Breaking News

Kevin Willis, le Mr double double des Hawks des années 80

Portrait

La cuvée de draft 1984 est restée célèbre pour être celle de l’arrivée d’Hakeem Olajuwon, Charles Barkley mais aussi et surtout de Michael Jordan. Derrière ces grands noms, cette draft compte plusieurs joueurs qui ont marqué leur temps, comme par exemple Kevin Willis, qui fête aujourd’hui ses 55 ans. 

Avec le 11ème choix, les Hawks d’Atlanta ont choisi le pivot de 22 ans, Kevin Willis. Le pivot de 2.13 mètres a effectué trois saisons avec l’université de Michigan, de 1981 à 1984. Sa deuxième saison étant la meilleure, avec des moyennes de 13.3 points et 9.6 rebonds par match.

Il reste 9 saisons à Atlanta, où il cotoie notamment Doc Rivers, Dominique Wilkins et Spud Webb. Il y passe ses plus belles années sur un plan personnel, scorant jusqu’à 19 points par match en 1993-1994, et prenant 15,5 rebonds en 1991-1992. C’est en 1992 qu’il a aussi obtenu sa première et seule sélection au All-Star Game. Néanmoins, les résultats collectifs n’étaient pas au rendez-vous : les Hawks buttaient régulièrement en demi-finales de conférence (1986, 1987, 1988, 1994) face aux ogres de Boston et Detroit notamment. Atlanta a alors choisi la voie de la reconstruction, et décide de transférer Kevin Willis à Miami au bout de seulement deux matchs en 1994-1995, alors qu’il était à l’apogée de sa carrière sur le plan personnel.

A partir de là, le pivot a beaucoup voyagé. Il est échangé au cours de sa seconde saison avec le Heat pour Golden State, où il ne prolonge pas à la fin de la saison 1995-1996. Il rejoint ensuite Houston pour deux saisons, où à 35 ans il réalise l’un des meilleurs exercices de sa carrière (en 1997-1998, Willis a des statistiques de 16,1 points et 8,4 rebonds par match). Il rejoint alors Toronto, où il débarque en même temps que le rookie Vince Carter qui fait forte impression. Mais son manque de réussite en playoffs se poursuit. En 1999-2000, il passe pour la première fois de sa saison rookie sous la barre symbolique des 10 points par match. À 37 ans, son temps de jeu a baissé mais il apporte toujours beaucoup en 21 minutes. Cependant, il ne sera pas conservé par Toronto, et est échangé la saison suivante à Denver. Il retourne une nouvelle saison à Houston, avant de finalement partir pour San Antonio en 2002.

Grizzlies v SpursKevin Willis, 40 ans, est une doublure d’expérience pour une équipe globalement assez jeune, en dehors de David Robinson qui était alors dans sa dernière saison NBA. Il ne joue plus que 12 minutes par match, mais est présent dans 71 matchs en 2002-2003. Il prend également part à 18 des 24 matchs de playoffs disputés par les Spurs, et remporte son premier et seul titre NBA de sa carrière. Il reste aux spurs une saison supplémentaire mais ne prend part qu’à 48 matchs pour une moyenne de moins de 8 minutes. À 42 ans en 2004, il décide alors de revenir dans l’équipe de ses débuts, à Atlanta. Il n’y joue que 29 rencontres pour 12 minutes de jeu et des statistiques toujours en baisse.

S’il n’a pas joué en 2005-2006, il est revenu la saison suivante. Il a passé plusieurs tests physiques avec Dallas, avant de signer un contrat de 10 jours qui s’est avéré concluant. Il ne prend part qu’à 5 matchs sur toute la saison, pour un total de 43 minutes. Ces brèves apparitions lui ont permis de décrocher un record de longévité : il est le joueur le plus âgé à avoir disputé plusieurs rencontres NBA sur une saison. Il détrône ainsi Robert Parish qui, à 43 ans en 1996-1997, avait disputé 43 rencontres. Cependant, Nat Hickey reste le joueur le plus âgé de l’histoire puisqu’il avait 46 ans lorsqu’il est rentré pour un seul match durant la saison 1947-1948 (il était coach des Providence Steamrollers).

Kevin Willis est ainsi un pivot des années 80, 90, mais aussi 2000. Il a été relativement épargné par les blessures durant toute sa carrière, ce qui lui a permis une longévité exceptionnelles et un total de 21 saisons dans la grande ligue. Il n’aura toutefois pas réussi à décrocher de titre NBA durant la période forte de sa carrière, avec Atlanta, régulièrement barré par la concurrence des Pistons et des Celtics.

SES STATS NBA

  • 17 253 points soit 12.1 par match
  • 11 901 rebonds soit 8.4 par match
  • 1 328 passes soit 0,9 par match
  • 1 424 matchs NBA en saison régulière (sixième total de l’histoire !), et 98 en Playoffs

SON PALMARÈS

  • Champion NBA en 2003 avec les Spurs
  • NBA All-Star en 1992
  • Elu au sein de la All NBA Third Team en 1992

SES HIGHLIGHTS EN CARRIÈRE

Crédits photos : NBAE/Getty Images

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Antoine Abolivier (76 Articles)
Tombé dans le basket en découvrant Tony Parker et Boris Diaw. Passionné par tout ce qui touche à son histoire que ce soit le jeu, la culture ou les institutions. Présent sur twitter, @AAbolivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s