Breaking News

[France Action] Moustapha Sonko sort le mégacake sur Stefanov!

France

Moustapha Sonko a de la dynamite dans les jambes et il va encore le prouver en contrant magistralement le meneur macédonien! France vs Macédoine, 1er match de l’Euro 1999.

Le panier semblait tout cuit pour Vrbica Stefanov.  Il lui suffisait de déposer le lay-up mais la tornade Sonko, qui venait de rater le shoot enclenchant la contre-attaque macédonienne, avait à cœur de se racheter. Un retour de dragster, une détente de panthère et un véritable balayage du ballon en dehors de l’arceau! Une action spectaculaire mais commune pour Mous!

Quand Moustapha Sonko se révèle au début des années 90, il est perçu comme un véritable ovni. Un meneur de belle taille (192 cm) mais surtout des qualités athlétiques exceptionnelles et inédites pour un meneur de jeu en France! Un profil rare même de l’autre coté de l’Atlantique. Sonko a une autre particularité, il est issu des playgrounds qui fleurissent un peu partout avec la diffusion de la culture hip-hop et de la NBA en France. Avant Mous, on ne savait pas trop si ce type de joueurs pouvaient s’acclimater à l’exigence et la rigueur du haut-niveau. Lui et Alain Digbeu ont permis de lever les doutes.

vrbicastefanov

Stefanov se souvient: « J’étais pourtant sûr de marquer mais une espèce d’éclair bleu a emporté le ballon, c’était sans doute un extra-terrestre. »

Sonko commence sa carrière professionnelle dans la banlieue parisienne, à Sceaux, en N1 B (ex Pro B). Sous la direction d’Alain Weisz, il passe rapidement d’espoir anonyme (8 matchs pour 4 minutes de jeu en moyenne et 1.3 point  pour l’exercice 90/91) à meneur remplaçant (5.8 points à 60.4% aux tirs, 3.6 passes en 17 minutes de jeu en 91/92) pour finir comme une des stars de la deuxième division (15 points à 54.7% aux tirs dont 41.5% à 3 points et 83.8% au lancers francs, 2.9 rebonds, 7 passes, 1.5 interception et 0.9 contre en 33 minutes pour la saison 92/93), une progression fulgurante à 22 ans à peine! Le jeune joueur attire l’attention par ses stats et aussi par son jeu: cross dévastateurs, dunks spectaculaires dans le trafic, passes lasers et contres venus de nulle part. Il est évident que son avenir s’inscrit au plus haut-niveau français, en Pro A. Ça tombe bien, Sceaux ,grâce à l’apport de Mous et de l’énergique Winston Crite, est Champion de France de deuxième division! 

Ce n’est pas avec le petit club parisien que Sonko découvre la Pro A mais plus haut dans le Nord, à Gravelines. La saison est très correcte pour une première, dans un club avec plus de moyens que Sceaux (12.3 points, 3.2 rebonds, 5.9 passes et 1.5 interceptions en 33 minutes) mais loin de la capitale et de ses potes, il a des problèmes d’adaptation qui se traduisent par des pourcentages en chute libre (41.4% aux tirs seulement). Il décide donc de rentrer chez lui, en signant à Levallois. 

Mous vivra ses plus belles années de championnat français dans le club cher au coeur de Patrick Balkany. La première, il débarque dans une équipe de sacrés grognard (Terence Stansbury, Michael Brooks, Stéphane Lauvergne et Patrick Cham). Même pas peur le Mous qui dirige les vétérans à la baguette (17.7 points, 5.2 passes en 94-95) en retrouvant son adresse (plus de 50% au tirs et à 3 points!). Huitième de la saison, Levallois sort Gravelines au premier tour des playoffs avant de chuter logiquement contre les futurs champions d’Antibes. Les banlieusards se classent 6ème l’année suivante, l’effectif compte le superbe ailier américain Wendell Alexis et l’ex-intérieur de NBA, Larry Krystowiak. Thierry Zig commence à pointer le bout de son nez ainsi que les futurs Cardiac Kids (Sasha Giffa, Vincent Masingue et Brice Bisseni) mais en playoffs, l’ASVEL est trop forte en quart de finale (2-0). Sonko pourrait décrocher le titre de meilleur français pour sa troisième saison mais blessé, il ne joue que 19 matchs (pour 19.8 points, 4.1 rebonds, 5.3 passes et 2.1 interceptions en 35 minutes pour 96-97) et Levallois est totalement dépendant du rayonnement offensif et défensif de son playmaker. Bien que sauvant sa tête dans l’élite (10v-20d, 13ème sur 16), le club est relégué en Pro B pour raisons financières.

mous-sonko

Mous Sonko se souvient aussi: « Et encore j’y étais allé tranquille, j’ai utilisé à peine un mètre de détente sèche! »

Mous, bien sûr, est très demandé et s’engage avec Pau-Orthez. Il souhaite décrocher le titre. Il reçoit la lourde tache de succéder à Antoine Rigaudeau parti à Bologne. L’effectif est monstrueux (Sonko, Foirest, Marcus Brown, les Frères Gadou, Fauthoux,Dubos, Ronnie Smith, Scholten, Narcisse Ewodo et Vasco Evtimov) et Pau est champion mais le meneur parisien a encore eu du mal a s’adapter. Claude Bergeaud le coach, souhaite le positionner plus arrière-shooteur que meneur ce qu’il n’accepte pas. Sonko ne reste qu’un an dans le Béarn. Pour se relancer, il rejoint Villeurbanne. Greg Beugnot le recrute pour qu’il soulage les vielles cannes de  Delaney Rudd à la mène. Il s’impose comme le meilleur marqueur de l’équipe (12.8 points, 2.8 rebonds, 2.7 passes et 1.5 interceptions en seulement 25 minutes) mais échoue pour le doublé car son ancien club de Pau triomphe en finale. Il se console rapidement en étant sélectionné, en compagnie de ses  coéquipiers Alain Digbeu et Jim Bilba, pour l’Euro 1999 en France.

Le meneur parisien a une revanche à prendre avec la sélection nationale. Il fait partie de la cascade de blessures qui ont touché l’équipe de France pour l’Euro 1997. Les Bleus étaient pressentis comme un des favoris pour le titre après une campagne de qualification parfaite (10 victoires en 10 matchs). L’attente pour l’Euro français est immense. L’équipe accueille le premier joueur français en NBA, Tariq Abdul-Wahad. Antoine Rigaudeau a exporté, avec succès, son talent en Italie et la faiblesse récurrente au poste de pivot semble réglée avec Fred Weis, Ronnie Smith et Cyril Julian. Moustapha Sonko a maintenant l’expérience pour s’imposer comme un joueur international de premier plan. Avec Rigaudeau et Laurent Sciarra, il compose un triumvirat complémentaire de haut niveau au poste 1: l’ex-choletais en artiste shooteur au sang-froid, Sciarra en grande goule altruiste jusqu’au boutiste et l’athlétique Sonko en perforateur de défense et chien de garde d’élite.

Pour le premier match de l’équipe de France face à des macédoniens accrocheurs, Mous compte bien disputer à TAW et à Digbeu le titre de joueur le plus spectaculaire de l’Euro!

MOUSTAPHA SONKO ET SON CONTRE EN HAUTE ALTITUDE:

 Retrouvez les plus belles actions du championat de France des années 90 sur Twitter ou sur Instagram

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Guillaume Lechat (24 Articles)
Créateur de PureFrenchBasketball. Ecriture, montage, un peu de graphisme aussi. Expert en expérimentation de cuisine asiatique. Aussi mauvais joueur que Laurent Sciarra et Gianmarco Pozzecco réunis 🐱🤘.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s