Breaking News

Wendell Ladner, l’homme le plus dur et le plus craint de l’ABA

ABA

Arrière/Ailier blanc originaire du fin fond du Mississippi, ne mesurant officiellement que 1m96 pour un solide 100 kilos, Wendell Ladner,  fut avec Warren Jabali et John Brisker le joueur le plus dur et le plus craint de l’ABA.

Repéré par le légendaire Babe McCarthy lorsqu’il était en High School, ce dernier, devenu coach des Memphis Pros donnera sa chance à Ladner alors qu’il est hors forme, pesant plus de 120 kilos à sa sortie de Southern Miss en 1970. Retrouvant une condition physique optimale à l’approche du training camp, ce sera le début d’une belle mais courte carrière de 5 ans en ABA, marquée par un passage dans quatre équipes différentes. Membre de la All-NBA Rookie team et All-Star en 1970-71 (17 points, 11,4 rebonds de moyenne) lors d’une première saison couronnée de succès individuel au sein d’une équipe de Memphis relativement médiocre, il connut par la suite les joies de la réussite collective avec Kentucky et New York, après un bref passage par les Carolina Cougars.

Nets Spurs 1975Limité par la taille, plus proche de 1m93 (comme Charles Barkley) que du solide 2m00 annoncé par certains scouts à l’approche de la draft 1970, cela n’empêcha pas Ladner de prendre 8,3 rebonds par match (moyenne en carrière) face à des adversaires à qui il rendait facilement 10-15cm. A noter que piètre shooteur, Wendell Ladner était littéralement un amoureux du tir à 3-points et ce malgré une réussite des plus médiocres (25% en carrière, 4ème de la ligue en nombre de tentatives en 1971-72)…Cela ne lui fut en fait jamais vraiment reproché puisqu’il bataillait et prenait quasi systématiquement son propre rebond derrière…et qu’il fut tout de même l’auteur de quelques paniers importants au cours de sa carrière.

La grande force de Ladner résidait dans sa redoutable puissance physique et son courage sans limite… Bâti comme un linebacker, il ne connaissait pas la définition du mot « peur » et dès sa saison rookie il se forgea une solide réputation en n’hésitant pas à s’attaquer brutalement aux joueurs adverses les plus durs comme John Brisker dans une ligue ou de violentes bagarres éclataient à chaque match et ou chaque équipe avait son « enforcer » attitré. Ladner adorait la bagarre, même à l’entrainement, la légende veut même qu’il ait été expulsé d’une rencontré de lycée en moins de 90 secondes.

Au-delà des joutes physiques, Ladner avait également acquis son pedigree de « tough guy » en se jetant systématiquement corps et âme sur toutes les balles perdues, finissant souvent lui-même dans les gradins. Ainsi, lors du match 6 des playoffs 1973 (Division Finals) opposant les Kentucky Colonels aux Carolina Cougars, il plongea à pleine vitesse, tête la première, et fini sa course dans le réfrigérateur de boisson de l’équipe adverse. Il se releva sur le champ mais le médecin de l’équipe l’arrêta immédiatement à la vue du sang qui coulait à profusion. Il s’en sortira avec 48 points de suture sans passer par la case hôpital, contrairement à quelques supportrices du premier rang qui s’évanouirent à la vue de tant de sang. De retour sur le terrain dès le lendemain pour le game 7, il contribua à la victoire de Kentucky face a Carolina.

wend5Grâce a ses qualités, Ladner deviendra le bodyguard attitré de Dan Issel aux Kentucky Colonels à partir de la mi-saison 1972-73 puis de Julius Erving aux New York Nets en 1974,  avec qui il remporta le titre ABA cette même année. Alors que ses stats et son temps de jeu étaient sur le déclin et qu’il n’avait plus le niveau de production de ses années All-Star (1971 et 1972), Ladner contribua grandement au succès de ces deux équipes de par son intimidation, sa dureté et son activité sans relâche. Grand ami de Julius Erving, il préserva ce dernier de nombreuses attaques physiques dans une ligue réputée pour sa dureté et contribua ainsi à la longue et fameuse carrière du Docteur.

Wendell Ladner avait deux grandes passion dans la vie, la première et plus importante étant bien évidemment…Les femmes. Son allure virile à la Burt Reynolds, sa chevelure parfaite (dont il s’assurait la parfaite tenue a grands renforts de laque a la mi-temps) lui attirèrent de très nombreuses conquêtes a travers le pays…Il existe d’ailleurs une histoire intéressante a ce sujet :Ladner se plaignait d’un gène au niveau de l’aine et des parties génitales et alla chez le docteur…Celui-ci après examen lui dit :

« il semblerait que vous ayez une activité sexuelle bien trop importante », Wendell répondit  alors: « ah bon, vous pensez ? »…Le docteur lui demanda alors « Combien de fois par jour ? » …Wendell répondît «  3 ou 4 fois ». Le docteur lui répondit que c’était beaucoup trop…ce à quoi Wendell rétorqua « ah bon, mais c’est jamais avec la même femme ».

Connu pour son grand cœur alors qu’il était un vrai dur sur le terrain, en dehors des parquets il était un des joueurs les plus populaires de la ligue, apprécié de tous, fans, joueurs et dirigeants. La nouvelle  tragique de son décès le 24 juin 1975 à l’âge de seulement 26 ans suite au crash du vol 66 de l’Eastern Air Lines à New York plongea la ligue dans un état de profonde tristesse. Wendell Ladner, surnommé « Mr Excitement »,  était le type de personnage simple mais « bigger than life » dont l’Amérique raffole, parti de rien et possédant une véritable fureur de vivre et de vaincre qui le propulsa aux sommets de l’ « American Dream ». Sa mort prématurée, un peu comme celle de James Dean avant lui et d’Elvis (également originaire du Mississippi) après lui laissent un gout d’inachevé.

SES STATS ABA 

  • Points : 3 474, soit 11,6 points par match.
  • Rebonds : 2 481, soit 8,3 rebonds par match.
  • Passes : 621, soit 2,1 par match.
  • Interceptions (comptabilisées a partir de la saison 1973-74) : 140, soit 1,6 par match.
  • Fautes : 1 168, soit 3,9 par match.
  • Matchs : 300 matchs de saison régulière, 40 matchs de playoffs en ABA.

SON PALMARÈS 

  • Champion ABA en 1974.
  • ABA All-Star en 1971 et 1972.
  • ABA All-Rookie First Team 1971

SA CARRIÈRE EN IMAGES 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (697 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s