American Airlines Center.

« Il est M. Mavericks, il est le chapeau. Il n’y a pas de Mavericks sans M. C et Mme [Linda] C. Il n’y a personne de plus important pour cette organisation, et je le mettrai devant Dirk [Nowitzki]. Sans lui, nous ne serions pas là. » – Mark Cuban, propriétaire des Mavericks depuis 2000.

DES DÉBUTS DIFFICILES

Les responsables texans, durant l’expansion draft, qui leur permet de choisir un joueur dans chaque équipe (chaque équipe peut protéger sept joueurs), choisissent de ne pas engager des joueurs d’expérience. Les Mavericks décident de miser sur des joueurs comme Earl Monroe, Rick Barry ou encore Pete Maravich. La première saison est délicate, le club finit avec un bilan de 15 victoires et 67 défaites. Lors de la draft de 1981, Dallas choisit des joueurs qui transforment l’équipe sensiblement. Les Mavs décident de recruter Mark Aguirre en premier choix, Rolando Blackman en neuvième choix et Jay Vincent en vingt-quatrième choix.

Les deux premiers participent à la montée en puissance de Dallas : Aguirre en sept saisons passées dans le Texas affiche une moyenne de 24,6 points par match, et son acolyte ailier Blackman affiche lui une moyenne de 19 points en 11 saisons passées aux Mavericks. Jay Vincent, quant à lui affiche une moyenne de 21 points par match en 1981-1982, la meilleure saison de sa carrière.

L’APPRENTISSAGE DES PLAYOFFS (1983-1988)

La saison 1983-1984 des Mavericks est historique puisqu’elle correspond à leur première apparition en playoffs, et Mark Aguirre devient le premier Maverick sélectionné au All-Star Game. En 1983, Dale Ellis un futur All-Star, est drafté. Durant cette saison 1983-1984 le club, avec une bilan de 43 victoires, finit à la cinquième place de la Conférence Ouest, mais échoue en demi-finale de conférence contre les Lakers de Los Angeles, en cinq manches.

La draft 1984, permet la venue du jeune Sam Perkins, un intérieur habile à trois points, qui vient d’être champion universitaire avec l’université de Caroline du Nord. La saison 1984-1985 confirme les progrès du club qui termine avec un bilan de 44 victoires pour 38 défaites, obtenant une quatrième place de la Conférence. Aguirre continue de marquer autant qu’il peut, avec un record offensif de 49 points lors d’une rencontre. Son coéquipier Blackman participe au All-Star Game 1985. Cette fois-ci les Mavs sont battus dès le premier tour par les Portland Blazers.
Les saisons suivantes se ressemblent, les Mavericks sélectionnent à la draft des futurs bon joueurs, comme Detlef Schrempf en 1985, Roy Tarpley un intérieur de l’université du Michigan qui marquera la franchise, en 1986… Et en 1985 obtiennent par un échange la venue de James Donaldson, un pivot futur All-Star.

Dallas réalise de bonne saisons régulières, 44-38 et 55-27 en 1986 et 1987, mais l’aventure en playoffs est courte : durant les playoffs 1986, Dallas est encore sorti en demi-finales de Conférence par les Lakers et en 1987, Seattle bat dès le premier tour les texans. Dale Ellis qui a été transféré aux Sonics contribue à l’élimination de son ancienne équipe, grâce à son adresse à trois points.

AUX PORTES DES FINALES NBA (1987-1988)

Dallas dispose d’une équipe forte, Mark Aguirre, Sam Perkins, James Donaldson, Derek Harper et Rolando Blackman ; ainsi qu’un banc de qualité avec Detlef Schrempf, Roy Tarpley et Brad Davis. La saison 1987-1988 est l’apothéose de ce groupe, au niveau personnel, Aguirre continue d’affoler les compteurs avec 25 points par match, lui Donaldson joue le All-Star Game 1988, de plus Roy Tarpley est élu le meilleur sixième homme de la NBA.

Résultat de recherche d'images pour

Derek Harper

Le groupe plus rôdé à la pression des playoffs, connaît le meilleur parcours de son histoire, après avoir sorti Houston puis Denver, les Mavs affrontent en finale de Conférence leur bête noire, les Lakers de Los Angeles. Aguirre et sa bande poussent Magic Johnson et les siens jusqu’à la septième manche. Les Texans échouent au pied des finales NBA, en s’inclinant 102-117 lors du match décisif.

UNE DÉCENNIE DE DISETTE (1989-1994)

La saison 1988-1989, est une saison noire : les Mavs sont privés de playoffs. Roy Tarpley est suspendu toute la saison pour usage de stupéfiant, la star Mark Aguirre est échangé contre Adrian Dantley, talentueux mais dépressif, Schrempf est échangé contre Herb Williams des Pacers de l’Indiana. La saison 1991-1992 est du même acabit, l’équipe est minée par la suspension de Tarpley et la blessure de Lever, ancien meneur star, qui ne jouera que 35 matchs en 3 saisons à Dallas à cause de son genou. Le bilan est de 22 victoires et 60 défaites.

La saison 1992-1993 est l’une des plus mauvaises de l’histoire de la ligue, l’équipe perd 71 rencontres sur les 82 possibles. Blackman, quatre fois All-Star, meilleur marqueur de l’équipe, est échangé aux Knicks de New York durant l’été 1992 contre des premiers tours de draft. La saison suivante est aussi une catastrophe. En janvier le bilan est de 3 maigres victoires pour 40 défaites.

LES ANNÉES JASON KIDD (1994-1996)

En 1994, la franchise texane enregistre le retour de l’entraîneur emblématique, Dick Motta. Cette même année, les Mavericks obtiennent le second choix de la draft, et s’en servent pour engager le jeune meneur de Californie, Jason Kidd. Jason Kidd est un meneur prometteur, mais déjà très fort, il finit la saison comme co-rookie de l’année (avec Grant Hill). Ses statistiques sont très complètes, 11,5 points, 5,4 rebonds et 7,7 passes décisives, il réalise quatre triple-doubles cette année, et finit dans les dix meilleurs aux passes décisives et aux interceptions.

Il forme alors à Dallas le trio des « trois J » avec Jim Jackson et Jamal Mashburn. Le talent de ces trois joueurs semble promettre des beaux jours à Dallas, mais diverses mésententes vont conduire à la dispersion du noyau.

DIRK NOWITZKI : 19  SAISONS AVEC LES MAVS (1998-2017)

Résultat de recherche d'images pour

Dirk Nowitzki

Dirk Nowitzki, à l’origine drafté par les Milwaukee Bucks durant l’été 1998 est immédiatement échangé contre les droits de Robert Traylor aux Dallas Mavericks. Don Nelson, l’entraîneur de Dallas, a flairé l’incroyable potentiel du joueur.

Nowitzki est un tireur, qui, de par son jeu, oblige son défenseur à s’éloigner du cercle, chose assez rare pour l’époque en NBA pour les intérieurs. Ainsi, il excelle dans le tir à mi-distance et à trois points. Néanmoins, sa palette offensive est très étendue. Il est capable de jouer au poste-bas là où le fameux fadeaway sur une jambe, sa marque de fabrique, est terriblement efficace. C’est un bon joueur de pick and roll et de sa variante le pick and pop. Il est aussi réputé être décisif et capable de marquer les paniers importants que ce soit à 3 points, au poste-bas ou à mi-distance. Il est considéré comme l’un des plus grands joueurs offensifs ayant évolué dans la ligue.

La saison 2000-2001 voit la fin de dix ans de disette : le bilan final de 53 victoires pour 29 défaites offre une place en playoffs pour la première fois depuis la saison 1989-1990. Durant la saison, Don Nelson doit suivre un traitement pour le cancer de la prostate, il laisse la place pendant son absence à un groupe inexpérimenté d’assistants, menés par son fils Donnie. À la fin de la saison régulière, Dirk Nowitzki devient le premier Maverick à être nommé en All-NBA third team.

Durant les playoffs, l’inexpérience des Mavericks leur coûte les deux premiers matchs du premier tour face aux Utah Jazz, mais Dallas crée la surprise en remportant les trois manches suivantes pour se qualifier au tour suivant. Ils sont éliminés en cinq manches par leurs voisins des San Antonio Spurs.

En 2006-2007, les Mavericks de Dallas ont terminé premier (67 victoires-15 défaites) de la conférence ouest et de toute la ligue. Entre le 13 décembre et le 30 mars, les Mavs n’ont perdu que 4 rencontres, pour 47 victoires. Mais les finalistes NBA 2006 sont éliminés dès le premier tour des playoffs par les Warriors de Golden State 4 défaites pour 2 victoires. Dirk Nowitzki, sans doute un peu traumatisé par son échec en finale NBA déçoit (19,7 points et 11,3 rebonds mais surtout 38 % aux tirs et 21 % à trois points), n’étant jamais décisif dans les moments majeurs (8 points à 2/13 dont 0/6 à trois points au 6e match).

PREMIER TITRE DE CHAMPION NBA EN 2011

La saison 2010-2011 démarre fort pour les Mavericks, qui, au 27 décembre 2010, comptabilisent 24 victoires et 5 défaites. Mais quelques blessures vont perturber l’équipe, celle notamment de la star du club Dirk Nowitzki pour quelques matchs, suivi par Caron Butler qui lui se blesse pour le reste de la saison. Durant l’absence de Dirk Nowitzki, les efforts des joueurs le remplaçant ne suffisent pas, Rick Carlisle ne peut que constater les dégâts.

Dallas sort vainqueur de ce duel et prend ainsi sa revanche par rapport aux play-offs 2006 en remportant le titre sur le score de 4-2 et qui plus est, en Floride. Par ailleurs, le capitaine Dirk Nowitzki est récompensé avec le titre de MVP de la finale. Le géant allemand remporte également son premier trophée Larry O’Brien, trophée donné au champion NBA, après treize ans passés à Dallas.

Depuis ce titre en 2011, les Mavericks sont en baisse de régime. Le 14 novembre 2014, Les Mavs signent leur plus large victoire de leur histoire: 123-70 face aux Sixers de Philadelphie.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Dimitri Voiturin (3 Articles)
Passionné de basket depuis longtemps, je suis un grand fan de l'Elan Béarnais et des Boston Celtics en NBA. Je pratique également le basket-fauteuil depuis quelques années et espère contribuer au succès grandissant de Basket Retro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s