Breaking News

Infographie – Céline Dumerc, la vie en bleue

Infographie

Le 25 Juin 2017, Céline Dumerc a mis un terme à sa carrière internationale une médaille d’argent autour du cou et un record de 262 sélections en équipe de France. Retour sur une « vie en bleue ».

Six titres de championne de France, deux de Russie, plus une Eurocup, des finales, un passage en WNBA… Cela suffirait à Céline Dumerc pour poser son empreinte sur le basket français. Mais c’est sous la tunique bleue de l’Equipe de France que la tarbaise a créé sa légende, celle des Braqueuses, celle d’un argent olympique.

Le shoot « sur l’épaule gauche » – © Nicolas Turcat AFP

Après l’épisode italien malheureux, Jacques Commères laisse la place de coach à Pierre Vincent qui remet de l’ordre dans un groupe fissuré. Le Coach de Bourges connaît très bien Céline et lui confie les rênes de l’équipe à l’Euro 2009 en Lettonie. Invaincues en phase de poule avec une victoire probante contre les favorites russes mais aussi trois victoires sur le fil face aux Israéliennes, Biélorusses et Lituaniennes, les Bleues se font des frayeurs en quart contre les Grecques de la redoutable Evanthia Maltsi. Menées de 5 points à deux minutes quarante de la fin, elles réalisent un nouveau braquage grâce à un lay-up de Sandrine Gruda suivi de deux 3 pts de « Cap’s » et Florence Lepron. Celles qu’on l’appelle désormais les Braqueuses décrochent le titre et s’installent au sommet du basket européen.

L’absence de Sandrine Gruda en convalescence lors du Mondial 2010 pousse davantage sur le devant de la scène la meneuse pour se maintenir à la cinquième place acquise à l’édition précédente. A l’Euro 2011 en Pologne Céline reçoit le renfort de la revenante Edwige Lawson. Ce duo et leurs coéquipières atteignent les demies finales où elles chutent face à la Turquie en prolongation, mais c’est sur leur « non-match » pourtant gagné pour le bronze, (notamment en première mi-temps, 1/9 aux tirs, 8 passes et 6 balles perdues cumulés pour les deux joueuses), qu’elles sont jugées. Céline avoue qu’elle n’a peut-être pas les qualités suffisantes pour faire de grandes choses sans confiance. Est-ce les doutes de l’Euro qui ressurgissent au tournoi de qualification olympique en 2012 ? Mais la marque est assurée par le trio intérieur Gruda-Yacoubou-Miyem. Qu’importe l’essentiel est là, la France est du voyage à Londres.

La patronne – © Figaro.fr

Est-ce la magie des anneaux olympique, le simple bonheur d’être là, mais la confiance qui manquait à Céline Dumerc à l’Euro précédent semble être là à Londres, et bien là. 23 points pour le premier match contre le Brésil atomisé. Un record de points en carrière accompagné de 5 passes et 4 interceptions. Oui la confiance est là et de match en match, elle ne fait que gonfler. Victoire contre l’Australie, le Canada, et la Grande-Bretagne avec au minimum 10 points au compteurs et surtout ces deux trois points légendaires contre des anglaises accrocheuses, le premier pour la prolongation, le deuxième pour la gagne. Un braquage à suspens comme dans les meilleurs polars, ce n’est pas « Ocean’s Eleven », c’est « Cap’s Twelve ». Première de leur groupe après une victoire contre les Russes, elles affrontent en quart une de leIurs meilleures ennemies, la République Tchèque. Un match haletant dans lequel Céline égalise son record de points en carrière. En demie les Russes sont de nouveaux laminées, les Françaises ont le droit de disputer une finale olympique contre des Américaines trop fortes. De l’argent qui vaut de l’or pour une France tombée en amour pour cette bande de filles joyeuses et sympas qui font oublier les footballeurs du scandale Knysna. Au milieu de ces « next door’s girls » dévouées au maillot et combatives, Cap’s apparaît comme la grande sœur responsable. Le pays s’emballe pour cette « bru idéale » et en fait une icône sportive, la première sans doute d’un sport co féminin. Presse people, « page portrait » dans Libé, sportif préféré des Français 2012 selon un sondage France Info, (la première femme à obtenir ce titre)… Céline Dumerc revient de Londres avec un statut de star.

Trois autres campagnes européennes, (toutes récompensées d’une médaille d’argent) et un mondial suivent le chef-d’œuvre Londonien. Et une grosse frustration aussi, cette vilaine blessure à quelques jours de l’ouverture des jeux de Rio. C’est de son canapé que Céline assiste à l’éclosion de trois jeunes joueuses, Olivia Epoupa, Marine Johannes et Valériane Ayayi. Elle a pu raccrocher son maillot sans se soucier de l’avenir, la relève et là.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Laurent Rullier (52 Articles)
Le premier match de basket que j'ai vu en live était un Alsace de Bagnolet vs ASVEL. Depuis la balle orange n'a pas arrêté de rebondir dans ma p'tite tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s