Breaking News

Miami – New York, la désillusion de Patrick Ewing en 1997

NBA Playoffs

Il reste une poignée de minutes à jouer dans le match 7 des demi-finales de Conférence entre Miami et New York. Pat Ewing, 34 ans, les genoux engoncés dans deux épaisses genouillères, irréprochable tout au long de la partie avec 37 points et 17 rebonds, a l’allure du Général qui va capituler. Miami qui mène de 12 points, ne peut plus perdre. New York, mené, a tout perdu.

PatPatrick Ewing, après avoir vécu une décennie à la tête des Knicks, a échoué aux NBA Finals 94 dans la conquête d’un titre que ses camarades de promotion Michael Jordan et Hakeem Olajuwon ont gagné, était persuadé que les Knicks possédaient enfin une carrure de champion. D’ailleurs, c’est ce qu’il confiait à l’intersaison après que sa franchise fut une nouvelle fois active sur le marché des transferts. Ramassant joueurs libres, rookies et vétérans, pour le conduire au sommet. La saison avait été chaotique avec des hauts et des bas. De belles victoires contre Chicago, de drôles de revers contre Milwaukee ou New Jersey. Des playoffs au pas de charge, 3-0 contre Charlotte. Une avance de 3-1 contre le Heat.

Puis est arrivé ce 5ème match de la série. Dans un geste de catcheur devant le banc des Knicks, P.J Brown a fait valdinguer dans le pack des photographes Charlie Ward, coupable de lui chatouiller dangereusement les genoux. Les Knicks ont exhibé leur mentalité de ghetto, 5 joueurs ont quitté le banc, ce qui dans le règlement NBA mérite une suspension automatique. Un seul Heat était dans la mêlée générale, les autres sagement à l’écart, se délectaient du spectacle en imaginant la suite du scénario. Expulsions, victoire au final pour Miami, qui revenait à 3-2, et sanctions de la Ligue dés le lendemain. Pat Ewing, Allan Houston et Charlie Ward étaient privés du 6ème match, remporté par le Heat sur le score de 95-90 dans un Madison Square Garden en pleine ébullition.

« On m’a volé la plus belle opportunité de ma carrière » gémit le grand Pat dans les vestiaires.

Au 7ème match, Larry Johnson et John Starks, le meilleur sixième homme de la ligue, purgeaient à leur tour leur suspension. Les Knicks, entre temps, avaient tenter de faire désavouer la NBA devant un tribunal civil, mais sans succès. Le Heat n’allait pas se priver d’achever un adversaire à l’agonie. Peu importe le sort de Pat Ewing, prototype du parfait disciple de Pat Riley. Le grand Pat avait la malchance de se trouver dans le camp d’en face et une nouvelle fois celui des vaincus. Pour le consoler, les Knicks lui avaient offert un nouveau bail de 4 ans à 65 millions de dollars !

LA DÉSILLUSION DES KNICKS ET DU GRAND PAT AU GAME 7

Crédits photo : Slam Nation

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Cathy Malfois (7 Articles)
Cinq fois Championne de France. Élue dans le top 5 de l'Eurobasket 1978. Élue dans le top 10 des meilleures joueuses du XXe siècle par Maxi-Basket. Ancienne internationale de l'Equipe de France avec 166 sélections.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s