Breaking News

Les Euros des Bleus – Barcelone 1973, l’échec dans l’indifférence.

Eurobasket

C’est sans ambition ni illusion que les Bleus entament l’Euro 1973 à Barcelone. Sortis sans frayeur d’un tournoi de qualification pompeusement rebaptisé « Championnat d’Europe B », ils savent qu’en Catalogne, ce sera d’un tout autre niveau.

Un Euro 71 médiocre à Essen, 10e place, renvoie nos Bleus au passage obligatoire d’un tournoi de qualification organisé à Vienne pour espérer affronter l’élite du continent en Espagne.

« Devant le mouvement de dégradation, d’indifférence, voire de désinvolture, dont la sélection nationale est constamment menacée, on doit se satisfaire d’avoir trouvé une demi-douzaine d’internationaux de 1ère division, acceptant de supporter, avec l’aide de quelques « bleus », tout le poids d’un tournoi de repêchage pour remettre la France dans le circuit européen. » – Equipe basket Magazine, oct. 73

Le shoot soyeux de Jacques Cachemire face à l’Israélien Eisner à Vienne – © Equipe Basket Magazine, oct.1973

Le problème est déjà là, les « Je ne peux pas, j’ai piscine » ont présenté une lettre d’excuse de leur maman, de leur compagne ou de leur employeur à la Fédération. Dans les colonnes de L’Equipe Basket Magazine, Jacques Marchand pointe surtout sur ces « matchs de gala » de fin de saison plus rémunérateurs pour nos stars de Division 1. Alain Gilles, Eric Beugnot, Jacky Lamothe… ne sont pas du voyage en Autriche. Mais dans un tournoi qui qualifie les 4 premiers et offre un plateau sur lequel est proposé l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, l’Ecosse, la RDA, la RFA, la Turquie, la Grèce et Israël, cela ne pose heureusement pas trop de soucis. C’est donc sans frayeur avec une seule défaite 75/71 contre les Israéliens, que les Français valident leur ticket pour Barcelone.

Pas tous les bons petits soldats de la campagne viennoise sont du voyage espagnol. Clabau, Hacquet et Larrouquis cèdent la place aux revenants Verove et Lamothe et au petit nouveau Onissah, mais toujours pas d’Alain Gilles. L’été a été studieux et chacun a pu se réjouir de la qualité de la préparation. Pourtant cela commence mal. D’abord par un tirage au sort qui les envoie dans la poule la plus difficile, (impression qui se révélera confirmée par le croisement des quarts de finale). Ensuite le premier match qui offre une opposition bulgare abordable, se conclue pourtant par une lourde défaite de 19 pts. Face à l’Italie, Bonato est muselé par Meneghin et doit se contenter de 2 petits points loin de ses standards habituels. Si la défaite de 8 points n’est pas honteuse, elle éloigne l’horizon d’une qualification en quart. Qualification qui devient quasiment sans espoir après une nouvelle défaite de 5 pts contre des Grecs pourtant vaincus trois mois plus tôt en Autriche et les 31 points du pivot Antibois. C’en est fini car désormais il faut affronter les deux poids lourds de ce groups B. D’abord l’Espagne de Buscato, Santillana et surtout de ses deux naturalisés Luyk et Brabender à domicile, ce n’est pas à cadeau. 85/80 en faveur des locaux au coup de sifflet final. Ciblé par la défense espagnole, Cachemire doit se contenter de 11 pts mais les bleus trouvent en Onissah le rookie un facteur X inattendu, (17 points). Une défaite saluée comme une excellente performance dans un pays qui n’en finit plus de perdre sur tous les terrains de sport. Et comme on aime la défaite honorable, nos basketteurs s’en paient une dernière de 10 pts face à l’ogre yougoslave. De quoi, côté fédéral, de souligner le bon travail de coach Jaunay.

Ledent, Onissah et Galle en zone pour contrer Ramos et Luyk- © Equipe Basket Magazine, oct.1973

Les deux matchs de classement apportent la satisfaction d’une courte victoire face à la Pologne et une ultime désillusion contre les Roumains. Le bilan médiocre de 6 défaites pour une victoire nous maintient à la même dixième place qu’à Essen et le devoir de disputer les qualif’ pour rejoindre l’édition 1975. Sinon l’histoire de l’Euro barcelonais  retiendra l’exploit de la Roja qui abat le monstre soviétique en demie-finale le privant ainsi de l’or qu’il mettait en coffre depuis 1947 et la première victoire dans la compétition continentale d’une équipe yougoslave qui n’a pas finit de terroriser l’Europe.

« Les « Tricolores de la bonne volonté» ont échoué mais ont accepté le sacrifice de leur sélection et nous devons les décharger, en grande partie, de la responsabilité de leur échec. » – Equipe basket Magazine, oct. 73

A la fin c’est Turdic qui soulève le trophée. Une première pour les Yougos – © Equipe Basket Magazine, oct.1973

Peu de critiques cinglantes au retour de Barcelone tant cette 10e place semble être « notre place ». Mais encore et toujours les mêmes interrogations. Que faire sans géant pour dominer dans la raquette ? Robert Busnel a bien lancé un plan de recherche de grandes tailles sur notre territoire. Mais serions-nous capable de les « dégéantiser », d’en faire des vrais joueurs de basket ? Quid de la solitude de Joë Jaunay sur le banc tricolore pendant que celui des adversaires accueillent pléthore d’assistants et autres préparateurs physique ? Que vaut vraiment le travail effectué dans les clubs ?.. Ces questions et bien d’autres encore, on se les pose depuis quelques années déjà. Les mois, années, à venir n’apporteront toujours pas de réponse. En 1975, au tournoi de qualification pour l’Euro, l’Equipe de France composée de ses meilleurs éléments, (retour d’Alain Gilles) présenteront un bilan de 3 victoires, (Ecosse, Algérie ( ???), Autriche), pour 5 défaites, (Hongrie, Pologne, Pays-Bas, Grèce, Roumanie). Les Bleus vivront l’Euro 75 à travers les brèves du quotidien LEquipe. On creuse, on creuse…

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Laurent Rullier (54 Articles)
Le premier match de basket que j'ai vu en live était un Alsace de Bagnolet vs ASVEL. Depuis la balle orange n'a pas arrêté de rebondir dans ma p'tite tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s