Breaking News

Horace Grant, le chaînon manquant du Magic

Franchise History

Avec ses deux stars de 23 ans, le Shaq et Anfernee Hardaway, on se disait qu’Orlando manquait d’une vraie référence, d’un chef, d’un vieux sage qui saurait donner le cap à cette franchise si talentueuse, mais aussi si inconstante. Nous avons nommé Horace Grant qui fête aujourd’hui ses 52 ans. 

Le coup a été réussi à la perfection. Horace Grant ne supportait plus la vie chez les Bulls. Il avouera qu’il avait su dés sa première saison, en 1987, que Jerry Krause, le propriétaire des Bulls, ne voulait pas de lui, que jamais il s’était entendu avec Phil Jackson, pire même, qu’il n’avait jamais regardé Michael Jordan dans les yeux. Trois bagues NBA au doigt, c’est finalement tout ce que Horace Grant rapporte de sept années chicagoanes : énorme et dérisoire à la fois.

A Orlando, le vieux Horace a retrouvé la joie de jouer. Et de gagner :

« Cette équipe ressemble aux Bulls qui ont gagné leur premier titre. Le même désir de vaincre, le même appétit… La seule différence, c’est l’absence de vétérans. A Orlando, tout le monde est tellement jeune. Nous avons tellement de choses à apprendre ».

Certes, Horace Grant n’a pas permis au Magic de décrocher le titre en 1995, et si Orlando a successivement éliminé Boston, Chicago et Indiana, son parcours en playoffs a révélé des lacunes largement soulignées par le carton encaissé contre Houston au cours des finales. Faiblesse aux lancer-francs, panique dans les instants décisifs, absence du Shaq.

« Je ne peux pas expliquer tout ce qui nous reste à apprendre, mais un jour les choses deviendront simples, et ce jour-là nous serons vraiment imbattables » confia Horace Grant.

Un Grant qui espérait bien à l’époque gagner un titre lors de ses quatre prochaines années qui lui restaient à jouer en Floride. Malgré la défaite en finale, la saison 94-95 restera très positive pour lui. Le grand moment ? L’élimination des Bulls, au sixième match à Chicago bien sûr.

« Ce fut un immense plaisir de gagner à Chicago sous les yeux de Krause et de Reinsdorf  » déclarera Grant.

Avec 18 points à 67% de réussite aux tirs contre ses anciens coéquipiers et 11 rebonds par match, Horace aura en tout cas creusé la tombe des Bulls. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir.

LES IMAGES DU GAME 6 LORSQUE LE MAGIC ELIMINE LES BULLS

Crédits photo : Getty Images/I.Drew

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (694 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s