Breaking News

[Happy Birthday] Oscar Robertson, le Roi du triple double

Portrait

Depuis son année junior au lycée jusqu’à sa quatorzième et dernière saison professionnelle, Oscar Robertson (79 ans aujourd’hui) est une célébrité à l’échelle nationale. Personne n’a jamais vu pareille combinaison d’aptitudes techniques et physiques qu’apporte Robertson sur un parquet, il s’en sert comme le ferait un chirurgien pour se tailler un chemin au Hall Of Fame.

C’est 1.97 m de grâce tout à fait étonnante, Oscar Robertson peut jouer dans la cour des grands, accumuler les tirs en extension à six mètres du panier, manipuler le ballon comme un Harlem Globe Trotter et réussir des passes impossibles à des partenaires qui n’en croient pas leurs yeux. C’est un Bob Cousy, avec la force en plus, et lorsque les entraîneurs commencent à l’utiliser comme arrière, il présente toutes sortes de problème d’intégration.

« Il existe sans doute de meilleurs marqueurs, déclare Ed Jucker, entraîneur de Robertson à l’université de Cincinnati. Mais pour l’ensemble du jeu, shoots, rebonds, passes décisives, manipuler le ballon et la défense, c’est le plus grand ».

buckssLa vie dans le basket-ball pour le « Big O » commence en 1954 lorsque parviennent des rumeurs d’Indianapolis selon lesquelles un nouveau prodige faisait des miracles pour le lycée de Crispus Attucks High School. Lorsque le lycée remporte plusieurs championnats consécutifs de l’Etat de l’Indiana, Robertson devient la la cible de l’une des campagnes de recrutement les plus intenses dans l’histoire du basket universitaire.

A Cincinnati, Robertson est digne de sa réputation, et même plus. Au cours de sa première saison universitaire, il domine la NCAA avec une moyenne de 35.3 points et continue sur sa lancée pour remporter deux titres de meilleur marqueur. Robertson termine sa carrière universitaire avec une moyenne record de 33.8 points et d’un pourcentage de réussite excellent tout en menant les Bearcats à un bilan record de 79-8.

Mais ce n’est pas tout, Robertson va redéfinir le concept de la défense par la fluidité de son style et de sa taille, qui convient parfaitement au sport professionnel. Il est repéré par Cincinnati en 1960 et entre logiquement dans le cinq de départ des Royals qui le conduit à la distinction de Rookie Of The Year avec des moyennes de 30.5, 10.1 rebonds et 9.7 passes décisives par match. Lors de sa deuxième saison, Robertson enregistre des moyennes de triple double sans précédent avec 30.8 points, 12.5 rebonds et 11.4 passes et reste ainsi le seul joueur de l’histoire de la ligue à avoir enregistré un triple-double de moyenne sur une seule saison (en 1961-1962). Personne ne peut dominer ce sport à ce point et peu de joueurs peuvent faire aussi bien.

« Oscar était tout simplement une classe au dessus » déclare Kevin Lougherty, qui joua contre Robertson pendant 10 saisons.

Mais si le chiffres résumant la carrière de Robertson sont invraisemblables, il compile tout de même 25.7 points, a été à huit reprises 2 fois le meilleur passeur de la ligue avec 9.5 caviars et 7.5 rebonds par match. Outre ses belles statistiques, il a également participer à 12 All Star Game et rafle un titre de MVP. pendant dix saisons à Cincinnati, Robertson n’arrive pas une seule fois à rapprocher aux Royals aux talents bien peu convaincants pour remporter un titre quelconque. Mais en 1970, on le cède à Milwaukee, et avec le jeune pivot Kareem Abdul-Jabbar, il conduit les Bucks à 66 victoires en saison régulière et obtient son premier titre NBA. La boucle est bouclée, et Robertson prend sa retraite trois ans plus tard à l’âge de 36 ans.

SES STATS NBA

  • Points: 26 710 soit 25.7 par match
  • Passes: 9 887 soit 9.5 par match
  • Rebonds: 7 804 soit 7..5 par match
  • Matchs: 472 rencontres disputées, 46 en playoffs

SES RECORDS INDIVIDUELS

  • 56 points contre les Lakers le 18 décembre 1964
  • 22 passes décisives contre Syracuse le 29 octobre 1961

SON PALMARES

  • Champion NBA en 1971
  • NBA MVP en 1964
  • NBA All Star de 1961 à 1972
  • NBA All Star game MVP en 1961, 1964 et 1969
  • Rookie Of The Year en 1961
  • 9 fois élu dans la All NBA First Team
  • 2 fois élu dans la All NBA Second Team
  • Meilleur passeur de la ligue en 1961, 1962, 1964, 1966, 1968 et 1969
  • NCAA All America First Team de 1958 à 1960

OSCAR ROBERTSON EN IMAGES

Crédits photo : Sports Illustrated

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (699 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s