Breaking News

Jim Signorile – « Monsieur 101 points »

France

Montage - Laurent Rullier

Wilt Chamberlain, Drazen Petrovic ou encore Erman Kunter, des joueurs qui ont réussi l’improbable exploit de passer la barre des cent points en un match ainsi qu’une pléthore de noms qui l’ont réalisé à des niveaux différents. Le 5 février 1972, un certain Jim Signorile passe le rouleau compresseur sur l’équipe d’Agen, 101 points, un record en France pour la Pro B, nommée à l’époque, la N2.

Jim Signorile, un pivot de 2,05 m qui avait fait du bras roulé, son arme maîtresse. Si ce nom ne vous dit rien, sachez pourtant que le bonhomme a réussi une immense performance en 1972, malgré une carrière discrète. Hall of famer de l’université de New York University en compagnie notamment d’un glorieux aîné, Dolph Schayes, détenteur du record de points sur un match avec 50 points et drafté par les Knicks en 1970 au sixième round à la 102ème position, soit la génération Dave Cowens, Pete Maravich ou Bob Lanier . James n’a jamais foulé un parquet NBA, mais a évolué au Real Madrid où le club avait tenté de le faire naturaliser car les étrangers n’étaient pas les bienvenus en Liga. Puis le départ pour la France en 1971 à Clermont-Ferrand en Nationale 2 (Pro B) pendant quatre ans.

Un acharné de l’entraînement et de la musculation. Aux côtés de son ami et compatriote, Elliot Wolfe, le duo américain réalise quelques ravages. Le soir du 5 février 1972, Jim Signorile signe 101 points à plus de 70% de réussite contre Agen et une large victoire 141-68, une performance historique et pourtant tombé dans l’oubli. L’explication de son coup d’éclat vient selon lui de la grève des américains du côté d’Agen. Il nous rappelle d’ailleurs son arrivée en France:

« Mes premières impressions en arrivant ici avaient été choquantes. Je venais du Real, c’était dur pour moi. Mais avec mon ami, le meneur Elliot Wolfe, et les autres, on a cherché le chemin. Ces quatre années à Clermont sont mes meilleurs souvenirs en tant que basketteur professionnel. En 1975, je suis retourné aux Etats-Unis pour passer mon masters business administration, le plus haut diplôme de l’époque. Je suis donc rentré dans le monde de la finance, mais je ne connais pas Bernard Madoff (rires). Je joue encore dans des tournois spécialement pour les anciens »

« J’avais marqué 103 points, on avait donné un panier à un de mes coéquipiers… Non mais je blague! »

« C’était pour impressionner la femme d’Elliot qui assistait au match »

Le stade Clermontois existe depuis 86 ans, une histoire riche d’anecdotes croustillantes comme celle-ci de la part d’Elliot Wolfe:

« Avec Jim, on se demande comment on a survécu à Jean « Nounours » Estager qui fumait avec les yeux à moitiés fermés au volant de sa porsche lancée à 180 km/h »

Nous remercions chaleureusement le journal régional « La Montagne » qui couvre l’actualité et les informations au quotidien pour nous avoir fait partagé leur travail et une petite dédicace à Agathe, rédactrice et grande fan du basket féminin!

Crédits : La Montagne – Stade Clermontois – Maxi Basket

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Pred (340 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s