Breaking News

Le poster dunk de malade de Kevin Garnett sur Shawn Bradley

Basketball Move

En 1998 Kevin Garnett fait parler la poudre lorsqu’il monte sur le mont Bradley pour lui asséner un dunk tonitruant et ainsi grimper au sommet des joueurs les plus spectaculaires et intenses de l’histoire

27 février 1998 – Alors que la domination des Jazz et des Spurs semble sans appel dans la Conférence Midwest, deux équipes cherchent à tirer leurs épingles du jeu. Habitués à se morfondre dans les méandres du classement depuis quelques années, les Minnesota Timberwolves et les Dallas Mavericks sont alors en plein renouveau en cette fin de millénaire.

Avec un effectif forgé par des choix de Draft successifs, le pari misé sur la jeunesse semble enfin porter ses fruits pour le plus grand bonheur des fans de Minneapolis. Emmenés par Stephon Marbury & Kevin Garnett, la meute des loups aux dents longues se met au diapason de ce tandem explosif promis à un bel avenir. Meneur véloce et explosif, Marbury combine déjà ses nombreux atouts avec Garnett, un gamin bourré de talent directement passé par la case NBA après son lycée pour en devenir l’une des nouvelles superstars. Leur association fait rapidement des étincelles, le duo se trouvant facilement sur des picks and roll qui squattent régulièrement les fameux TOP 10 proposés par la NBA.

Classé troisième de sa division au moment de la trêve du All Star Week-end, Minnesota propose un jeu indéniablement spectaculaire, misant sur les qualités athlétiques de ses joueurs pour faire la différence. Pour autant, on y retrouve au sein de l’effectif des vétérans de grande valeur pour y encadrer les jeunes ouailles au cours de leur évolution. C’est particulièrement le cas du meneur Terry Porter et de l’ailier Sam Mitchell, deux joueurs très estimés par leurs coéquipiers et qui servent alors de mentors à Starbury et KG.

De l’autre côté, les Mavericks sont en plein chantier, comme le témoigne un roster fait de bric et de broc. Assumant le choix de repartir à zéro pour mieux reconstruire, les dirigeants font les affaires des autres équipes qui cherchent plutôt à se débarrasser de joueurs en fin de contrat comme monnaie d’échange. Au milieu de ce bourbier, il n’est alors pas rare d’y retrouver d’anciens bons role players venus se remplir la feuille de stats au détriment du collectif (en vrac : Cédric Ceballos, Hubert Davis, A. C. Green, Robert Pack, Dennis Scott). Dans les rangs de cette armée de mercenaires, seuls deux joueurs semblent s’inscrire durablement dans les plans du club : le prometteur Michael Finley et Shawn Bradley, véritable tour d’ivoire famélique spécialisée dans le contre et le poster dunk (mais pas dans le bon sens). Classé cinquième de la Midwest, les Mavs n’entendent pourtant pas laisser leur part aux chiens, ou plutôt aux jeunes louveteaux, et entretiennent l’espoir d’accrocher l’une de leurs rares victoires au cours d’une saison d’ores et déjà sacrifiée.

Avec la promesse d’un spectacle de tous les instants assuré par le duo du grand froid, la rencontre prend place au sein de la Réunion Arena de Dallas. Contre toute attente, le premier quart temps tient en haleine le peu de personnes venu assister au match, les deux équipes commençant par se rendre panier pour panier en début de partie. Alors qu’il reste moins d’une minute à jouer, les T-Wolves initient une attaque depuis l’aile gauche sur laquelle sont positionnés Terry Porter et Kevin Garnett. Alors que le vétéran prend soin de protéger la balle dans l’attente de  l’écran, le jeune ailier cherche toute de suite le décalage en sortie pour s’approcher du cercle, se jouant de son agilité et de son envergure pour faire la différence. Généralement positionné en deuxième rideau défensif, Shawn Bradley s’est souvent imposé comme l’un des meilleurs contreurs de la ligue depuis son arrivée en 1993. Aussitôt, il vient à la rencontre du « Big Ticket » pour le stopper net dans son ascension. Hélas la sauterelle va littéralement se faire dévorer par la mante religieuse, les longs segments et surtout la puissance de Garnett prenant le dessus sur ce pauvre Shawn.

Assommé par cette action promue, une nouvelle fois, aux premières places des highlights du lendemain, Dallas ne rend toutefois pas encore les armes. C’est donc au terme d’une prolongation que les Timberwolves vont finalement parvenir à s’imposer sur le score de 107 à 105 derrières les 23 points et 9 rebonds de son leader.

Retrouvez les actions de la NBA des années 90 sur Vine, Twitter ou sur Instagram

Crédits bandeau et vidéos : Julien Mc Laughlin

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Julien Mc Laughlin (66 Articles)
Pratiquant assidu de la balle orange depuis plus de 25 ans, l'oeil nourri par les glorieux matchs NBA diffusés sur Canal+ dans les 90s - twitter : @NBAckInTime - @jumclaughlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s