Breaking News

16 mai 1980 : Magic Johnson devient le premier rookie de l’histoire élu MVP des Finals

NBA Playoffs

Alors rookie, Magic Johnson prend la place d’Abdul-Jabbar, blessé à la cheville, au poste de pivot lors d’un Match 6 des Finales NBA 1980, crucial et compile 42 points, 15 rebonds, 7 passes et 3 interceptions. Victoire de L.A.. Sa performance dans cette série demeure l’une des plus folles de toute l’histoire de la Ligue et devient le seul rookie à remporter le titre de MVP des Finales.

Le 25 juin 1979, les Los Angeles Lakers décrochent la timbale. Une chance inouïe. Trois ans plus tôt, la franchise californienne a laissé le vieux Gail Goodrich libre de signer aux New Orleans Jazz en échange de trois tours de draft, dont un premier tour en 1979. Le troc est à priori anodin, mais le Jazz, réalisant une piètre saison 1978-79, la NBA leur accord le droit de choisir en premier lors de cette draft 1979. Et bien sur, ce sont les Lakers qui en profitent. Le rêve…

Magic8Le premier entraînement de Magic Johnson déclenche l’hystérie. Malgré ses trois mille places, le gymnase dans lequel s’entraînent les Lakers est beaucoup trop petit pour acceuillir la foule qui s’est déplacée pour saluer l’artiste. Magic est tout sourire. ses coéquipiers, eux, ronchonnent, à l’image de Kareem Abdul-Jabbar qui supporte mal le kid du Michigan lui voler la vedette. Ca ne durera pas !

Dés la première année, les Lakers se hissent en finale contre les Philadelphia Sixers de Julius Erving. Malheureusement, dans le 5ème match, Abdul-Jabbar qui vient de marquer 40 points, se tord la cheville. Le coup est dur. Los Angeles mène 3 victoires à 2, mais ne voit plus très bien comment résister aux Sixers sans son géant de 2m18. Erreur. C’est Magic, le meneur qui prend la place de pivot.

« Ce match est l’un de mes plus beaux souvenirs », affirme Magic. « Un match de dingues ».

Après 48 minutes de jeu, le rookie totalise 42 points, 15 rebonds, 7 passes, 5 interceptions, 1 contre, victoire 123-107, obtient le trophée de meilleur joueur des Finales et donne le titre NBA aux Lakers. Il est le seul et l’unique à être sacré meilleur joueur des Finales. 

« Tant que Magic sera là, il y aura toujours les Lakers et les autres », lance Cotton Fitzimmons, le coach des Suns.

Il a raison, l’année suivant, Pat Riley prend la place de Paul Westhead comme coach et retient James Worthy comme premier choix de la Draft de 1982. C’est lère du Show Time. Magic refle tout ce qu’il est possible de rafler en NBA : cinq titres de champion, trois titres de meilleur joueur des Finales, trois titres de meilleur joueur de la saison régulière, quatre titres de meilleur passeur, deux de meilleur intercepteur et un de meilleur shooteur de lancer-francs. On le retient neuf fois dans la meilleure équipe de l’année et douze fois pour disputer le All Star Game.

L’INCROYABLE GAME 6 DE MAGIC EN IMAGES

Crédits photo : NBAE/Lakers Nation

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (681 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s