Breaking News

Le triple double rageur de Michael Jordan contre les Knicks en 1993

NBA Playoffs

Madison Square Garden. Une arène qui ne ressemble à aucune autre, Michael Jordan a souvent dit qu’il était le plus inspirant de tous. Le n°23 y trouve une arène à sa mesure: un public méchant, un adversaire féroce et une presse très critique.

Juin 1993, Jordan a le moral dans les chaussettes. Éprouvé par une saison épuisante, il quitte sa chambre d’hôtel pour aller se divertir quelques heures dans un casino. La nouvelle de l’escapade arrive aux oreilles d’un journaliste. Pataquès. On se moque à Manhattan de ce basketteur qui fait le mur, à quelques heures de jouer les Knicks en playoffs. Jordan ne dit rien, ronge son frein.

Après ça, durant toute la série, c’est l’enfer. Match crucial: le 5.  Jordan, la mâchoire serrée de rage et le regard noir, marque 29 points, prend 10 rebonds et donne 14 assists. Dans les dernières secondes du match, Charles Smith, l’ailier new-yorkais tente quatre lay-ups. Quatre fois, il est contré par Pippen, Jordan et Horace Grant. Chicago gagne 97-94.  Jamais les Knicks ne parviendront à battre les Bulls de Jordan.

RETOUR EN IMAGES DE CE MATCH D’ANTHOLOGIE


Crédits photo : NBAE/Getty Images

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Jonathan Sevaux (12 Articles)
Découvrant le basket au milieu des années 90, ma jeunesse a été rythmée par les matchs diffusés sur Canal+ et commentés par G.Eddy. Véritable passionné, j'ai rejoint l'équipe de BasketRetro pour y apporter mes connaissances et mon plaisir d'écrire sur ce sport.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s