Breaking News

Top 25 joueurs cultes NBA : Julius Erving

Top 25

Crédits : Julien Mc Laughlin

 

1976 >1987

 

Surnommé Dr. J, Julius Erving était un chirurgien du basket, opérant le plus souvent dans les airs pour élever le jeu vers des strates spectaculaires.

Avec son immense coupe afro, ses Converses, son surnom et sa chaîne en or autour du cou, Erving donne l’impression d’être un héros sorti tout droit d’un film de blackspolitation. Tout chez lui évoque les années 70. À commencer par son jeu d’équilibriste volant qui lui donne l’impression de se mouvoir sur les sons funk de James Brown, Stevie Wonder, ou bien encore George Clinton en passant par Sly and the Family Stone

Véritable superstar de la défunte ligue ABA, ce bon docteur a rendu malade plus d’un défenseur en martyrisant les cercles comme personne au début des seventies. Tout d’abord sous le maillot des Virginia Squares puis celui des Nets de New York. Suite à la fusion de certaines des équipes ABA vers la NBA, il suit le chemin des Nets pour s’imposer comme l’un des meilleurs éléments de la ligue. Régulièrement invité au All-Star Games grâce à sa polyvalence et à son sens du spectacle, Dr. J devient l’un des pionniers du concours de dunk avec une panoplie de gestes défiant les lois de la gravité.

Transfuge des 76ers en 1976, il participe à ses premières finales avant d’échouer face aux Trail Blazers du grand Bill Walton en 1977 puis face aux Lakers de Magic Johnson et de Kareem Abdul-Jabbar en 1980 et en 1982. La venue du messie Moses Malone, à l’intérieur en 1983, va enfin lui permettre de soulever le trophée tant espéré avoir pulvérisé les Lakers en quatre manches.

Quelques années plus tard, et après avoir passé le flambeau du spectacle aérien à Michael Jordan, Julius Erving se retire des parquets en 1987.

source : sports.yahoo.com

Originaire de l’État de New York, Julius Erving commence par construire sa légende sur les playgrounds de la ville. Ses exploits sur le mythique terrain de Rucker Park lui valent bien des surnoms parmi lesquels « Black Moses », « Houdini » et surtout « The Doctor » qui deviendra par la suite son célèbre surnom : « Dr. J ».

En 1968 il rejoint l’Université du Massachusetts au sein de laquelle il réalise deux saisons à plus de vingt points et vingt rebonds par match grâce à ses 26.3 points et 20.2 rebonds sur l’ensemble de son cursus.
Courtisé par les deux grandes ligues professionnelles de l’époque, il fait le choix de rejoindre la ABA en signant en tant qu’agent libre avec les Virginia Squires en 1971.

——————

——————

 

Meilleure saison : 26.9 points, 7.4 rebonds, 4.6 passes, 2.2 steals, 1.8 contres (1979-1980)

 

 

  • Titres de MVP : 1 (1981)
  • Titres NBA : 1 (1983)
  • Sélections All-Stars : 11
  • MVP du All Star Game : 1977, 1983
  • All-NBA First team : 1978, 1980, 1981, 1983, 1983
  • All-NBA Second team : 1977, 1984

 

Modèle : Converse Pro Leather

——————

Star adulée des playgrounds de New York jusqu’à l’équipe des Nets en ABA, Julius Erving marque les esprits au cours des années 70.

En quête d’un nouvel ambassadeur pour dépoussiérer un peu son image, Converse va chercher à s’attacher ses services en 1976. Un accord est signé entre les deux parties et pour un montant de 25 000$ Dr.J devient la nouvelle égérie de la marque afin de lancer son nouveau modèle, la Pro Leather. Estampillée de son surnom en lettres dorées sur le côté, la paire se présente comme un modèle montant similaire à la mythique Chuck Taylor All-Star qui fit les beaux jours de la compagnie. Contrairement à la toile, le modèle opte pour un élégant cuir blanc à la fois souple et résistant. Avec ses lignes brutes et son design simple, la paire s’illustre à merveille sur les nombreux poster dunk signés Erving.

Plus tard, un autre jeune joueur va les rendre cultes en décochant un tir crucial pour permettre à l’Université de North Carolina de remporter le titre NCAA. Un dénommé Michael Jordan qui allait plus tard rendre biens des services à une autre marque de sport…

 

  • Joue dans le film « The Fish That Saved Pittsburgh » ( 1979 )

  • Apparait dans le documentaire « Greatest Sports Legends » : Julius Erving (1982)

  • Apparait dans l’émission télé « 1, rue Sésame » : Episode #18.116 (1987)

  • Fait une apparition dans un épisode de la série «Docteur Doogie » : Air Doogie (1991)

  • Joue dans le film « Philadelphia » ( 1993 )

  • Fait une apparition dans un épisode de la série « Mr. Cooper et nous » : Ghost in the Machine (1995)

  • Fait une apparition dans un épisode de la série « Frasier » : Love Bites Dog (1996)

  • Apparait dans le documentaire « SkyWalker: The David Thompson Story » (2004)

  • Apparait dans le documentaire « The Real: Rucker Park Legends » (2006)

  • Fait une apparition dans un épisode de la série « The Office » : Lice (2013)

  • Apparait dans le documentaire « The Doctor » (2013) 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

——————

  • Enfant, il se fractura sévèrement le genou en jouant au football
  • Avant d’hériter de son célèbre surnom au lycée, il rêvait de devenir docteur
  • Il détient le record du nombre de points marqué dans un match pour les Nets avec 63
  • Il est le seul joueur à avoir été récompensé du titre de MVP en ABA et en NBA
  • Il remporta le tout premier concours de dunk de l’histoire alors organisé lors du All Star game de la ABA
  • Il est l’une des idoles de jeunesse de Barack Obama
  • Une photo de lui apparaît au détour d’un plan dans le film The Shining
  • Il est l’un des rares joueurs de l’histoire à avoir eu  son maillot retiré par deux franchises NBA
  • Alors âgé de 63 ans, il était encore capable de dunker comme le prouvent ces images

 

@juliuserving, one of a kind! #NBABDAY #nbavault

A post shared by NBA History (@nbahistory) on

 

Crédits gif et visuels : Julien Mc Laughlin

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Julien Mc Laughlin (75 Articles)
Pratiquant assidu de la balle orange depuis plus de 25 ans, l'oeil nourri par les glorieux matchs NBA diffusés sur Canal+ dans les 90s - twitter : @NBAckInTime - @jumclaughlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s