Breaking News

Bob McAdoo, double vainqueur de l’Euroligue avec Milan (1987-1988)

Euroleague

Bob Mcadoo et Dan Peterson vainqueur de l'Euroligue en 1987 (c) Gazetta Dello Sport

Ancien joueur des Braves de Buffalo et des Knicks de New-York, l’ancien grand scoreur NBA, Bob McAdoo (qui fête aujourd’hui ses 66 ans), a remporté deux titres Euroligue avec Milan en 87 et 88. Détails.

Bob Mcadoo - Tracer Milan (c) Wikipedia

Bob Mcadoo – Tracer Milan

Après sa dernière saison en NBA aux Sixers de Philadelphie (1985-1986), soit la 17ème dans la Grande Ligue nord-américaine, Bob McAdoo choisit de poursuivre sa carrière en Italie au Tracer Milano (actuellement nommé l’Olimpija Milan) coaché par Dan Peterson. A son arrivée sur le sol italien en 1986, il est âgé de 35 ans.

En portant le maillot milanais, il joue pour la première fois l’Euroligue lors de la saison 1986-1987. Cette coupe d’Europe s’appelait à cette époque la Coupe d’Europe des Clubs Champions. La formule de la compétition n’était pas celle qu’elle est actuellement. Au premier tour, 24 équipes étaient en lice. Chacune jouait deux matchs couperets : un match aller et un match retour. L’équipe qui avait le plus de points sur l’ensemble des deux matchs était qualifiée pour le tour suivant (les 12 équipes restantes jouaient deux matchs couperets sur le même principe que celui énoncé précédemment).

MCADOO ET MILAN : EXPLOIT RETENTISSANT EN REMONTANT 31 POINTS AU MATCH RETOUR

Après avoir été tenu en échec par l’équipe écossaise du Murray Edimbourg, (83-83), le Tracer Milan gagne de 18 points la deuxième manche : 101-83.  Au tour suivant, McAdoo et son équipe de Milan affrontent l’Aris Salonique de Nikos Galis. L’enjeu est de taille : se qualifier pour le mini-championnat à 6 qualificatifs pour la finale de l’Euroligue (5 matchs aller – 5 matchs retour pour y accéder en finissant dans les deux premiers). Le 30 octobre 1986, sur le parquet de Théssalonique, le Milan a énormément souffert. Il perd le match  de 31 points (98-67) grâce à un Nikos Galis de feu et de gala (44 points). Le score était déjà bien lourd à la mi-temps : 60-34.

Au match retour, le Milan renverse totalement la situation à domicile le 6 novembre 1986. Le Tracer gagne de 34 points. Il marque 3 points de plus que le club grec, une sacré différence qui leur permet de se hisser dans le mini-championnat à 6. Victoire 83-49. Lors de cette rencontre, McAdoo a frôlé le double-double : 21 points et 9 rebonds. Après la rencontre, McAdoo indique à son coach qu’il a joué le plus intense de sa carrière.

DEUXIEME EUROLIGUE POUR MILAN, LA PREMIERE POUR MCADOO

Lors du mini-championnat à 6, le Tracer termine premier avec 7 victoires et 3 défaites à égalité de points avec le Maccabi. Le club milanais devance celui israélien à la différence du ratio points marqués/points encaissés (+ 56 contre +41). Avec les deux meilleurs bilans dans ce championnat, Milan affronte donc le Maccabi en finale le 2 avril 1987 à Lausanne, au Centre Intercommunal de Glace de Malley. Le Tracer remporte un match très étriquée sur le score de 71-69.

McAdoo a été très bon offensivement en scorant 23 points et pas loin du double-double avec 9 prises aux rebonds. Son coéquipier Roberto Premier a bien travaillé sur le parquet en marquant 23 points. 21 ans après son premier titre européen (victoire 77-72 face à Bologne), le Milan réalise le doublé en empochant le championnat d’Italie. McAdoo vit une première belle saison sous les couleurs du Tracer.

LA FINALE DE L’EUROLIGUE 87 : TRACER MILAN – MACCABI TEL AVIV

1988 : BACK-TO-BACK DU TRACER MILAN

Bob Mcadoo et Dino Meneghin tout sourire suite au succès en Euroligue (c) pinterest

Bob Mcadoo et Dino Meneghin tout sourire suite au succès en Euroligue (c) pinterest

En fin de saison, suite à ce premier titre en Euroligue, le Milan accueille un nouveau coach en la personne de Franco Casalini. McAdoo évolue notamment au côté de Mike D’Antoni, Dino Meneghin, Ricky Brown. Dans la position du tenant du titre de la Coupe d’Europe des Clubs Champions, le Tracer Milano joue un 8e de finale sur deux matchs (aller et retour). L’équipe qui marque le plus grand nombre de points sur ces deux rencontres se qualifie pour un mini-championnat à 8 (7 matchs aller – 7 matchs retour). En 8e, le Milan se défait sans trop de difficultés du club bulgare, le Balkan Botevgrad. Ils gagnent le match aller 93-79 et le match retour 97-88. Milan joue le mini-championnat. Au terme de celui-ci, l’équipe de McAdoo finit à la 3ème place avec 9 victoires et 5 défaites. Ils rejoignent le Final Four (système restauré en 1988 et qui avait été mis en place lors de l’édition 1966 et 1967) qui se joue à Ghent au Flanders Expo en Belgique.

Le plateau du Final Four est bien garni : le Partizan Belgrade (composé de Vlade Divac, Sasha Djordjevic, Zarko Paspalj, Zeljko Obradovic) ; l’Aris Salonique et le Maccabi. Le club serbe finit premier avec 10 victoires et 4 défaites, le club grec second avec 9 victoires et 5 défaite tout comme Milan mais avec un ratio points marqués / points encaissés plus élevé (+31 contre + 18). Le club israélien lui se retrouve quatrième avec 8 victoires et 6 défaites.

MCADOO, MVP INCONTESTABLE DU FINAL FOUR

Le premier joue donc le quatrième en demi-finale (Partizan – Maccabi). Le Tracer Milano croise à nouveau le chemin de l’Aris Salonique de Nikos Gallis et Panagiotis Gianakis pour un match qui s’annonce comme une revanche. Le club grec a évidemment dans un coin de leur tête et en travers de la gorge cette élimination  au match retour en 1987 face à ces Italiens.

Le 5 avril 1988, à la différence de la confrontation entre les deux équipes sur les deux matchs, le Tracer Milano s’est légèrement démarqué de l’Aris en marquant cinq points de plus que son adversaire. Score final 87-82 (égalité parfaite à la mi-temps : 45-45). Bob McAdoo a été le joueur le plus prolifique en termes de paniers inscrits. Il finit la rencontre avec 39 points. Son équipe joue sa deuxième finale de suite en Euroligue face au Maccabi , tombeur du Partizan Belgrade dans l’autre demi-finale (87-82). De la revanche dans l’air pour Tel-Aviv qui avait perdu un an avant de très peu en 1987.

En finale, le 7 avril 1988, ces deux équipes n’ont pas lâché mais c’est finalement le Tracer qui remporte l’Euroligue sur le Maccabi une nouvelle fois et conserve son titre d’une année sur l’autre (comme l’ASK Riga, le Real Madrid, Varèse, le Cibona Zagreb avant eux). Victoire des Italiens 90-84. Une fois de plus, dans les matchs d’une grande importance, McAdoo a enquillé les paniers. Il réalise un monstrueux double-double 39 points (à 7/14 à deux points ; 1/1 à 3 points et 8/12 aux lancers-francs) et 12 rebonds + 1 passe, 3 interceptions et 2 contres. Le tout à l’âge de 36 ans s’il vous plait. Il obtient le titre de MVP du Final Four de l’Euroligue 1988 (le premier à recevoir cette distinction de toute l’histoire de l’Euroligue).

Bob McAdoo - Tracer Milan (c) olimpiamilano.com

Bob McAdoo – Tracer Milan (c) olimpiamilano.com

En 2008, il est nommé parmi les 50 meilleurs contributeurs de l’histoire de l’Euroligue à Madrid, ville où s’est déroulé le Final Four en présence des joueurs récompensés (35 au total). Il s’est félicité de cette distinction sur le site de l’Euroligue et a faire part de son admiration pour le basket européen : « être ici est un fantastique honneur. Quand j’ai entendu mon nom, j’ai sauté de ma chaise, car je me suis souvenu des fantastiques moments passés au Milan.

Bob Mcadoo en 2008 lors de la cérémonie des 50 meilleurs contributeurs de l'Euroligue (c) euroleague.net

Bob Mcadoo en 2008 lors de la cérémonie des 50 meilleurs contributeurs de l’Euroligue (c) euroleague.net

En fait, j’ai probablement plus aimé mon séjour en Italie que mes 14 ans de carrière en NBA. C’est un grand honneur pour moi et je suis fier d’être ici. Je me souviens des deux matchs de la Coupe d’Europe des clubs Champions face au Maccabi. C’étaient des matchs très durs. L’évolution du basket européen est formidable depuis la dernière fois que j’y ai jouée. Par exemple, quand vous regardez les derniers JO, l’équipe nationale d’Italie a obtenu la médaille d’argent. Beaucoup de joueurs européens apportent des contributions majeures à la NBA d’aujourd’hui ».

Bob McAdoo jouera jusqu’au Tracer Milan jusqu’en 1990 et poursuit son périple en Italie. Il passera deux ans à évoluer au Filanto Forli (1990-1992 : stats moyennes avec 31,7 points et 9,6 rebonds) et un an au Teamsystem Fabriano (1992-1993). Au total, il évoluera sept saisons en Italie avec des statistiques moyennes exceptionnelles de ses 35 à 41 ans avec 201 matchs joués, effleurant presque le double-double : 27,3 points et 9 rebonds par match. Il remporte avec le Milan deux fois le championnat, la Coupe d’Italie et la Coupe Intercontinentale.  Après tant d’efforts fournis dans le championnat italien, la retraite a sonné au bout de sa septième saison dans ce pays européen. Il l’avait bien mérité. Chapeau Bob.

LA FINALE DE L’EUROLIGUE 88 : TRACER MILAN – MACCABI TEL AVIV

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (427 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s